prog: 2334
squelettes/rubrique-3.html

Jon Jost

En 2001 nous consacrions un focus à Jon Jost, réalisateur emblématique du cinéma d’avant-garde américain des années 70-80. Presque dix-huit ans plus tard nous profitons de son passage à Bruxelles pour l’accueillir à nouveau. Nous vous proposons ainsi de découvrir quelques-uns de ses films, le temps de deux soirées. Pas facile d’opérer un choix dans une filmographie qui compte plus de 50 films ! Réalisateur globe-trotter, Jon Jost a habité à New York, Los Angeles, San Francisco, Portland, Chicago ; Paris, Londres, Rome, Lisbonne, Frankfort, Berlin, Seoul... et a tourné des films dans quasi chacun de ces endroits. Une parenthèse biographique d’ailleurs s’impose, son parcours familial et ensuite de vie ayant indéniablement influencé son cinéma.

Fils d’un colonel de l’armée américaine, dans les années ’50 sa famille se déplace de la Géorgie au Kansas, ensuite au Japon et puis encore en Europe avant de retourner aux Etats-Unis. En 1965 Jon Jost est appelé à intégrer les marines pour aller combattre au Vietnam. Anti-militariste et farouchement opposé à toute forme d’autorité il brûlera sa carte de conscription et sera pour cela incarcéré pendant plus de deux ans. Cette expérience sera “une claque en pleine face”, selon ses dires, et l’incitera à s’engager dans une dialectique critique de la société américaine. La décennie ’60 est aussi celle de ses premiers films, essentiellement des courts-métrages qui reflètent son esprit ouvertement caustique et radical. Pendant cette même période il contribue à la création de la branche de Chicago du collectif de production et distribution de cinéma indépendant Newsreel.

A partir des années ’70 et jusqu’à aujourd’hui il a enchaîné un nombre impressionnant de long-métrages, souvent réalisés avec des budgets réduits, ce qui lui a permis de garder son indépendance. Depuis le début son cinéma navigue entre le documentaire, le narratif, et l’ expérimental, et a toujours été marqué par une volonté aguerrie de constamment renouveler aussi bien l’écriture scénaristique que les styles, sans pour autant manquer de lyrisme. Au fil des décennies la dimension politique s’est estompée mais reste néanmoins la clé de voûte pour comprendre le regard que Jost porte sur la société et les individus qui la composent. Ses films des années ’70 et ’80 demeurent incontournables dans le panorama du cinéma indépendant américain. Tournés en 16mm ou 35mm ils affichent souvent des choix formels audacieux. A partir des années ’90 Jost bascule, sans préjudices esthétiques, vers la vidéo. Parallèlement son cinéma devient plus introspectif. En faisant le choix de vous montrer deux films de sa première période et deux plus récents ce n’est évidemment qu’un fragment de son œuvre que nous vous dévoilons. L’éloquence fougueuse de notre invité devrait néanmoins contribuer à compléter le tableau !

(En collaboration avec le Ciné-Club de l’Insas)



Jon Jost, 1977, US, 35mm, vo ang st ang, 75'

Frank Goya, personnage principal du film, est un détective privé embauché par le président d’un consortium international, Pierce del Rue, pour enquêter sur l’assassinat de sa femme. Avec ce deuxième long-métrage, qui est à la fois une fiction et un essai sur Los Angeles, Jon Jost s’attaque de plein fouet à la machine Hollywood. Bien que ses films n’ont rien à voir avec ceux produits par cette industrie ("Angel City" avait été entièrement réalisé avec la modique somme de 6000 $), Jon Jost en connaît néanmoins les codes qu’il moque ici non sans humour. Frank Goya circule à travers le film, qui est structuré sous forme d’un compte à rebours allant de 12 à 1, s’adressant parfois face caméra, pour prendre le spectateur à témoin de ses progrès dans ses investigations. En résolvant l’enquête, c’est toute la face d’un monde véreux que Goya finira par découvrir. Avec ce film, idéal pour découvrir son univers, Jon Jost confirme son attrait pour un cinéma politique et totalement indépendant. Un puzzle cinématographique pour tous, de 9 à 99 ans.

