prog: 2467
squelettes/rubrique-3.html

Africa Is/In the Future

Bienvenu.e.s à la cinquième édition du festival « Africa is/in the future », une initiative du PointCulture Bruxelles en partenariat avec le cinéma Nova, la Bellone, les Halles de Schaerbeek, le Centre Librex, le Festival "Les Afronautes" et le soutien du Goethe Institut.

Partant d’une volonté de réfléchir de manière décomplexée autour des récits passés, présents et futurs, du continent africain et de sa diaspora, les journées de conférences et rencontres se terminent au Nova, avec une sélection inédite à Bruxelles de films venant d’Angola, du Lesotho, de l’Afrique du Sud et de la République Démocratique du Congo. La programmation présente des films qui défendent une vision renouvelée des questions contemporaines par des cinéastes et des activistes du continent : la décolonisation des imaginaires, la rencontre Asie/Afrique d’aujourd’hui et de demain, les traumas de la colonisation et de la guerre en Angola, l’un des derniers pays d’Afrique à accéder à l’Indépendance, en 1975.

Lancement du festival le jeudi 03/12 à 18h à la Bellone avec une rencontre, performance / lecture. Le samedi 05/12, rendez-vous à PointCulture Bruxelles en matinée pour des ateliers et l’après-midi aux Halles de Schaerbeek avec une table ronde et une rencontre avec la philosophe Yala Kisukidi à ne pas manquer. Programmation complète sur https://www.pointculture.be/bruxelles/



Teboho Edkins, 2020, FR-ZA-NL, HD, vo st ang, 78'

Pendant quatre ans, Teboho Edkins, filme, au Lesotho (où il a vécu une partie de son enfance), la rencontre entre commerçants chinois et une communauté d’éleveurs de bétail. On y découvre le quotidien de ce bouleversement social, économique et culturel. Il nous emmène au plus profond des existences d’individus qui subissent les effets de la globalisation effrénée, vivant l’aliénation et la perte de repères, qu’ils soient basotho ou chinois. Cette immersion dans une réalité peu connue, et peu filmée, dénonce la transformation de ce territoire montagneux situé à 1000 mètres d’altitude, devenu le terrain d’une rencontre globalisée, où s’écrit aujourd’hui l’histoire entre la Chine et l’Afrique. Par moments, le réalisateur va jusqu’à spéculer sur la réalité de cette rencontre, dans une forme de mise en scène westernisante, montée avec ses propres personnages, entre réalité et fiction , montrant la violence latente qui menace d’exploser... Encore un témoignage des conséquences immédiates d’une structure économique, celle du capitalisme (cannibalisme ?), qui déstabilise les sociétés pourtant si profondément ancrées dans leurs cultures et leurs mythologies.

03.12 > 21:00
6€ / 4€


Conférence

Black Lives Matter en perspective historique

Rencontre avec Pap Ndiaye

Pap Ndiaye est professeur d’histoire à Sciences Po (Paris). Ses domaines d’intérêt sont l’histoire et la sociologie des Afro-Américains et des personnes d’ascendance africaine en France. Avec Patrick Lozès, Ndiaye a co-fondé le Comité d’Action pour la Promotion de la Diversité en France. Il est notamment l’auteur de "La condition noire : Essai sur une minorité française" édité chez Calmann-Lévy. Le discours de Ndiaye mettra davantage en évidence les développements locaux récents de ces questions pressantes, en tenant compte de leur lien avec les États-Unis, ainsi que de leurs propres dynamiques contextuelles et trajectoires historiques.

04.12 > 19:00


Concert

Onipa

ONIPA ou “humain” en langue Akan, parlée par l’ethnie Ashanti au Ghana, est un duo londonien né d’une collaboration de longue date entre Tom Excell, chef d’orchestre, guitariste et compositeur du combo jazz/afrobeat Nubiyan Twist, et K.O.G, alias Kweku of Ghana, officiant également dans le groupe KOG and the Zongo Brigade. Mêlant rythmes et influences africaines au sens large, souvent entourés d’un groupe sur scène, c’est en duo qu’ils viendront perpétuer la tradition du festival, plate forme des musiques hybrides et d’ouverture à des imaginaires africains tournés vers des futurs stimulants. Cette soirée musicale dans cette période (post ?)covid assurera tout de même une ambiance dystopique de bon aloi.

