Videocracy

Erik Gandini, 2009, SW-IT, 35mm, vo it st en & nl, 84'

"Meno male che Silvio c’è", "heureusement qu’il y a Silvio"… Quand le réalisateur Erik Gandini entendit pour la première fois ce slogan, issu de la dernière campagne électorale de Silvio Berlusconi, il crut qu’il s’agissait d’une parodie. Eh bien, que du contraire. Du coup, cette petite phrase est devenue le leitmotiv qui ponctue son documentaire "Videocracy", consacré à l’histoire de la télévision commerciale italienne et de son impact sur les spectateurs et la société transalpins. Avec "Videocracy", Gandini nous livre un savant et croustillant montage de séquences d’archives et d’interviews exclusives. Ils y sont tous : Berlusconi, Briatore, Corona, Mora, Ventura… Tous ces noms qui, depuis des mois, défraient la chronique en Italie. En parallèle, le film suit aussi l’itinéraire d’un jeune homme décidé à crever l’écran de télévision grâce à ses muscles et à sa belle gueule. On en reste bouche bée : ce que l’on voit est-il réel ? S’agit-il de fiction ou de documentaire ? Présenté au festival de Venise, le film suscita quelque émoi en Italie lors de sa sortie et sa bande-annonce fut censurée sur toutes les chaînes de la péninsule. Pourtant, ce documentaire ne raconte rien que les Italiens ne sachent déjà. Produit par Zentropa, société de production de Lars Von Trier, "Videocracy" est certainement une bonne mise en bouche pour comprendre ce qu’est le berlusconisme.

23.09 > 22:00 + 08.10 > 20:00 + 21.10 > 22:00
5€ / 3,5€