Vente des tickets et ouverture du bar : 30 minutes avant la première séance.

#159 Offscreen

  •    ven 24.03 > 23:30

    The Devil’s Sword

    Indonesian Action Cinema
    Ratno Timoer, 1984, ID, HD, vo ang , 90'
    L’appétit sexuel de la Reine des crocodiles est insatiable. Entourée de ses esclaves sexuels, elle vit au fond de l’océan dans son château secret. Elle terrorise les villages de la côte avec son armée de zombies et les oblige à lui envoyer des hommes au fond de l’océan. Il n’existe qu’un moyen de se débarrasser de cette nymphomane diabolique : le sabre du Diable, fait du métal d’une météorite. Mais la reine est elle-même à sa recherche car celui qui le possède régnera sur le monde... Si cette histoire vous paraît encore assez rationnelle, la raison disparaît complètement dans ce film tout à fait dingue avec ses "méchants" qui se déplacent en rocher volant, des rayons laser qui sortent des mains, des acteurs en costume de crocodile trop grand ou un monstre cyclope en papier-mâché...
  • sam 25.03 > 15:00

    Cineketje

    Special Screenings
    sans dial, 50'
    La ville… un terrain de jeu bouillonnant d’activités et riche en personnages de tout poil. Un espace que l’on vit chacun à sa manière, avec ses forces et ses faiblesses. Huit courts-métrages proposent leur propre vision de la ville : un chat qui contemple la ville depuis son poste d’observation douillet, une ribambelle d’enfants qui reçoivent la visite d’un magicien qui va transformer leur douce campagne en ville effervescente, un hérisson qui envahit la ville avec ses amis des bois, une petite fille qui se perd dans les rues denses de Bruxelles ou encore des personnages qui évoluent sur les façades d’appartements : la ville sous toutes ses coutures !
  • sam 25.03 > 17:30

    Safari

    Offscreenings
    Auf safari
    Ulrich Seidl, 2016, AT, DCP, vo de st fr & ang, 91'
    Vous aimez les animaux ? Eux aussi ! De préférence suspendus aux murs du salon en tant que trophées. Dans la savane africaine, Ulrich Seidl ("Import Export", "Im Keller") suit des touristes allemands chassant le grand gibier sauvage. Plus la cible est rare, plus la fierté est grande. Mais les vacanciers s’inventent des excuses, faisant passer leur activité meurtrière pour une faveur rendue à la planète. Dans des pavillons ornés de têtes d’impalas et de gnous à queue blanche, les chasseurs se livrent sur leurs pratiques et laissent transparaître leur cœur de pierre voire leurs arrière-pensées racistes. On assiste également à des rituels qui pourraient s’apparenter au fascisme lorsqu’un co-équipier lance au chasseur victorieux le traditionnel “Hunter’s hail !”. Une mise en scène de la carcasse encore chaude et une photo immortalisent cet exploit... tellement humain.
  •    sam 25.03 > 19:30

    Samurai Rauni

    Offscreenings
    Reposaarelainen
    Mika Rättö, 2016, FI, DCP, vo st fr & ang, 80'
    Barbe rousse aux relents d’alcool et katana en bandoulière, Samourai Rauni, le redouté Samourai finlandais, est en colère ! Cible d’une tentative d’assassinat, il remonte la piste du crime et démarre sa vengeance aveugle par la visite d’un clan de ninja local… Ça tranche à tout va dans ce syncrétisme culturel acrobatique qui travestit dans un élan baroque les codes du genre pour les transplanter dans une Finlande moderne. Mieux, si la transpiration éthylique du viking-au-katana chatouille l’absurde jamais il ne sombre dans la caricature facile ou l’excès de mauvais goût. Et pour cause, la maîtrise des codes des Chanbara - films de samourais - par le réalisateur est telle que les mutations et réappropriations qui peuplent l’écran sont toutes empreintes d’un respect punk symbolisé par une bande son jouissive. Véritable surprise, "Samurai Rauni" réjouit par son interprétation transgressive de la légendaire figure du Samourai. Première internationale en présence du réalisateur.
  • sam 25.03 > 21:30

    The Wailing

    Offscreenings
    곡성
    Hong Jin Na, 2016, KR, DCP, vo ko st fr & nl, 156'
    Après le thriller urbain, "The Chaser", et le film noir poisseux "The Yellow Sea", Hong-jin Na continue de mélanger les genres avec "The Wailing". Un flic pataud, potache et lubrique - qui ne dépareille pas auprès de ses collègues - se voit confier la tâche d’enquêter sur une horrible maladie qui dévaste son village. Il s’en acquitte mollement mais doit s’activer un peu lorsque sa fille commence a adopter un comportement étrange et que des soupçons pèsent sur l’ermite japonais du village. Chef d’œuvre visuel à la mise en scène fascinante, inventive et maîtrisée doté d’une direction d’acteurs remarquable, voilà un film qui fera date. Plusieurs scènes sont à couper le souffle, et le traitement du son rendra tout son pouvoir dans la salle du Nova, où les extraordinaires scènes d’exorcisme devraient prendre toute leur mesure. Les questions d’identité, d’opposition entre tradition et modernité, retrouvent une place centrale dans ce cinéma sensoriel, puissant et généreux. Immanquable !
  • dim 26.03 > 19:30

    La region salvaje

    Offscreenings
    Amat Escalante, 2016, MX, DCP, vo es st fr & nl, 100'
    Le couple d’Alejandra et Angel est rongé par le mensonge, l’hypocrisie et l’amertume. Leur vie de famille de province est bouleversée par l’arrivée de Veronica. L’intrusion de la jeune femme mystérieuse fait ressortir des forces et désirs surréels. S’ouvrent alors pour eux les portes du plaisir suprême et de la destruction. Le cinéaste Amat Escalante ("Heli") dépeint ici un drame social intense tout en touchant avec subtilité à la sphère fantastique. Dans un premier temps, portrait d’une société chauviniste doté de propos pénétrants, dénonciateurs de l’homophobie et de la misogynie ; dans un deuxième, dévoilement d’une sexualité sauvage, comme venue d’un autre monde. On pense à "Possession" du regretté Andrzej Zulawski, auquel ce film est dédié. La photographie hypnotisante orchestrée par Manuel Alberto Claro, fréquent collaborateur de Lars Von Trier, souligne des tons naturels à travers l’épais brouillard de cette énigme envoûtante.
  • dim 26.03 > 21:30

    La region salvaje

    Offscreenings
    Amat Escalante, 2016, MX, DCP, vo es st fr & nl, 100'
    Le couple d’Alejandra et Angel est rongé par le mensonge, l’hypocrisie et l’amertume. Leur vie de famille de province est bouleversée par l’arrivée de Veronica. L’intrusion de la jeune femme mystérieuse fait ressortir des forces et désirs surréels. S’ouvrent alors pour eux les portes du plaisir suprême et de la destruction. Le cinéaste Amat Escalante ("Heli") dépeint ici un drame social intense tout en touchant avec subtilité à la sphère fantastique. Dans un premier temps, portrait d’une société chauviniste doté de propos pénétrants, dénonciateurs de l’homophobie et de la misogynie ; dans un deuxième, dévoilement d’une sexualité sauvage, comme venue d’un autre monde. On pense à "Possession" du regretté Andrzej Zulawski, auquel ce film est dédié. La photographie hypnotisante orchestrée par Manuel Alberto Claro, fréquent collaborateur de Lars Von Trier, souligne des tons naturels à travers l’épais brouillard de cette énigme envoûtante.
squelettes/seances.html
lang: fr
id_rubrique:
prog: