> Death on Film

Une sélection remarquable de films sur la représentation de la mort à l’écran et la pulsion scopique qu’elle génère : depuis les films classiques et cultes jusqu’au cinéma extrême et trash, le cinéma y exploite la pornographie de la violence et de la mort. Le chef-d’œuvre “Peeping Tom” de Michael Powell, le sulfureux “Last House On Dead End Street”, les abominables séries “Faces of Death” et “Guinea Pig”, les productions belges “Des morts” et “C’est arrivé près de chez vous”, “Benny’s Video” de Michael Haneke ou encore “The Blair Witch Project” et “[REC]” : 25 films de tous horizons. Les documentaires Mondo sensationnels des années 60, les snuff movies (mettant soi-disant en scène de vrais meurtres) et les films d’horreur façon found footage, les video nasties en VHS aux jaquettes racoleuses des années 80, ainsi que les retransmissions en direct de violences, catastrophes et accidents filmés sur smartphone (ou dash cam) prouvent que la fascination pour la mort n’a rien perdu de sa force morbide.


intro

Een opmerkelijke selectie rolprenten over het vastleggen van dood op film en de menselijke drang om ernaar te kijken. Klassiekers en cultfilms worden afgewisseld met extreme cinema en pure trash waarbij de dood wordt geëxploiteerd als een pornografie van het geweld. Michael Powel’s "Peeping Tom", "Last House On Dead End Street", de infame "Faces of Death" en "Guinea Pig" series, de Belgische "Des morts" en "C’est arrivé près de chez vous", Haneke’s "Benny’s Video" of "The Blair Witch Project" en "[REC]" : het uitgebreide aanbod van wel 25 films is heel gevarieerd. Van de sensationele Mondo documentaires uit de jaren ’60 over de mythologie van de snuff film - waarbij zogenaamd echte moorden worden gepleegd - tot het fenomeen van found footage horror, van video nasties met onsmakelijk attractieve vhs covers van de jaren ’80, tot de 21ste eeuwse Dash Cam en smartphone streamings van gewelddaden, catastrofes en ongelukken : de fascinatie voor de dood blijkt immer confronterend en schokkend actueel.


Jörg Buttgereit Invité principal de la section

Le cinéaste allemand Jörg Buttgereit s’est construit une carrière de provocateur, de metteur en scène et de réalisateur de certains des films les plus controversés au monde. Par le prisme d’une éthique punk ainsi que d’un langage visuel et d’une technique cinématographique visionnaires, ses films sont imprégnés d’une fascination perverse pour la mort. Il ne manque toutefois pas de souligner la fragilité de la vie et de représenter une forme d’amour aliénée mais sincère. Sa démarche artistique l’éloigne cependant des amateurs d’horreur, malgré l’abondance d’hémoglobine et les images minutieusement détaillées de mutilations, de décomposition et de pourriture. Ses films caustiques ("Necromantik 1 & 2", "Der Tödesking" et "Schramm", les 3 derniers présentés au Nova les 22 et 23.03) en font un des réalisateurs les plus originaux, novateurs et "dangereux" et restent, vingt ans après, toujours autant déconseillés aux âmes sensibles.


Jörg Buttgereit Speciale gast van de sectie

De Duitse filmmaker Jörg Buttgereit heeft een carrière uitgebouwd als provocateur, theatermaker en regisseur van enkele van de beruchtste en meest controversiële films ooit. Vertrekkend vanuit een punk ethiek en zich gaandeweg bekwamend in een verrassende visionaire beeldtaal en filmtechniek, zijn al zijn films doortrokken van een perverse fascinatie voor de dood. Tezelfdertijd heeft hij aandacht voor de fragiliteit van het leven en voor een verwrongen maar oprechte vorm van romantiek. Zijn artistieke benadering maakt echter dat hij zich vervreemd van de reguliere horror fans, ondanks de overvloedige bloederigheid en extreem gedetailleerde beelden van mutilatie, aftakeling en verrotting. Buttgereit’s sardonische filmkwartet ("Nekromantik 1 & 2", "Der Todesking" en "Schramm" - de laatste 3 films gepresenteerd in de Nova 22 en 23.03) maakt hem tot één van de meest originele, innovatieve en "gevaarlijke" filmmakers. Twintig jaar later is zijn werk nog steeds af te raden voor gevoelige kijkers.


The Trilogy of Death : Awakening, Aftermath, Genesis

Une triplette de courts métrages exquis et dérangeants servis par le réalisateur Nacho Cerdà illustre trois instants de la lutte de la vie contre la mort. Dans "Awakening", le seul segment tourné en noir et blanc, un garçon tombe de fatigue à l’école et vit une expérience mystique qui l’extrait de son corps physique. Tourné dans une morgue, "Aftermath" exploite les tonalités du Lacrimosa de Mozart dans son exploration des gestes de la préparation du cadavre pour le jour de son enterrement. Enfin, jusqu’à ce qu’un croque-mort dérape quand le corps d’une jeune femme décédée dans un accident de voiture arrive à la morgue. Et dans "Genesis", un artiste désespéré tente d’apaiser le deuil de sa femme en concevant une sculpture taille-réelle. Un peu trop proche du réel, sans doute, sa création saigne et l’angoisse s’installe.

20.03 > 21:30
The Trilogy of Death : Awakening, Aftermath, Genesis

Deze drie verontrustende maar prachtige kortfilms van Spaans regisseur Nacho Cerdà illustreren verschillende fases van het leven versus de dood. In "Awakening", het enige segment van de trilogie dat in zwart/wit werd gefilmd, valt een jongen in slaap in de klas en treedt buiten zijn lichaam. "Aftermath", dat zich afspeelt in een lijkenhuis, maakt slim gebruik van Mozart’s "Lacrimosa" terwijl het via afstandelijke doch expliciete details uitbeeldt hoe lijken worden klaargemaakt voor de uitvaart alvorens één van de begrafenisondernemers zijn perverse verlangens uitleeft op het levenloze lichaam van een jonge vrouw die tijdens een auto-ongeluk om het leven kwam. En in "Genesis" tracht een rouwende kunstenaar zijn verdriet te verzachten door een levensgroot standbeeld van zijn overleden vrouw te maken. Maar al snel begint het beeldhouwwerk te bloeden...

20.03 > 21:30
The Killing of America

Ce documentaire percutant sur la mutation du rêve américain en dystopie répugnante est gavé d’images non censurées d’émeutes, de cadavres et d’exécutions – dont l’assassinat de JFK – et des images d’archive de tueurs en série comme Ed Kemper, Ted Bundy et la Manson family. "The Killing of America" est un film massue qui préserve encore aujourd’hui toute sa pertinence à l’heure où le port d’armes et la fascination pour le meurtre demeurent des éléments incontournables d’une certaine culture américaine. Porté par le coréalisateur Leonard Schrader, grand frère de Paul (et coscénariste sur des films comme "The Yakuza", "Blue Collar" et "Mishima"), ce film était à l’origine destiné à la télévision japonaise et a depuis acquis le statut d’incontournable du genre.

21.03 > 19:30
The Killing of America

Deze scherpe, politiek getinte documentaire over de teloorgang van de Amerikaanse droom in een totale dystopie zit vol ongecensureerde en schokkende nieuwsbeelden van rellen, gewelddaden en moordpartijen, waaronder de iconische Zapruder film van de aanslag op JFK, en archiefbeelden van serial killers als Ed Kemper, Ted Bundy en de Manson family. Het is een ware mokerslag van een film die in de Verenigde Staten van vandaag nog net zo relevant is als in de jaren ’80 in de ontmaskering van ’s lands voortdurende fascinatie voor vuurwapens en moord. Oorspronkelijk gemaakt voor de Japanse televisie. De co-regisseur van deze docu was Leonard Schrader, de oudere broer van Paul (wiens film “Hardcore” ook in het “Death On Film” programma draait maar dan in Cinematek).

21.03 > 19:30
Nekromantik 2

"Nekromantik", le premier long métrage transgressif de Buttgereit, a été salué par John Waters comme "le tout premier film érotique pour nécrophiles". Cette suite tout aussi transgressive (mais avec plus de moyens) fait directement suite au premier film, dans un flash-back de Rob se poignardant à mort au moment d’éjaculer. Monika, une infirmière nécrophile, déterre son corps en putréfaction et le ramène à la maison, mais est vite déçue par ce nouvel amant. Bientôt, elle est confrontée à un choix entre Rob, qui se décompose rapidement, et un nouveau petit ami, bien vivant. Le nettoyage, le démembrement et la décapitation de cadavres érotiques se combinent en un triangle romantique singulier, sans jugement.


