> Menaces sur le Nova et sur les projets culturels "trop particuliers" ?

Dans un avis suivi par la Ministre de la Culture Alda Greoli et rendu public entre Noël et Nouvel An, la Commission d’aide aux Opérateurs Audiovisuels (COA) a émis des doutes sur "l’intérêt culturel [du Cinéma Nova] pour la Fédération Wallonie-Bruxelles". Résultat : une baisse annuelle de 20.000 € de subsides (70.000 € au lieu de 90.000 €) par rapport au contrat-programme qui était censé durer jusque 2020 mais auquel la FWB a mis fin anticipativement !
Nous n’avons pas la place ici de développer comment cette commission fonctionne et est constituée, pourquoi la ministre suit tous ses avis (sauf celui, négatif, qui concernait le Palace, que Mme Gréoli a été repêché), comment elle en est arrivée à la suppression pure et simple du festival Filmer à Tout Prix, à prendre une mesure négative envers la plupart des ateliers de production, ou encore à émettre "des réserves sur la possibilité limitée de valorisation et diffusion du cinéma belge francophone dans le cadre d’un projet aussi particulier" que le Nova... Pour l’instant, le Nova discute avec le cabinet de la ministre pour retrouver cette somme sous une autre forme. Mais une chose est sûre : l’intérêt culturel de tels projets ne pourrait se calculer uniquement en quantité de séances, en nombre de salles ou de films produits. Au-delà du cinéma, cette vision comptable et mainstream de la culture, manifestement contaminée par le "glamour et paillettes" des Magritte, se répand à tous les secteurs (dans les Arts de la Scène : Contredanse, le théâtre Océan Nord, le Magic Land...) et s’inscrit, au niveau bruxellois, dans un contexte où plusieurs lieux culturels importants de la scène dite "underground" (Recyclart, Magasin 4, Barlok, Ateliers Mommen...) sont actuellement menacés de fermeture. Nous reviendrons prochainement sur la situation du Nova, mais aussi plus largement sur ces enjeux de fond. Pour l’heure, nous avons choisi de reproduire ici deux des très nombreux commentaires et témoignages de soutien que nous avons reçu à cette occasion.


In een advies dat werd gevolgd door Alda Greoli, de Minister van Cultuur van de Franse Gemeenschap, uit de Commissie voor audiovisuele initiatieven twijfels over "het culturele belang [van Cinema Nova] voor de Franse Gemeenschap". Gevolg : een daling van de jaarsubsidies met 20.000 € (70.000 € in plaats van 90.000 €) in een kaderprogramma dat nog liep tot 2020 maar vroegtijdig afgebroken werd.
Het leidt ons te ver om hier uit te leggen hoe deze commissie werkt en is samengesteld, waarom de minister alle adviezen volgt (behalve dat ene, negatieve, advies over Cinema Palace dat Gréoli heeft opgevist), hoe ze er toe kwam om het festival Filmer à Tout Prix regelrecht op te doeken, om negatieve maatregelen te nemen voor de meeste productie-ateliers, of om "bezwaren te uiten tegen de beperkte mogelijkheid van valorisatie en verspreiding van de Franstalige Belgische film in het kader van zo’n ongewoon project" als Nova. Op dit moment bespreekt Nova met het kabinet van de minister om dit bedrag in een andere vorm terug te krijgen. Maar één ding is zeker : het culturele belang van dergelijke projecten kan niet alleen worden berekend aan de hand van het aantal voorstellingen, zalen of geproduceerde films. Deze boekhoudkundige en mainstream visie op cultuur, besmet door het "glamour en glitter" virus, verspreidt zich naar alle sectoren (in de podiumkunsten : Contredanse, theater Océan Nord, Magic Land...) en past wat Brussel betreft in een context waarin verschillende belangrijke culturele plekken in de zogenaamde "underground"-scène (Recyclart, Magasin 4, Barlok, Ateliers Mommen...) met sluiting worden bedreigd. We zullen binnenkort terugkomen op de situatie van Nova, maar ook breder op inhoudelijke kwesties die ermee samenhangen. Voorlopig houden we het op de publicatie van twee van de vele steunbetuigingen die we mochten ontvangen.


