prog: 2242
squelettes/rubrique-3.html

I Put A Spell On You

Tout ce qui est cru est réel, c’est le pouvoir de la sorcellerie et du cinéma. Ont toujours existé des individus utilisant les sciences secrètes de la nature (drogues, psychologie, suggestion) renforcées par la croyance collective. Parfois admirée, toujours pourchassée, la sorcière nie allègrement ce qui fait une société "idéale" : rationalisme, moralisme et domination masculine. Porte ouverte sur l’inconscient et l’animalité, reine de la séduction et femme en résistance, elle nous entraîne à toute époque dans un monde enchanté, pour notre plus grand plaisir, ou le sien…



La cave du Nova revêt sa plus belle cape en cette rentrée pour coller à l’imaginaire des spirites. Adeptes de l’occultisme, ce décorum construit en s’inspirant de l’univers de "The Love Witch", pourvu de reproductions de peintures du film, agrémenté d’objets insolites, de documents d’archives et d’illusions présente tous les atouts pour vous permettre de passer de l’autre coté !

07.09 > 19:30


Bell, Book and Candle

L’Adorable voisine

Richard Quine, 1958, US, DCP, vo ang st fr, 106'

Le titre fait référence à une cérémonie d’excommunication majeure dans le catholicisme romain du IXe siècle. La cloche représentait le caractère public de l’acte, le livre l’autorité des paroles prononcées, et on a cru que la chandelle symbolisait la possibilité que l’interdiction soit levée, mais non... Ici "l’adorable voisine" (titre français) souhaite tomber amoureuse. Or, en tant que sorcière, seul le désir lui est permis. Renouant avec le duo d’amoureux luttant déjà contre leur Némésis dans "Vertigo" d’Alfred Hitchcock, Kim Novak et James Stewart prouvent à nouveau leur complémentarité : Gil use de son regard ensorcelant pour émouvoir son voisin Shep sur le point de se marier. Mais ce ne sont pas des méthodes respectables, l’anathème la frappe lorsqu’elle tente de s’expliquer. Est-ce que cette fabuleuse Circé moderne, femme magicienne, incapable de tomber amoureuse et ne versant aucune larme, parviendra à garder le cœur de l’homme qu’elle désire ?

23.09 > 20:00 + 30.09 > 20:00 + 21.10 > 20:00
6€ / 4€


George A. Romero , 1972, US, 35mm > video, vo ang st fr, 89'

Début des années 70, dans une banlieue américaine anonyme, Joan Mitchell traîne son ennui et sa permanente depuis sa terne bâtisse jusqu’aux réceptions mondaines où son mari négligeant s’éclate. Tout écart y crée médisance et potins. L’on raconte même que l’extravagante Marion se revendique sorcière ! Terre à terre et cartésienne, Joan n’a cure des potions et sortilèges, tout ça ne lui rendra pas le charme de sa jeunesse perdue. À moins qu’au détour d’une rencontre, une fraîche fascination l’emporte… Troisième long métrage de Georges Romero, disparu le 16 juillet dernier, "Season of the Witch" est un chaînon passionnant de l’œuvre de ce réalisateur clé. Pas tout à fait un film d’horreur, il y explore les ressorts psychologiques d’une émancipation féminine par le prisme de la sorcellerie et le jeu du dévergondage masqué. C’est tout un système d’enfermement de la ménagère de 50 ans qu’il détricote ici à renfort de rituels païens et d’autres terreurs nocturnes. Dans ce cinéma quasi social teinté d’horreur, c’est davantage la perspective du Prozac que celle du démon qui nous glace !

23.09 > 22:00 + 30.09 > 22:00 + 06.10 > 20:00
6€ / 4€


The Return of the Witch

Noita palaa elämaän

Roland af Hällström , 1952, FI, 35mm > video, fi st ang, 74'

Dans un village pré-industriel finlandais, un archéologue exhume une tombe vieille de trois siècles où gît une jeune femme percée d’un pieu. Son état de conservation est irréel. Affolés, les villageois conjurent l’expédition d’interrompre le réveil de leur sorcière, ce monstre qui hante leurs légendes depuis des générations. Curieux, le quatuor éduqué rêve d’analyser ce corps de près… Traversé de dialogues savoureux et d’embrassades impromptues, "Noita palaa elämäan" est une interprétation surprenante et farceuse de la figure de la sorcière. Considéré comme l’un des premiers films d’horreur finlandais, il nous expose l’image d’une sorcière jeune, désirante et puissante. Ce n’est pas tant par ses pouvoirs surnaturels, que par ses danses nues, sa vitalité et ses mimiques exubérantes – véritable miroir inversé de cette micro-société figée et asexuée - qu’elle sème la terreur. Pour son premier rôle, la jeune actrice Mirja Mane transcende littéralement le film de son interprétation sans complexe et, finalement, controversée. Trituré par la censure, le film se laisse aller à un final moralisateur qui ne dupe personne quand au loin résonne encore le rire puissant de Mirja.

24.09 > 19:00 + 13.10 > 20:00 + 20.10 > 22:00
6€ / 4€


Las brujas de Zugarramurdi

Les Sorcières de Zugarramurdi

Alex De la Iglesia, 2013, ES, HD, vo es st fr, 110'

À un jet de pierre de la frontière française, la ville espagnole de Zugarramurdi et sa caverne préhistorique étaient le plus grand Akelarre (du basque "lande du bouc", lieu de réunion de sorcières) de toute l’Espagne, "purifié" en 1610 dans les flammes par les inquisiteurs. C’est là qu’atterrissent quatre hommes (dont un dans le coffre) et un petit garçon, chargés d’or volé et de rancœurs contre les femmes. Enchaînant à un rythme effréné les scènes hallucinées (comme un braqueur déguisé en Bob l’éponge, des sorcières courant au plafond comme des insectes, une gigantesque mère primitive reprenant la vénus de Willendorf, un sabbat dans l’authentique Akelarre de Zugarramurdi avec chants, invocations en basque et roues solaires...), avec un humour franchouillard, immoral et gore, ce délire de Àlex de la Iglesia ("Le jour de la Bête", "Balada triste", "Accion Mutante" !) aborde le thème de la sorcellerie et de la peur de la femme sans faire dans la dentelle !

29.09 > 22:00 + 05.10 > 20:00 + 21.10 > 22:00
6€ / 4€


Nicolas Roeg , 1990, GB-GB, DCP, vo ang st fr, 91'

Le jeune Luke est en vacance chez Helga, sa grand-mère norvégienne qui a l’art de raconter des histoires de sorcières, dont elle-même a eu maille à partir étant petite. Mais voilà qu’on apprend le décès accidentel des parents de Luke, faisant d’Helga sa tutrice légale. Suite à des problèmes de santé, elle l’emmène dans un hôtel balnéaire en Angleterre sans se douter que s’y tient le congrès annuel des sorcières lors duquel la grande cheffe doit faire part de son plan sadique concernant tous les enfants du pays… Adapté d’un roman malicieux de Roald Dahl, "The Witches" est un film pour enfant étonnant dans la filmographie plus sombre de Nicolas Roeg. Encore pourvu à l’époque d’effets spéciaux non numériques produits par Jim Henson ("Dark Crystal", "Labyrinth"), "The Witches" allie avec brio humour et fantastique, à l’instar de l’interprétation d’Angelica Huston en maléfique Grande Sorcière. Un film rondement mené, sans aucune niaiserie, faisant réellement peur aussi, à conseiller à partir de 9 ans (l’âge du petit Luke), et bien sûr aux adultes !

Attention, la séance du 1er octobre à 15h, destinée aux enfants (avertis !) et accessible aux adultes, sera en version française sous-titrée en néerlandais. Les deux autres séances sont bien en version originale sous-titrée français.

28.09 > 22:00 + 01.10 > 15:00 + 08.10 > 21:00
6€ / 4€


Benjamin Christensen, 1922, 16mm, sans dial, , 76'

Culte pour certains, encore inconnu pour d’autres, Häxan est un de ces films donnant au cinéma sa raison d’être. Dans une forme documentaire (et très documentée) sur l’histoire de la sorcellerie à travers les âges, Benjamin Christensen incorpore des reconstitutions de sabbat, tortures de l’inquisition, ou hystéries collectives au couvent, avec les meilleurs effets et maquillages de l’époque, faisant basculer le film dans une fiction aux photogrammes marquants, telles des gravures gothiques. Loin de perdre de vue la part politique et d’injustice - encore en cours de nos jours - d’un système sacrifiant les femmes et les individus, le film s’achève sur cette actualisation de la chasse aux sorcières qu’a pu être la psychiatrie. Le montage présenté ici en pellicule est la version raccourcie de 1968 par Anthony Balch, où les cartons narratifs furent remplacés par la voix rocailleuse de William Burrough, et la musique assurée par un groupe de jazz.

La séance du vendredi 13 octobre sera accompagnée d’une bande-son mixée en direct et en vinyles par Dj 42.

08.10 > 17:00 + 13.10 > 22:00
6€ / 4€


Le procès inquisitoire qui suivra la première projection de "The Love Witch" d’Anna Biller sera suivi d’une fête aux allures de nuit de Sabbat dans la cave du Nova, rythmée par des DJ sets aussi endiablés que décadents. Revêtez vos plus beaux atours, notre jury inquisitorial décernera un prix et un cadeau à la plus belle sorcière moderne, garçon ou fille. Enduisez vos manches d’onguent psychotrope, et volez jeunesse !

16.09 > 23:00
Gratis


Livre muet et alphabet graphique archétypal (ce qui le rapproche du cinéma), taxé à tort de superstition, souvent attaché aux sorcières, et autres dépositaires des sciences "non-officielles", le Tarot fait appel aux arcanes comme miroir de l’âme, jouant sur la synchronicité entre image et émotion. Fortunata et Lucius F., amateurs de Tarot, seront présents certains soirs dans le bar du Nova pour des séances individuelles et gratuites !

16.09 > 19:30 + 17.09 > 18:00 + 01.10 > 18:00
Gratis


Puisque le Nova baigne dans les potions magiques, les dimanches 24 septembre & 10 octobre, l’association "Les herbes de Bruxelles" vous entraîne en balade dans la ville à la recherche des herbes sauvages, celles qu’on cueille aux détours des chemins, qui jaillissent entre les pavés et qui sont plus vigoureuses que les murs. Rendez-vous au cinéma à 15:00 pour quelques heures de découvertes puis retour à la case départ pour décortiquer l’emploi médicinale et culinaire de ce qui pousse à la portée de nos mains au bar du Nova.

Gratuit sur inscription à nova@nova-cinema.org
Limité à 20 personnes

https://www.facebook.com/lesherbesd...

24.09 > 15:00 + 15.10 > 15:00
Gratis


squelettes/rubrique-3.html
lang: fr
id_rubrique: 2244
prog: 2242
pos: aval