> Images mentales

« Images mentales » : regards sur 30 ans d’images en santé mentale

Créé en 1977 par le Dr Alain Bouvarel, le festival Ciné Vidéo Psy de Lorquin, qui a lieu dans l’ancien hôpital psychiatrique de cette bourgade de Lorraine, en est à sa 30ème édition. Il est devenu le reflet des évolutions de la psychiatrie contemporaine, de ses crises, de ses liens avec le social ou le politique. Ses premières années ont été le témoin de l’enthousiasme des professionnels, qui croyaient régler définitivement les abus d’une psychiatrie asilaire et concentrationnaire. C’est l’époque des grands affrontements idéologiques, des querelle d’école entre courants de pensée, psychanalyse, marxisme, antipsychiatrie... Une vision humaniste de la psychiatrie prédominait alors.
La prise en charge progressive des patients en dehors de l’hôpital va élargir le champ de la santé mentale à d’autres disciplines (médico-social, éducation, droit, expression artistique...).
Lorquin est devenu un point de croisement entre les professionnels du soin et ceux de l’image. Chaque année, un jury composé de professionnels de la santé et des médias a primé des films se distinguant par un regard particulier sur des questions relatives à l’univers psychiatrique et psycho-social.
A l’occasion de ce trentenaire, le Nova, en collaboration avec Psymages et la Ligue bruxelloise francophone pour la Santé mentale, propose de découvrir quelques uns des films qui ont jalonné l’histoire de ce festival, témoins de l’évolution contemporaine de la psychiatrie, de les associer à d"autres productions et de confronter les images de la santé mentale d’hier et d"aujourd’hui. Projections et débats tenteront de répondre aux questions posées par l’évolution du champ de la psychiatrie et de sa représentation filmée.

P.S. Le festival « Images mentales » propose également des projections et rencontres au Cinéma Arenberg, du 2 au 4 mai. Avec notamment l’avant-première belge de « Folle embellie » de Dominique Cabrera, en sa présence. En matinée et en après-midi, des documents d’archives sur la psychiatrie des années ’60 et ’70 ; des films sur l"ethnopsychiatrie ; d’autres encore sur l’engagement professionnel du personnel soignant, les questions liées à l"autisme, au vieillissement, au rapport au père... Renseignements et programme : www.psymages.be et www.cinergie.be


Films d’ateliers

+ Défilé

Corinne Behin & Myriam Saduis, 1999, BE, video, vo fr , 16'

"En février 1999, nous avons présenté au Club Antonin Artaud un défilé de mode dans un esprit fantasque et quelque peu satirique. Ce projet avait engagé 6 mois de travail - recherche pour chacun d’un vêtement fantasque, utilisation de matériaux détournés (...) lectures de comptes-rendus des défilés de grands couturiers, écriture de textes commentant chaque vêtement, apprentissage d’une démarche convoquant les regards... In fine, ce travail avait donné lieu à une représentation qui fut pour chacun des participants un moment de grâce et de fantaisie. Nous avons ensuite eu le désir d"aller plus loin en réalisant une vidéo et (...) nous avons rendu compte de ce processus d"élaboration qui permettait un nouveau regard sur l"événement" (M. Saduis).
Clé de bronze - Lorquin 1999

+ Maboul Palace
Atelier Vidéo du Code de l"Equipe, Belgique, 2003, Beta SP, vo fr / fr ov, 20"
Au départ, il y a le désir des participants à l"atelier vidéo de réaliser une comédie sur le sujet de l"hospitalisation en psychiatrie. Le travail s"est construit d"après les impressions, sentiments et souvenirs de patients du Code ayant raconté l"un ou l"autre épisode de leurs séjours en hôpital psychiatrique. Ensuite, il a consisté à imaginer un univers ludique inspirés par films comme « Jumanji », « The cube », ou « Le prisonnier ». Paul Cambier, un homme comme les autres, est soudain éjecté de son univers quotidien et « atterrit » brutalement dans le Maboul Palace dont il va progressivement découvrir les règles.