09.02 > 19:00
6€ / 4€


Nas Correntes de Luz da Ria Formosa

Dans les rayons de lumières de Ria Formosa

Jon Jost, 1999, FR, video, sans dial, , 100'

Depuis maintenant plus de 50 ans, le cinéma est en couleurs. Mais combien de films ont-ils été réalisés avec la couleur comme sujet principal ? C’est avec une caméra SONY DX700, modèle retiré du marché par Sony car défectueux au niveau de son système de mise au point, que Jon Jost s’y est attelé. En plus de sa manière unique d’aborder la couleur, le film est aussi un très beau témoignage de ce à quoi ressemble la vie humaine sur terre. C’est pourquoi, si l’on devait un jour ajouter des films au Voyager Golden Record, celui-ci y aurait certainement sa place. Le point de vue adopté à travers le film pourrait être celui d’un extra-terrestre venu d’une planète noir et blanc et qui, en venant sur terre, découvrirait la couleur pour la première fois. Tourné pendant l’été 1997 à Cabanas, Portugal, "Nas Correntes de Luz da Ria Formosa" (en français, "Dans les rayons de lumières de Ria Formosa") est un film qui nous amène à méditer sur la vie et sur notre place sur terre et dans l’univers. Le bar de la planète Nova sera bien évidemment ouvert pour ceux qui souhaiteront prolonger leur méditation en partageant autour d’une bière les lumières que le film aura su percer en eux.

09.02 > 21:00
6€ / 4€


Jon Jost, 1977, US, 35mm, vo ang st ang, 90'

Ce film (au titre au jeu de mot si appréciable) est une sorte de road-movie qui raconte l’histoire d’un jeune américain, Tom Bates, qui est, selon les mots de Jon Jost, « just an asshole ». Parti de chez lui après une dispute avec sa femme, il se retrouve à errer de bar en bar, avant de finir par prendre la route et de conclure le film en Dead End (titre alternatif du film). Avec cette fiction Jost s’attaque à la société américaine à travers les comportements déviants que celle-ci peut entraîner. Il met en scène cet homme dans une série de plans-séquences virtuoses, dont les dialogues ont été à moitié improvisés, et donne à voir un road-movie d’un style unique, qui s’affirme via une économie et une esthétique radicale, sans pour autant que celle-ci puisse être considérée comme élitiste. Ce film est d’ailleurs le premier d’une trilogie qui se prolongera avec "Sure Fire" (1990) et "The Bed You Sleep In" (1993), avec toujours au centre le personnage de Tom Bates (interprété par Tom Blair). Sachez aussi que ce film fait partie de la célèbre liste des « 1001 films à voir avant de mourir ». Alors foncez, car rare seront les opportunités que vous aurez de le voir avant de mourir, surtout au cinéma et, qui plus est, dans son format pellicule.

10.02 > 19:00
6€ / 4€


Jon Jost, 2013, US, HD, vo ang st ang, 89'

Un homme âgé (interprété ici par James Benning, par ailleurs cinéaste et ami de Jon Jost), habitant seul depuis plusieurs années, décide de convoquer chez lui ses deux fils ainsi que leurs deux mères (fils et ex-femmes avec lesquelles il avait coupé les ponts). Il choisi de leur faire part de sa décision de mettre fin à ses jours, et ira jusqu’à leur demander de l’aider à passer à l’acte. Entre les séquences les plus narratives, Jon Jost nous offre des passages méditatifs jouant avec maîtrise avec notre sens de la vue, à l’aide notamment de fondus enchaînés les uns plus hypnotisants que les autres. Un film poétique et audacieux dans les choix de mise en scène, qui propose une méditation sur la mort (assistée) et son impact sur ceux qui restent. La structure narrative est pour le moins inhabituelle tant elle est épurée grâce aux choix de cadres et d’un montage radicaux. Le jeu d’acteur est lui aussi dépouillé et frôle un naturel quasi "documentaire". L’ alternance entre la majestuosité des paysages du Montana et les dialogues provocatoirement intimes secoueront quelque peu le spectateur, mais ce formalisme radical et assumé ne laissera personne indifférent.

10.02 > 21:00
6€ / 4€


squelettes/rubrique-3.html
lang: fr
id_rubrique: 2338
prog: 2334
pos: aval