04.12 > 21:00
10€ / 8€


Compilation

Matata

Petna Ndaliko Katondolo, 2019, CD-US, HD, vo st ang, 37'

Une femme, puis une figure d’ange mi-homme mi-femme, errent dans un univers imaginaire. Ils échappent du passé, traversent le présent, se meuvent au futur. Sans dialogue, doté d’une bande son puissante qui s’inspire des quatre éléments naturels, il nous guide sur la voie possible de la transformation des esprits.

+ Havemos de Voltar [We Shall return]

Kiluanji Kia Henda, 2017, AO, DCP, vo st ang, 17'

Dans "We Shall Return", c’est une antilope empaillée qui prend la parole et nous transporte dans son imaginaire... Alors qu’elle est immobilisée dans un Centre d’archives, elle rêve de retourner dans la forêt. Ce film aborde les questions de restitution des artefacts, traversant l’histoire complexe de l’Angola.

Courtesy Kiluanji Kia Henda et Jahmek - Contemporary Art

+ Afetos de betao [Concrete Affection]

Kiluanji Kia Henda, 2014, AO, DCP, vo st ang, 12'

Kiluanji Kia Henda est un artiste angolais qui utilise le film comme médium pour raconter de manière ironique et absurde l’histoire de son pays, en connectant l’Histoire à un futur imaginaire, un futur d’hier et d’aujourd’hui. "Concrete affection", d’après Ryszard Kapuściński se situe au moment historique où la ville de Luanda a été complètement abandonnée par des milliers d’habitants suite à l’indépendance de l’Angola en 1975.

Courtesy Kiluanji Kia Henda et Galerie Goodman

Première belge !

05.12 > 19:00
6€ / 4€


Ar condicionado

Air Conditioner

Fradique, 2020, AO, HD, vo st ang, 73'

A Luanda, les climatiseurs tombent en panne un à un, avant de tomber, littéralement. Nuisances et dangers, ils sont le symbole d’une ville en décrépitude où dans certains quartiers, les habitants créent une communauté peuplant ces vieux bâtiments où se mêlent vétusté et anticipation dystopique. Matacedo, gardien, concierge, homme à tout faire digne, est chargé par son patron de faire fonctionner cette clim’ à tout prix, sans se soucier de la situation. Il se résigne à faire confiance à l’étrange magasin de réparation en tous genre du quartier, bien que Zezinha employée de ménage, le qualifie de trou noir d’où les choses ne reviennent jamais... Fradique et le collectif Generation 80 ont réalisé ce film, mandaté par le festival de Rotterdam pour un petit budget, prévu pour être un court et devenu un long. Venu de la même scène artistique que Kiluanji Kia Henda, dont les projets partagent le même chef op et une esthétique proche, ce film prolongera parfaitement cette soirée en grande partie consacrée à la capitale angolaise.

05.12 > 21:00
6€ / 4€


Kiro’o Games, Olivier Madiba, 2016, ,

Si le continent africain compte de nombreux studios créant avec succès des jeux pour smartphone, rares sont les jeux destinés à l’ordinateur et à la console. Parmi eux, ceux qui affichent leurs origines et refusent l’imagerie internationale - et censément neutre - du jeu vidéo contemporain sont encore plus exceptionnels. "Aurion, l’héritage des Kori-Odan" est cette perle rare, même s’il s’adapte mal à la borne du bar. Développé au Cameroun, le jeu est un "action-RPG", intelligent dans son récit et nerveux dans ses combats. Il arrive à mêler les mythes africains, le kung-fu des films de tatanes et des thématiques politiques allant du coup d’Etat aux passeurs.



squelettes/rubrique-3.html
lang: fr
id_rubrique: 2468
prog: 2467
pos: aval