+ Rodin dans son jardin

Réalisé par les patients de l¹Association Elan Retrouvé (Institut Paul Sivadon), 1994, FR, vidéo, vo fr , 17'

Au départ, un montage d’images à visée documentaire consacré aux statues du Musée Rodin. Puis, lors de l"écriture du texte, un effacement du terme « musée » au profit d"un retour signifiant « d"hôpital de jour », désormais nommé Auguste Rodin, lieu d"une catastrophe surnaturelle qui pétrifia l"ensemble de sa population à la suite de la rupture des stocks de neuroleptiquesŠ
Clé d"or - Lorquin 1995

+ Rumba cérébrale

Centre de réadaptation psychosociale Le Déclick, 2004, CA, video, vo fr , 0'

Que ressent-on quand le réel perd son sens ? Film sur la manifestation du délire, Rumba cérébrale met en situation Neuf jeunes Québécois lors de leur premier épisode psychotique. Le destin des protagonistes bascule le 11 septembre 2001. "Il fallait un événement dramatique parce que l’un des éléments déclencheur d’un état de psychose, c’est le stress. Le film est un travail de conscientisation, c’est une démarche vers l’absolution d’un des derniers grands tabous."
Sélection 2006 - Lorquin.

La projection sera suivi d’une rencontre avec Françoise Dumont, psychiatre, Martine Lombaers (Atelier vidéo du Code, Bruxelles), Philippe Laly (Rencontres nationales vidéo en Santé mentale, Paris) et Myriam Saduis (Club Antonin Artaud, Bruxelles)

04.05 > 20:00
Défilé

"En février 1999, nous avons présenté au Club Antonin Artaud un défilé de mode dans un esprit fantasque et quelque peu satirique. Ce projet avait engagé 6 mois de travail - recherche pour chacun d’un vêtement fantasque, utilisation de matériaux détournés (...) lectures de comptes-rendus des défilés de grands couturiers, écriture de textes commentant chaque vêtement, apprentissage d’une démarche convoquant les regards... In fine, ce travail avait donné lieu à une représentation qui fut pour chacun des participants un moment de grâce et de fantaisie. Nous avons ensuite eu le désir d"aller plus loin en réalisant une vidéo et (...) nous avons rendu compte de ce processus d"élaboration qui permettait un nouveau regard sur l"événement" (M. Saduis).
Clé de bronze - Lorquin 1999


Rodin dans son jardin

Au départ, un montage d’images à visée documentaire consacré aux statues du Musée Rodin. Puis, lors de l"écriture du texte, un effacement du terme « musée » au profit d"un retour signifiant « d"hôpital de jour », désormais nommé Auguste Rodin, lieu d"une catastrophe surnaturelle qui pétrifia l"ensemble de sa population à la suite de la rupture des stocks de neuroleptiquesŠ
Clé d"or - Lorquin 1995


Rumba cérébrale

Que ressent-on quand le réel perd son sens ? Film sur la manifestation du délire, Rumba cérébrale met en situation Neuf jeunes Québécois lors de leur premier épisode psychotique. Le destin des protagonistes bascule le 11 septembre 2001. "Il fallait un événement dramatique parce que l’un des éléments déclencheur d’un état de psychose, c’est le stress. Le film est un travail de conscientisation, c’est une démarche vers l’absolution d’un des derniers grands tabous."
Sélection 2006 - Lorquin.


La lucarne

"Dans certaines maisons de la région d’Ainay-le-Château, dans le Bourbonnais, un des murs de la chambre des propriétaires était autrefois percé d’une lucarne. L’ouverture ainsi pratiquée donnait sur les quartiers réservés à leurs pensionnaires, des malades mentaux, hommes et femmes. Les "parents d’accueil" pouvaient dès lors aisément surveiller les égarements passagers de leurs "protégés". Voilà déjà cent ans que ces pratiques existent et, aujourd’hui, quatre cents familles de l’endroit accueillent quelque mille patients principalement originaires d’hôpitaux parisiens. Là, c’est la campagne, nous y sommes des étrangers. Les gens de la ville n’ont pas colonisé les lieux, ils y ont envoyé leurs fous. Ces hommes et ces femmes ne sont pas un problème dont il est urgent de parler : ils ne dérangent personne, ils sont hors du monde, du nôtre. Chacun d’entre eux est, tout au plus, une petite tragédie du grand ordinaire, de celles que la société préfère laisser dans l’ombre et qui nous laisse toujours un arrière-goût amer" (Th. Augé).