Nekromantik 2

“Nekromantik”, Jorg Buttgereits grensoverschrijdend debuut, werd door John Waters omschreven als “de allereerste erotische film voor necrofielen.” Dit eveneens grensoverschrijdend vervolg kreeg een groter budget en neemt de draad weer op daar waar het eerste deel eindigde : met Rob die zichzelf neersteekt terwijl hij klaarkomt. Monica, een necrofiele verpleegster, graaft zijn slijmerig lijk op en neemt het mee naar huis. Maar de sex tussen hen blijkt niet helemaal bevredigend en al snel heeft ze de keuze tussen de snel ontbindende Rob en een onverwachte nieuwe vlam... die nog leeft.

In “Nekromantik 2” vormen verminking en onthoofding het decor voor een romantische driehoek die je niet snel zal vergeten.


Nekromantik 2
The Last House on Dead End Street

Ancien condamné à mort, Terry Hawkins (interprété par le réalisateur) n’est pas content. Mieux, il est déterminé à faire dégouliner sa rage dans tous les recoins de la société et décide de se lancer dans la réalisation de Snuff Movies. Cette légende du film Grindhouse réalisé par Roger Watkins nous provient du début des années 70. Mais après une sortie retardée, il est devenu presqu’impossible de retracer les origines du film et de ses interprètes. À tel point que certaines rumeurs annonçaient que les meurtres projetés à l’écran étaient n’avaient rien de mis en scène. Dérangé et sordide au possible, “Last House on Dead End Street” se révèle par instant, habité, par un certain style qui n’est pas sans rappeler les travaux de Franju, Welles ou même Buñuel. Forage d’yeux et fellation de sabot sont autant de traces hallucinogènes qui confirment l’annonce du réalisateur : ce film aurait été impossible sans l’ingestion de substances.


The Last House on Dead End Street

Ex-gevangene Terry Hawkins (gespeeld door de regisseur) is vastbesloten zijn stempel op de maatschappij te drukken via het maken van snuff films. Deze legendarische video nasty van Roger Watkins werd begin jaren zeventig ingeblikt, maar bleek na een vertraagde release bijzonder moeilijk op te sporen. Dit leidde tot geruchten dat de (nep) moorden echt zouden zijn. De film is uitermate ziek en vies, maar bevat tussen de martelscènes door stylistische knipoogjes naar Welles, Franju en Buñuel. De regisseur beweert de film onder invloed van drugs te hebben gemaakt ; de resultaten zijn zo smerig dat je hem alleen maar kan geloven.


Guinea Pig : The Devil’s Experiment
Guinea Pig : The Devil’s Experiment
Guinea Pig : Flower of Flesh and Blood

On raconte que Charlie Sheen fut tellement choqué après avoir vu "Guinea Pig" qu’il a appelé le FBI pour dénoncer les réalisateurs du film. Affaire facile pour les agents fédéraux : les réalisateurs du film se justifiaient déjà auprès des tribunaux japonais pour attester de l’aspect fictif des prises de vue. "The Devil’s Experiment", premier de cette série incontournable de snuffs, s’offre comme un found footage cru dans lequel trois hommes torturent à mort une femme en la cognant, la brûlant ou encore en l’éviscérant. Le tout dans un souci esthétique évident, ce serait dommage de proférer ces jeux gratuitement. Dans la plus stylisée des suites, "Flower of Flesh and Blood", le réalisateur Hideshi Hino – par ailleurs mangaka d’horreur – se déguise en samouraï pour démembrer et éviscérer sa victime. Kampaï !


Death on Film Night

+ Nekromantik 2

Jörg Buttgereit, 1991, DE, DCP, vo st ang, 111'

"Nekromantik", le premier long métrage transgressif de Buttgereit, a été salué par John Waters comme "le tout premier film érotique pour nécrophiles". Cette suite tout aussi transgressive (mais avec plus de moyens) fait directement suite au premier film, dans un flash-back de Rob se poignardant à mort au moment d’éjaculer. Monika, une infirmière nécrophile, déterre son corps en putréfaction et le ramène à la maison, mais est vite déçue par ce nouvel amant. Bientôt, elle est confrontée à un choix entre Rob, qui se décompose rapidement, et un nouveau petit ami, bien vivant. Le nettoyage, le démembrement et la décapitation de cadavres érotiques se combinent en un triangle romantique singulier, sans jugement.

+ The Last House on Dead End Street

Roger Watkins, 1977, US, DCP, vo st ang, 77'

Ancien condamné à mort, Terry Hawkins (interprété par le réalisateur) n’est pas content. Mieux, il est déterminé à faire dégouliner sa rage dans tous les recoins de la société et décide de se lancer dans la réalisation de Snuff Movies. Cette légende du film Grindhouse réalisé par Roger Watkins nous provient du début des années 70. Mais après une sortie retardée, il est devenu presqu’impossible de retracer les origines du film et de ses interprètes. À tel point que certaines rumeurs annonçaient que les meurtres projetés à l’écran étaient n’avaient rien de mis en scène. Dérangé et sordide au possible, “Last House on Dead End Street” se révèle par instant, habité, par un certain style qui n’est pas sans rappeler les travaux de Franju, Welles ou même Buñuel. Forage d’yeux et fellation de sabot sont autant de traces hallucinogènes qui confirment l’annonce du réalisateur : ce film aurait été impossible sans l’ingestion de substances.

+ Guinea Pig : The Devil’s Experiment

Satoru Ogura, 1985, JP, HD, vo st ang, 43'

+ Guinea Pig : Flower of Flesh and Blood

Hideshi Hino, 1985, JP, HD, vo st ang, 42'

On raconte que Charlie Sheen fut tellement choqué après avoir vu "Guinea Pig" qu’il a appelé le FBI pour dénoncer les réalisateurs du film. Affaire facile pour les agents fédéraux : les réalisateurs du film se justifiaient déjà auprès des tribunaux japonais pour attester de l’aspect fictif des prises de vue. "The Devil’s Experiment", premier de cette série incontournable de snuffs, s’offre comme un found footage cru dans lequel trois hommes torturent à mort une femme en la cognant, la brûlant ou encore en l’éviscérant. Le tout dans un souci esthétique évident, ce serait dommage de proférer ces jeux gratuitement. Dans la plus stylisée des suites, "Flower of Flesh and Blood", le réalisateur Hideshi Hino – par ailleurs mangaka d’horreur – se déguise en samouraï pour démembrer et éviscérer sa victime. Kampaï !

22.03 > 21:30
Death on Film Night

Deze bloedstollende en weerzinwekkende nacht in het fijne gezelschap Master of Ceremony Mike Hunchback, regisseur Jörg Buttgereit en de geschifte bende van cIRQ, zal gaandeweg de goesting in een stevig ontbijt wegnemen.

+ Nekromantik 2

Jörg Buttgereit, 1991, DE, DCP, vo st ang, 111'

“Nekromantik”, Jorg Buttgereits grensoverschrijdend debuut, werd door John Waters omschreven als “de allereerste erotische film voor necrofielen.” Dit eveneens grensoverschrijdend vervolg kreeg een groter budget en neemt de draad weer op daar waar het eerste deel eindigde : met Rob die zichzelf neersteekt terwijl hij klaarkomt. Monica, een necrofiele verpleegster, graaft zijn slijmerig lijk op en neemt het mee naar huis. Maar de sex tussen hen blijkt niet helemaal bevredigend en al snel heeft ze de keuze tussen de snel ontbindende Rob en een onverwachte nieuwe vlam... die nog leeft.

In “Nekromantik 2” vormen verminking en onthoofding het decor voor een romantische driehoek die je niet snel zal vergeten.

+ The Last House on Dead End Street

Roger Watkins, 1977, US, DCP, vo st ang, 77'

Ex-gevangene Terry Hawkins (gespeeld door de regisseur) is vastbesloten zijn stempel op de maatschappij te drukken via het maken van snuff films. Deze legendarische video nasty van Roger Watkins werd begin jaren zeventig ingeblikt, maar bleek na een vertraagde release bijzonder moeilijk op te sporen. Dit leidde tot geruchten dat de (nep) moorden echt zouden zijn. De film is uitermate ziek en vies, maar bevat tussen de martelscènes door stylistische knipoogjes naar Welles, Franju en Buñuel. De regisseur beweert de film onder invloed van drugs te hebben gemaakt ; de resultaten zijn zo smerig dat je hem alleen maar kan geloven.