Le Nova, c’est la fourmi dracula du cinéma

La politique de la culture est un exercice particulièrement casse-gueule.

D’un côté, il faut établir une méthode la plus objective possible pour assurer une certaine équité entre les acteurs. C’est très louable ! Cela passe par des critères "froids", observables, comptables (càd qu’on peut compter, comme les sous mais aussi le nombre de spectateurs, le nombre de séances, etc.) qui fondent une décision politique de donner plus à l’un qu’à l’autre.

Mais d’un autre côté, une méthodologie consiste à fixer un cadre, et le cadre est nuisible à la diversité, et donc à la culture. Les bénéficiaires potentiels d’une politique auront naturellement tendance à se conformer aux critères "objectivables" pour maximiser leurs chances. On crée des cases, et tant pis pour ceux qui n’y rentrent pas.

Il y a moyen d’éviter cet effet pervers, d’objectiver la diversité culturelle, en quelque sorte. Il s’agit de trouver des critères et des méthodes qui valorisent des notions comme la prise de risque, l’excentricité, l’anticonformisme, ou tout simplement la poésie. Des méthodes qui protègent et valorisent à leur juste place les modes d’expression qui n’existeraient tout simplement pas dans un paysage dérégulé. Ce chemin est possible mais ténu. Il nécessite un océan de tact, de rigueur, de subtilité et d’attention.

Tous les décideurs, les membres des commissions, tous les fonctionnaires ne perçoivent pas cette subtilité. Ou ne font juste pas l’effort de bien mesurer si la méthode ne va pas, au final, nuire aux plus fragiles, aux plus aventureux, ou simplement à ceux dont la raison d’être consiste à échapper à toutes les cases.

Le Nova est au cinéma ce que Radio Panik est à la bande FM, ce que le Magasin 4 est au monde musical et ce que la Fourmi Dracula (Adetomyrma venatrix) est à la biodiversité : un truc minuscule, atypique, rare, menacé et indispensable.

BERNARD DUBUISSON
(EX-RADIO CAMPUS BRUXELLES)


Nova is de draculamier van de cinema

Cultuurbeleid is een heikele evenwichtsoefening.

Enerzijds moet een zo evenwichtig mogelijke methodiek opgesteld worden die de gelijke behandeling van iedereen garandeert. Hoe nobel ook, dit kan enkel via "kille", waarneembare, boekhoudkundige criteria (d.w.z. telbaar, zoals geld maar ook aantal toeschouwers, voorstellingen, enz.) die een politieke beslissing om aan de ene meer te geven dan de andere rechtvaardigen.

Anderzijds vereist een methodiek ook een kader, wat schade toebrengt aan de diversiteit, en dus aan de cultuur. De potentiële begunstigden van een beleid onderwerpen zich aan "objectiveerbare" criteria om hun kansen maximaal te benutten. Hokjes worden gecreëerd. Pech voor wie er niet in past.

Dit perverse gevolg van objectivering van culturele diversiteit kan tot op zekere hoogte vermeden worden. We moeten criteria en methoden vinden die noties zoals risico, excentriciteit, anticonformisme of gewoonweg poëzie valoriseren. Methoden die uitdrukkingswijzen die zelfs niet zouden bestaan in een gedereguleerd landschap beschermen en waarderen naar hun juiste waarde. Dit is mogelijk maar nodig, en vereist een heleboel tact, nauwgezetheid, subtiliteit en aandacht.

Niet alle beleidsmakers, commissieleden, ambtenaren bezitten deze subtiliteit. Of ze leveren niet de inspanning om in te schatten of de methode uiteindelijk geen schade toebrengt aan de meest kwetsbare, avontuurlijke initiatieven of wiens bestaansreden is om te ontsnappen aan alle hokjes.

Nova is voor film wat Radio Panik is voor de FM-band, Magasin 4 voor muziek en de draculamier (Adetomyrma Venatrix) voor de biodiversiteit : een minuscuul, atypisch, vreemd, bedreigd en onmisbaar ding.

BERNARD DUBUISSON
(EX-RADIO CAMPUS BRUSSEL)


Cher Cinéma Nova

Nous, à la Zone, nous sentons proches de vous depuis toujours.

De l’extérieur, nous voyons votre belle programmation, sans concession et avec recherche. Vous êtes pour nous un lieu qui apporte de la fraicheur et de la surprise dans le milieu du cinéma et plus largement de la culture à Bruxelles et en Belgique. Vous osez avec intelligence proposer une alternative à la culture de masse, lyophilisée et prête à consommer qui envahi nos vies malgré nous. Nous avons besoin de vous.

De l’intérieur, votre fonctionnement nous a souvent inspiré et poussé plus loin dans les tentatives d’auto-gestion et d’absence de hiérarchie que nous faisons à la Zone depuis sa création. Changer les schémas automatiques de chaîne de commande et trouver un fonctionnement plus humain est un de nos buts, et nous pensons savoir que c’est un des vôtres aussi. Chaque expérience est différente, et s’adapte à l’endroit où on l’exerce, mais toutes les expériences se nourrissent mutuellement. Pour ça aussi, nous avons besoin de vous.

Votre présence sur la scène culturelle, avec votre programmation, et votre seule existence rend la vie moins morne, fait réfléchir et fait progresser la façon de vivre en société vers plus de tolérance. Il serait impensable que les pouvoirs subsidiants ne fassent pas la différence entre le subventionnement d’une salle de cinéma purement commerciale qui incite à plus de consommation à tous les niveaux, avec tout ce que ça implique comme conséquences en matière de rapports humains et d’écologie par exemple, et celui d’une salle engagée alternative qui incite à plus de réflexion, d’action et de remise en question.

Nous espérons que tout cela n’est qu’un mauvais film, et qu’une nouvelle bobine va être projetée très prochainement.

N’hésitez pas à nous contacter si nous pouvons aider à quelque chose. Soyez assuré.es en tout cas que nous sommes préoccupé.es, et même inquiet.es quant à ce qui est en train de se passer.


Beste Cinema Nova (La Zone)

Wij van La Zone in Luik hebben ons altijd al verwant gevoeld met jullie.

Van buitenaf zien wij jullie mooie programmatie zonder toegevingen waar heel wat zoekwerk aan te pas komt. Jullie zijn voor ons een plek die een frisse wind vol verrassingen brengt in het cinemamilieu en meer algemeen in Brussel en België. Jullie brengen op slimme wijze een alternatief voor de steriele en hapklare massacultuur die ondanks alles onze levens binnensluipt. Wij hebben jullie nodig.

Van binnenuit heeft jullie werking ons vaak geïnspireerd en gemotiveerd om verder te gaan met zelfbeheer en de afwezigheid van hiërarchie zoals wij in La Zone doen van bij de oprichting. Veranderen van automatische gewoonten en een menselijkere werking vinden is één van onze doelen, en wij denken dat dit bij jullie ook zo is. Elke
ervaring is anders, en past zich aan aan de omstandigheden, maar alle ervaringen verrijken elkaar. Ook daarom hebben wij jullie nodig.

Jullie aanwezigheid op de culturele scene, met jullie programmatie, en louter het feit dat jullie bestaan, maakt het leven minder grijs, doet nadenken en leidt naar meer tolerantie. We vinden het ondenkbaar dat de subsidiërende overheid geen onderscheid maakt tussen een puur commerciële zaal die aanzet tot meer consumptie met alles wat dit met zich meebrengt op vlak van menselijke relaties en ethiek, en een alternatieve geëngageerde zaal die aanzet tot reflectie, actie en
bevraging.

Wij hopen dat dit niet meer dan een slechte film is, en dat er weldra een nieuwe bobijn vertoond wordt.

Contacteer ons als we kunnen helpen. Weet in elk geval dat we bezorgd en zelfs ongerust zijn over wat er aan het gebeuren is.

PIERRE,
VOOR DE PLOEG VAN ’LA ZONE’


https://www.nova-cinema.org/spip.php?page=print&id_rubrique=2292&lang=fr