+ Futur antérieur

Philippe Coen, 1988, FR, video, vo fr , 24'

Karl est étudiant, il attend les résultats d’un concours. Nicolas entraine Karl dans une spirale d’angoisse. Ce dernier projette alors en lui une vie imaginaire.
Clé d’or - Lorquin 1988

04.05 > 22:00
Futur antérieur

Karl est étudiant, il attend les résultats d’un concours. Nicolas entraine Karl dans une spirale d’angoisse. Ce dernier projette alors en lui une vie imaginaire.
Clé d’or - Lorquin 1988


A la recherche de Stephen Elliot

Interné à 8 ans dans l’institut fondé par Bruno Bettelheim, l’école orthogénique de Chicago, réputée accueillir les enfants généralement reconnus comme irrécupérables par toutes les autres structures, Stephen Elliot subit des tests psychologiques qui mettent en évidence son intelligence supérieure, mais signalent un processus de nature schizophrène, des angoisses paranoïdes suffisamment graves pour indiquer un traumatisme précoce. On préconise un traitement. Il durera treize ans. Aujourd’hui, Steve est banquier à New York. Comment a-t-il réussi à mener son combat ? De tous les enfants accueillis à l’école de Bettelheim, il est le seul à avoir réussi à en témoigner dans un livre intitulé "La Métamorphose, mes treize années chez Bruno Bettelheim". Ce film reconstruit son histoire.
Clé de bronze - Lorquin 2004

+ Petits morceaux de lumière

Alain Bouvarel & Régis Cael, 1996, FR, video, vo fr , 52'

Au travers de six histoires cliniques, ce film documentaire retrace les étapes diagnostiques, thérapeutiques et éducatives de six enfants autistes en donnant la parole à tous les secteurs de la prise en charge. Les témoignages, et particulièrement ceux des parents, tissent la trame de ce document qui met en évidence l’articulation et la complémentarité de la démarche de soin et de la démarche éducative dans le suivi des enfants autistes en hôpital de jour.

La projection sera suivie d’une rencontre avec le docteur Alain Bouvarel, directeur du Festival de Lorquin et pédopsychiatre.

05.05 > 20:00
Petits morceaux de lumière

Au travers de six histoires cliniques, ce film documentaire retrace les étapes diagnostiques, thérapeutiques et éducatives de six enfants autistes en donnant la parole à tous les secteurs de la prise en charge. Les témoignages, et particulièrement ceux des parents, tissent la trame de ce document qui met en évidence l’articulation et la complémentarité de la démarche de soin et de la démarche éducative dans le suivi des enfants autistes en hôpital de jour.


Droit de cité

Ce document nous dépeint, sans voyeurisme ni misérabilisme, le vécu quotidien du clochard, ses rites, ses pièges, la mort qui rôde en permanence. Ceux que l’on rencontre ont été choisis dans le milieu même où ils vivent ; ils sont de Nancy mais ils pourraient tout aussi bien vivre à Paris, New-York ou Montréal. L’itinérance est universelle et partout le clochard vit le même drame.
Clé d’or - Lorquin 1989.

*+ Autoportrait d’un schizophrène
Eric Duvivier et Didier-Jacques Duché, Fr, 1977, DVD, vo fr / fr ov 21’*
"Le vide est mon miroir, la mort ma compagne. Je gis, je ne suis plus rien de moi..." La déchirure intérieure d’un malade, joué par Pierre Clementi, à partir des écrits authentiques d’un patient. Une expérience de cinéma subjectif où la caméra prend la place de la tête du sujet.

La projection sera suivi d’une rencontre avec le docteur Luc Colinet, coordinateur "Précarités et Santé mentale", psychiatre au SSM Le Méridien.

06.05 > 18:00
Geel

A Geel, près d’Anvers, sur 34000 habitants, il y a 550 "fous du village". C’est qu’une tradition séculaire veut que les paysans accueillent au sein de leur famille des patients psychiatriques. Ceux-ci n’y sont pas en vacances, mais en deviennent membres à part entière et participent à la vie de leur famille adoptive. Parfois durant des dizaines d’années.
Arnout Hauben a suivi quatre de ces familles pendant quatre saisons, et filme "la vie comme elle va", sans pathos ni rebondissement spectaculaire : Robke et Eddie, les colombophiles (aussi nombreux dans cette région que dans le Hainaut des "Convoyeurs attendent), Léon, virtuose de la scie à bois, Klara, qui aime les escapades à la mer, et dont les parrains ne peuvent plus se passer.
Geel est un documentaire produit pour la télé flamande, d’excellente facture, qui - pour une fois - prend la temps de nous raconter les petites choses de la vie, parfois amusantes, parfois un peu tristes, jour après jours, dans ce petit village finalement unique au monde.
En présence d’Arnout Hauben.

+ Je ne suis pas un animal

Zorobabel & Gsara, 2005, BE, video, , 7'

Huit jeunes, patients dans un hôpital psychiatrique bruxellois, ont participé à toutes les démarches de création. Une chenille, deux singes, une colmobe, un rhino, un toucan et un papillon évoluent dans des décors champêtres et nous racontent une tranche de vie, nous livrent leurs attentes, leur recherche, leurs espoirs fous d’avenir, leur chemin accidenté, leur école buissonnière , leurs doutes, leurs questions, leurs amitiés...

06.05 > 20:00
Je ne suis pas un animal

Huit jeunes, patients dans un hôpital psychiatrique bruxellois, ont participé à toutes les démarches de création. Une chenille, deux singes, une colmobe, un rhino, un toucan et un papillon évoluent dans des décors champêtres et nous racontent une tranche de vie, nous livrent leurs attentes, leur recherche, leurs espoirs fous d’avenir, leur chemin accidenté, leur école buissonnière , leurs doutes, leurs questions, leurs amitiés...


J’ai rêvé d’une grande étendue d’eau

Lors de sa consultation à l’hôpital Avicenne de Bobigny, Marie-Rose Moro s’entoure de psychologues et d’ethnologues. Elle reçoit des familles migrantes, venues d’Afrique, d’Asie, du Moyen Orient et d’ailleurs. Car si l’on peut considérer, comme le faisait Georges Devereux, le précurseur de l’ethnopsychanalyse, que les maladies mentales et le fonctionnement du psychisme et de l’inconscient sont universels, c’est toutefois dans un code culturel spécifique que s’expriment les maladies et que se déroulent les psychothérapies. Les migrants de première génération sont par conséquent des personnes dont les problèmes ne peuvent éventuellement pas se comprendre par les voies habituelles de la médecine et de la psychiatrie. Là, les patients trouvent ce qu’aucune thérapie ne leur propose ailleurs : ils peuvent exprimer ce qui leur arrive, sans se couper de leurs croyances, de leurs coutumes, ni de leur histoire. Comme dans les sociétés traditionnelles où la maladie est soignée collectivement, le travail se fait en groupe. Lieu d’invention autant qu’espace clinique d’exception, ce service a accepté qu’une caméra témoigne du travail sensible qui s’y déroule.

+ Derrière les maux dits

Pierre Herz & Annick Le Boulanger, 1988, FR, video, vo fr , 15'

Un regard caustique sur les travers de l’institution, fiction jouée par des non-soignants montrant le décalage progressif existant entre le discours professionnel et le ressenti d’une patiente pénétrant dans l’univers psychiatrique.
Clef de bronze - Lorquin 1988.

06.05 > 22:00
Derrière les maux dits

Un regard caustique sur les travers de l’institution, fiction jouée par des non-soignants montrant le décalage progressif existant entre le discours professionnel et le ressenti d’une patiente pénétrant dans l’univers psychiatrique.
Clef de bronze - Lorquin 1988.


Psychiatrie vue de l’intérieur

+ Cet homme derrière la vitre

Christian Deloeuil, 1980, FR, 8mm, vo fr , 58'

"Ce film est la confession d’un homme que la société qualifie habituellement de malade mental. Il nous permet de découvrir un être doué de rares qualités d’âme et d’esprit. C’est aussi un témoignage parfois drôle, parfois tendre, parfois amer et bouleversant sur l’itinéraire d’un individu coincé entre la société, la famille, l’institution psychiatrique et lui-même. Jacques Zelnio est décédé en 1989 après avoir vécu reclus chez ses parents, dans une chambre de 10 m2 dont il ne sortait plus qu’à de très rares occasions...pour se faire prescrire des tranquillisants" (Christian Deloeuil, avril 1989).
Clé d’or - Lorquin 1980

+ Médicaments, paroles d’usagers

Ateliers 18 de Malakoff, 1999, FR, video, vo , 35'

Xavier Moine, artiste en résidence à l’hôpital Paul GUIRAUD de villejuif, initiateur de l’atelier I.D. VISION, a réalisé ce film pour répondre à la demande du Docteur Denis Chino, qui était de donner la parole aux usagers confrontés à la psychiatrie et à la prise de leur traitement. Ils étaient libres de s’exprimer sur leur ressenti, leur vécu. Le travail de Xam était de tenter de nous plonger dans l’univers de la psychose : par la distorsion du son, des effets sonores et lumineux, de superpositions d’images afin de nous immerger dans cet univers parallèle.

La projection sera suivi d’une rencontre avec Marie-Agnès Lemoux (Atelier 18 de Malakoff, Paris) et Philippe Hennaux, psychiatrie et président de la LBFSM.

07.05 > 18:00
Cet homme derrière la vitre

"Ce film est la confession d’un homme que la société qualifie habituellement de malade mental. Il nous permet de découvrir un être doué de rares qualités d’âme et d’esprit. C’est aussi un témoignage parfois drôle, parfois tendre, parfois amer et bouleversant sur l’itinéraire d’un individu coincé entre la société, la famille, l’institution psychiatrique et lui-même. Jacques Zelnio est décédé en 1989 après avoir vécu reclus chez ses parents, dans une chambre de 10 m2 dont il ne sortait plus qu’à de très rares occasions...pour se faire prescrire des tranquillisants" (Christian Deloeuil, avril 1989).
Clé d’or - Lorquin 1980


Médicaments, paroles d’usagers

Xavier Moine, artiste en résidence à l’hôpital Paul GUIRAUD de villejuif, initiateur de l’atelier I.D. VISION, a réalisé ce film pour répondre à la demande du Docteur Denis Chino, qui était de donner la parole aux usagers confrontés à la psychiatrie et à la prise de leur traitement. Ils étaient libres de s’exprimer sur leur ressenti, leur vécu. Le travail de Xam était de tenter de nous plonger dans l’univers de la psychose : par la distorsion du son, des effets sonores et lumineux, de superpositions d’images afin de nous immerger dans cet univers parallèle.


Aliénations

En suivant au quotidien médecins, malades et familles dans le service de psychiatrie d’un hôpital de Constantine, le film tente de comprendre les souffrances que peuvent vivre, aujourd’hui les Algériens et de cerner le malaise social dominant dans ce pays, les difficultés qu’il rencontre pour définir son identité collective et nationale. La société algérienne a été profondément bouleversée durant le siècle dernier. La colonisation tout d’abord, a mis en contact - violent - deux cultures. Depuis 1962 et plus encore ces dix dernières années, l’Algérie n’a cessé d’être travaillée par l’opposition tradition/modernité, valeurs religieuses/valeurs démocratiques. S’intéresser à ce qui se passe aujourd’hui dans un hôpital algérien de psychiatrie est une façon de prendre le pouls de cette société en s’écartant du tourbillon des événements et de leur médiatisation. L’auteur dédie son film à son père, l’un des fondateurs de la psychiatrie algérienne.

07.05 > 20:00
« Mentale Beelden » : 30 jaar films over psychische gezondheid

In 1977 vindt de eerste editie plaats van het festival « Ciné Video Psy » in Lorquin, een dorp in de Lorrainestreek, in een voormalig psychiatrisch ziekenhuis. Tijdens de eerste jaren drijft het festival op het enthousiasme van idealistische hulpverleners, die definitief komaf willen maken met de aberraties van de asielpsychiatrie. Het is het tijdperk van grote ideologische debatten, van strijd tussen de verschillende scholen en gedachtegangen, confrontaties tussen psychoanalyse, marxisme, antipsychiatrie... Een humanistische visie op psychiatrie domineert.
Ondertussen worden patiënten steeds meer verzorgd buiten de instellingen, zodat het domein van de psychische gezondheid steeds breder wordt en er steeds meer disciplines bij betrokken worden (het medisch-sociale, educatie, recht, kunst...). Lorquin groeit uit tot een ontmoetingsplaats tussen hulpverleners en filmmakers. Het festival is een afspiegeling van de evolutie van hedendaagse psychiatrie, zijn crises, de banden met het sociale en het politieke veld. Ondertussen zijn ze aan hun dertigste editie toe.
Elk jaar bekroont een jury films die een bijzondere kijk bieden op vragen die te maken hebben met psychiatrie. Naar aanleiding van de dertigste verjaardag programmeert Nova samen met Psymages en de (franstalige) Liga voor Mentale gezondheid een reeks films die opzien baarde tijdens de vorige edities, samen met andere films die getuigen van de evolutie van psychiatrie.

PS. Het festival « Images mentales / Mentale beelden » gaat eveneens door in Cinema Arenberg van 2 tot 4 mei. Je kan daar terecht voor onder andere : de avantpremière van « Folle embellie » van Dominique Cabrera ; archiefbeelden uit de psychiatrie van de jaren ’60 en ’70 ; films over etnopsychiatrie, het engagement van verzorgingspersoneel, autisme, ouder worden...
Inlichtingen en volledig programma : www.psymages.be en www.cinergie.be


Films uit workshops

*Défilé
Corinne Behin & Myriam Saduis, B., 1999, 16’*
« In februari 1999 hielden we in de club Antonin Artaud een eigenzinnige en ietwat satirische modeshow. De voorbereiding nam 6 maanden in beslag ­ het zoeken naar eigenzinnige kledingstukken voor elk, het op een andere manier gebruiken van materialen, het bekijken van defilés van grote couturiers, het schrijven van teksten die de kledingstukken becommentariëren, het leren aandacht op zich te vestigen.... Uiteindelijk mondde al dat werk uit in een voorstelling die voor alle deelnemers een moment van charme en fantasie betekende. We wilden dit werk verder zetten door een video te maken (...) en zo kregen we een nieuwe kijk op het evenement. » (Myriam Saduis).
Bronzen sleutel op het festival van Lorquin, 1999

+ Maboul Palace

Video-atelier van «Code de l'Equipe», 2003, BE, video, vo fr , 20'

Aan de basis van dit project ligt de wens van de deelnemers om een komedie te maken over psychiatrie. Gebruik makend van een bijzondere vertelstructuur baseert deze film zich op indrukken, gevoelens en herinneringen van patiënten tijdens hun verblijf in de instelling. Vervolgens werd een speels universum gecreëerd : Paul Cambier, een mens zoals zovele anderen, wordt plots uit zijn bekende omgeving gekatapulteerd en belandt in Maboul Palace waar hij geleidelijk aan kennis maakt met de regels.

*Rodin dans son jardin
Gerealiseerd door de patiënten van de vereniging Elan Retrouvé (Instituut Paul Sivadon), Fr, 1994, 17’*
De film begint in het Rodinmuseum, dat daarna verandert in een ziekenhuis. Daar vindt een bovennatuurlijke ramp plaats die de gehele bevolking treft ten gevolge van uitputting van de stock neuroleptica...
Gouden Sleutel op het festival van Lorquin, 1995.

*Rumba cérébrale
Centrum psychosociale readaptatie Le Déclick, Québec, 40’*
Wat ervaar je wanneer de werkelijkheid betekenis verliest ? Dit is een film over negen psychotische jongeren. Hun toestand werd uitgelokt door de gebeurtenissen op 11 september 2001. Dramatische evenementen als deze kunnen een toestand van psychose teweegbrengen. De film belicht een onderwerp dat nog steeds taboe is : gek zijn.
Geselecteerd voor het 30ste festival van Lorquin, 2006.

De voorstelling wordt gevolgd door een ontmoeting met Françoise Dumont, Martine Lombaers (videoatelier, Brussel), Philippe Laly (Video en mentale gezondheid, Parijs) en Myriam Saduis (Club Antonin Artaud, Brussel).

04.05 > 20:00
Maboul Palace

Aan de basis van dit project ligt de wens van de deelnemers om een komedie te maken over psychiatrie. Gebruik makend van een bijzondere vertelstructuur baseert deze film zich op indrukken, gevoelens en herinneringen van patiënten tijdens hun verblijf in de instelling. Vervolgens werd een speels universum gecreëerd : Paul Cambier, een mens zoals zovele anderen, wordt plots uit zijn bekende omgeving gekatapulteerd en belandt in Maboul Palace waar hij geleidelijk aan kennis maakt met de regels.


La lucarne

Heel wat huizen in de streek van Bourbonnais hebben een dakvenster met zicht op de wijk waar de mentaal gestoorden woonden. Op deze manier kunnen de bewoners een oogje in het zeil houden.
Deze praktijk bestaat reeds een eeuw en vandaag de dag zijn er zo’n 400 families die een duizendtal patienten onthalen die voornamelijk uit Parijse ziekenhuizen komen. De stadsmensen sturen hun gekken naar het platteland. Deze mannen en vrouwen vormen geen probleem, ze storen niemand, ze wonen buiten onze wereld.