+ Guinea Pig : The Devil’s Experiment

Satoru Ogura, 1985, JP, HD, vo st ang, 43'

22.03 > 21:30
Death on Film : International Conference

Contrairement aux représentations du sexe, qui ne pouvaient être vues que clandestinement et en cercle privé, le public n’a jamais été épargné par les représentations de la mort, et ce dès la naissance du cinéma. Ainsi, Thomas Edison a nourri l’attrait pour ce thème avec des mises en scène filmées d’exécutions. Plus d’un siècle plus tard, les exécutions que nous voyons sont réelles et nous sommes déconcertés par les atrocités qui sont accessibles sur internet par un simple clic.C’est le sujet du livre "Killing for Culture : From Edison to Isis : A New History of Death on Film" de David Kerekes et David Slater (Headpress, 2016), qui a inspiré la programmation "Death on Film" cette année. Cette conférence commencera donc par un entretien sur scène avec un des auteurs : David Kerekes. Il est également cofondateur de la maison d’édition underground Headpress et a écrit un livre sur Jörg Buttgereit : "Sex Murder Art".

Tina Kendall (Anglia Ruskin University) : "The Evolving Technologies of Death on Film : from Benny’s Video to Unfriended : Dark Web"
Steve Jones (Northumbria University) : "La Petite Mort : Sex and Death in Hardcore Horror"
Johnny Walker (Northumbria University) : "Video Violence : The “Shot On Video” Horror Phenomenon"

23.03 > 13:30
Death on Film : International Conference

In tegenstelling tot uitbeeldingen van seks, die alleen clandestien en privé waren te bekijken, werden beelden van de dood vanaf de geboorte van de cinema publiekelijk vertoond. Zo voedde iemand als Thomas Edison de appetijt voor dit materiaal met geensceneerde executies op film. Een dikke eeuw later zijn de excecuties die we zien echt en is de wereld verbijsterd over de brutaliteiten die gratis online beschikbaar zijn met een druk op de knop.

Dit is de insteek van het boek “Killing for Culture : From Edison to Isis : A New History of Death on Film” van David Kerekes en David Slater (Headpress, 2016) dat de inspiratiebron vormde voor de “Death on Film” programmering dit jaar. We beginnen deze conferentie dan ook met een on stage interview van één van de auteurs, David Kerekes. Hij is ook de co-oprichter van het underground publishing house Headpress en heeft o.a. ook een boek over Jörg Buttgereit geschreven, “Sex Murder Art”.

23.03 > 13:30
Schramm Into the Mind of a Serial Killer

La méditation de Buttgereit sur la vie solitaire, et la mort, d’un tueur en série démarre quand Lothar Schramm (interprété sans peur par Florian Koerner von Gustorf) tombe d’une échelle dans son appartement. Alors qu’il gît dans une mare de sang, les scènes de sa vie misérable resurgissent devant ses yeux, et, forcément, devant les nôtres. Fantasmes et instants de réalité s’entrecroisent dans un maelström mémoriel où se confondent des images d’amputations, une fascination unilatérale pour sa voisine prostituée, des coups de marteau dans le cerveau d’une victime mais encore des monstres vagins pleins de dents, des extractions oculaires et, toujours, des viols et meurtres en série. L’horreur viscérale rencontre l’auto-flagellation, la paranoïa et la démence pour un effet quelque peu dérangeant.

+ The Death King [Der Todesking]

Jörg Buttgereit, 1990, DE, DCP, vo st ang, 80'

Sept jours dans une semaine et autant d’explorations visuelles de morts violentes sous toutes leurs coutures pour le roi de la mort. Dans ce film d’horreur qui flirte avec le registre de l’expérimental, Buttgereit nous soumet des images de suicide ou de meurtre mais aussi de la VHS nazi, un échange épistolaire de mauvaise augure, de l’auto-flagellation épuisante jusqu’au massacre en plein concert de rock. Le tout en exploitant une palette élargie de procédés choquants, drôles, surréalistes et même poignants pour révéler un discours finalement surprenant sur la fragilité et la fugacité de l’existence humaine. La bande son électro-industrielle de Hermann Kopp apporte une touche finale magistrale à cet essai tandis qu’entre chaque instant du film les différentes étapes de la décomposition d’un cadavre nous sont exposées.