+ Futur antérieur

Philippe Coen, 1988, FR, video, vo fr , 24'

Karl is student, hij wacht op de uitslagen van een examen. Nicolas sleurt Karl mee in een angstspiraal. Zo begint Karl een ingebeeld leven.
Gouden Sleutel op het festival van Lorquin, 1988

04.05 > 22:00
Futur antérieur

Karl is student, hij wacht op de uitslagen van een examen. Nicolas sleurt Karl mee in een angstspiraal. Zo begint Karl een ingebeeld leven.
Gouden Sleutel op het festival van Lorquin, 1988


Autisme

*A la recherche de Stephen Elliot
Christophe Chevalier & Cecilia Pagliarani, Fr, 2003, 47’*
Stephen Eliot werd op achtjarige leeftijd geïnterneerd in de instelling van Bruno Bettelheim, bezieler van de Orthogenische School van Chicago. Dit instituut onthaalde kinderen die door andere instellingen beschouwd werden als « hopeloze gevallen ». Stephen Eliot onderging psychologische testen die zijn overbegaafdheid aantoonden, maar ook zijn schizofrene natuur. De behandeling neemt dertien jaar in beslag. Vandaag is Steven bankier in New York. Van alle kinderen die in het instituut van Bettelheim verbleven, is hij de enige die erover getuigde. Deze film vertelt zijn pakkende verhaal.
Bronzen sleutel op het festival van Lorquin, 2004

*Petits morceaux de lumière
Alain Bouvarel et Régis Cael, Fr, 1996, 52’*
Deze documentaire toont in zes verhalen over autistische kinderen de verschillende etappes die tot een diagnose en therapie leiden. De getuigenissen, meer bepaald die van de ouders, werpen licht op de verzorging en opvolging die deze kinderen nodig hebben.

De film wordt gevolgd door een ontmoeting met dokter Alain Bouveral, directeur van het festival van Lorquin, en kinderpsychiater.

05.05 > 20:00
Droit de cité

Het dagelijkse leven van een dakloze, zonder voyeurisme noch geklaag. Zijn rituelen en valkuilen, de dood die voortdurend nabij is... Hij leeft in Nancy, maar hij zou ook in Brussel, New-York of Londen kunnen leven. De afgelegde weg is dezelfde, het drama eveneens.
Gouden Sleutel op het festival van Lorquin, 1989.

*+ Autoportrait d’un schizophrène
Eric Duvivier & Didier-Jacques Duché, Fr, 1977, video, vo fr / fr ov 21’*
« De leegte is mijn spiegel, de dood mijn gezel. Ik berust, er blijft niets van me over.... » De innerlijke verscheuring van een schizofreen, vertolkt door Pierre Clementi, op basis van authentieke teksten van een patiënt. Subjectieve cinema, gefilmd vanuit het hoofd van het onderwerp.

Gevolgd door een ontmoeting met dokter Luc Colinet, coördinator "Précarités et Santé mentale" en psychiater.

06.05 > 18:00
Geel

Geel is toch dat stadje in de Kempen waar gekken vrij rondlopen, niet ?
Het is een eeuwenoude en unieke traditie van de Gelenaren om een psychiatrische patiënt in hun gezin te verwelkomen. Het gaat hier niet om "gekken" die af en toe een weekendje doorbrengen in "normale" gezinnen. Neen, de gasten worden lid van de familie, en meer dan één verblijft er decennia lang. Arnout Hauben volgde vier van zulke gezinnen gedurende één jaar, vier seizoenen lang. Verwacht geen schokkende gebeurtenissen, geen suspense. Hauben toont het leven van alledag : Robke en Eddie zijn duivenliefhebbers, Leon zaagt graag "zowel buiten als binnen", en Klara gaat op vakantie naar zee terwijl Joske ietwat verwezen achterblijft.
"Geel" is een recente televisiedocumentaire, maar dan één van het uitzonderlijke soort, één die de tijd neemt om dagdagelijkse, grappige en soms trieste verhalen te vertellen. Televisie zoals we het graag hebben.
In aanwezigheid van Arnout Hauben.

*+ Je ne suis pas un animal
Zorobabel & GSARA, B,, video, 7’*
Acht jonge patiënten in een psychiatrische instelling in Brussel vertellen over hun verwachtingen, zotte toekomstdromen, parcours, twijfels, vriendschappen...

06.05 > 20:00
J’ai rêvé d’une grande étendue d’eau

Tijdens de consultatie in het ziekenhuis van Avicenne in Bobigny omringt Marie-Rose Moro zich met psychologen en etnologen. Ze ontvangt migrantenfamilies uit Afrika, Azië en elders. Hoewel we kunnen aannemen dat de werking van de psyche en het onbewuste, en dus ook mentale ziekten, universeel is, blijft de uitdrukking ervan sterk gebonden aan culturele codes, evenals de behandeling. Het ziekenhuis is een unieke plaats voor patiënten : ze kunnen uitdrukken wat hen overkomt, zonder zich te moeten ontdoen van hun geloof, codes, gewoonten en voorgeschiedenis.

+ Derrière les maux dits

Pierre Herz & Annick Le Boulanger, 1988, FR, video, vo fr , 15'

Een bijtende kijk op de gebreken van een instituut, een fictie die de voortschrijdende ontregeling toont tussen professioneel discours en de belevenissen van een patiënt die het psychiatrische universum binnentreedt.
Bronzen Sleutel op het festival van Lorquin, 1988.

06.05 > 22:00
Derrière les maux dits

Een bijtende kijk op de gebreken van een instituut, een fictie die de voortschrijdende ontregeling toont tussen professioneel discours en de belevenissen van een patiënt die het psychiatrische universum binnentreedt.
Bronzen Sleutel op het festival van Lorquin, 1988.


Psychiatrie vue de l’intérieur

+ Cet homme derrière la vitre

Christian Deloeuil, 1980, FR, 8mm, vo fr , 58'

De ontdekking van een mens begiftigd met zeldzame kwaliteiten. Een grappige, bittere en ontstellende getuigenis van de weg van een individu, bekneld tussen de maatschappij, zijn familie, het psychiatrisch instituut en zichzelf. Jacques Zelnio overleed in 1989 na een leven in een kamertje van 10 vierkante meter in zijn ouderlijke huis dat hij enkel verliet om de voorschriften van zijn medicatie te gaan halen.
Gouden Sleutel, 1980.

+ Médicaments, paroles d’usagers

Ateliers 18 de Malakoff, 1999, FR, video, vo , 35'

Gebruikers van psychiatrie getuigen van de effecten van kalmerende middelen, neuroleptica, antidepressiva... Sommigen hebben het gevoel dat hen iets essentieel ontnomen wordt : hun woede, hun vrije wilsbeschikking, hun gevoelens. Anderen vinden er toevlucht in en menen dat medicatie hen in staat stelt de confrontatie met de echte wereld aan te gaan. Hun woorden zetten aan tot nadenken over medicatie en de verantwoordelijkheid van artsen die ze voorschrijven.

Gevolgd door een ontmoeting met Marie-Agnès Lemoux (Atelier 18 de Malakoff, Parijs) en Philippe Hennaux, psychiater en voorzitter van LBFSM.

07.05 > 18:00
Cet homme derrière la vitre

De ontdekking van een mens begiftigd met zeldzame kwaliteiten. Een grappige, bittere en ontstellende getuigenis van de weg van een individu, bekneld tussen de maatschappij, zijn familie, het psychiatrisch instituut en zichzelf. Jacques Zelnio overleed in 1989 na een leven in een kamertje van 10 vierkante meter in zijn ouderlijke huis dat hij enkel verliet om de voorschriften van zijn medicatie te gaan halen.
Gouden Sleutel, 1980.


Médicaments, paroles d’usagers

Gebruikers van psychiatrie getuigen van de effecten van kalmerende middelen, neuroleptica, antidepressiva... Sommigen hebben het gevoel dat hen iets essentieel ontnomen wordt : hun woede, hun vrije wilsbeschikking, hun gevoelens. Anderen vinden er toevlucht in en menen dat medicatie hen in staat stelt de confrontatie met de echte wereld aan te gaan. Hun woorden zetten aan tot nadenken over medicatie en de verantwoordelijkheid van artsen die ze voorschrijven.


Aliénations

"Alienations" toont artsen, zieken en hun familie in de psychiatrische afdeling van een ziekenhuis in Algerije. De film belicht de sociale malaise in het land, het lijden van de Algerijnen en de moeilijkheden die ze ondervinden om hun nationale identiteit te definiëren. De kolonisatie veroorzaakte een gewelddadige botsing tussen twee culturen. Sinds de onafhankelijkheid in 1962 zijn er doorlopend conflicten tussen moderniteit en traditie, tussen religieuze en profane waarden. Door te focussen op een psychiatrisch ziekenhuis, wordt afstand genomen van het beeld dat de media scheppen van Algerije.

07.05 > 20:00
http://www.nova-cinema.org/spip.php?page=print&id_rubrique=845&lang=fr