Précédé de l’avant-première mondiale d’un court film d’animation qui se présente comme une suite de "Schramm" :
- Tomorrow I Will Be Dirt (Robert Morgan, UK, 2019, 8’)

Précédé de deux courts métrages :
- Mein papi (Jörg Buttgereit, 1982, 7’)
- A Moment of Silence at the Grave of Ed Gein (Jörg Buttgereit, 2012, 2’)

La séance sera suivie d’une rencontre avec le réalisateur

23.03 > 21:30
Schramm Into the Mind of a Serial Killer

Buttgereits meditatie over het eenzame leven en de nog eenzamere dood van een seriemoordenaar begint wanneer Lothar Schramm (een onverschrokken vertolking van Forian Koerner von Gustorf) van een ladder in zijn appartement valt. Terwijl hij in een plas van zijn eigen bloed ligt, flitsen scènes uit zijn ellendige leven voor zijn - en onze - ogen. Werkelijkheid en waan vermengen zich in zijn herinneringen aan een amputatie, de onbeantwoorde obsessie voor een prostituee, het inslaan van een hoofd met een hamer, monster vagina’s met met tanden, genitale verminking, verkrachting en moord. Een verontrustende ‘body-horror’ doordrenkt met waanzin, zelfhaat en paranoia.

Voorafgegaan door de korte films :
Mein papi (Jörg Buttgereit, 1982, 7’)
A Moment of Silence at the Grave of Ed Gein (Jörg Buttgereit, 2012, 2’)

De vertoning wordt gevolgd door een Q&A met regisseur Jorg Buttgreit.

23.03 > 21:30
The Death King Der Todesking

Sept jours dans une semaine et autant d’explorations visuelles de morts violentes sous toutes leurs coutures pour le roi de la mort. Dans ce film d’horreur qui flirte avec le registre de l’expérimental, Buttgereit nous soumet des images de suicide ou de meurtre mais aussi de la VHS nazi, un échange épistolaire de mauvaise augure, de l’auto-flagellation épuisante jusqu’au massacre en plein concert de rock. Le tout en exploitant une palette élargie de procédés choquants, drôles, surréalistes et même poignants pour révéler un discours finalement surprenant sur la fragilité et la fugacité de l’existence humaine. La bande son électro-industrielle de Hermann Kopp apporte une touche finale magistrale à cet essai tandis qu’entre chaque instant du film les différentes étapes de la décomposition d’un cadavre nous sont exposées.

Précédé de l’avant-première mondiale d’un court film d’animation qui se présente comme une suite de "Schramm" :
- Tomorrow I Will Be Dirt (Robert Morgan, UK, 2019, 8’)


The Death King Der Todesking

Een rottend mannelijk lijk keert terug in zeven verschillende dramatische vignetten, één voor elke dag van de week, in Buttgereits semi-experimentele arthouse horror, die het thema van de dood in al zijn facetten verkent. Moord en zelfmoord, een ‘nazisploitation’ VHS-tape, een sinistere kettingbrief, zelfverminking en een bloedbad tijdens een rockconcert defileren op afwisselend schokkende, aangrijpende, exploitative, grimmig komische of surreële wijze, zo de vluchtigheid en kwetsbaarheid van het leven oproepend, evenals de alomtegenwoordigheid van Magere Hein (La Faucheuse). De fantastische elektrotechnische score van Hermann Kopp is het kersje op de taart.

Voorafgegaan door de wereldpremière van een korte animatiefilm die een vervolg breit aan “Schramm” :
"Tomorrow I Will Be Dirt" (Robert Morgan, UK, 2019, 8’)


The Death King Der Todesking

A rotting male corpse supplies the framing device for seven different dramatic vignettes, one for each day of the week, as Buttgereit’s semi-experimental arthouse horror explores the theme of violent death in all its permutations. Suicide and murder, a "Nazisploitation" VHS cassette, an ominous chain letter, gruelling self-harm, and a massacre at a rock concert unfold in variously shocking, exploitative, grimly comic, poignant or surreal ways that evoke the fleetingness and fragility of life as well as the ominipresence of the Grim Reaper (La Faucheuse). Hermann Kopp’s fantastic electro-industrial score provides the finishing touch.

Voorafgegaan door de wereldpremière van een korte animatiefilm die een vervolg breit aan “Schramm” :
Tomorrow I Will Be Dirt (Robert Morgan, UK, 2019, 8’)


http://www.nova-cinema.org/spip.php?page=print&id_rubrique=2371&lang=fr