prog: 2222
squelettes/rubrique-3.html

Africa is / in the Future

À l’initiative de Point Culture, et en collaboration avec le Goethe Institut, nous réitérons notre exploration des visions futuristes africaines lors de deux journées intitulées "Africa is/in the Future", où auront lieux en journée des ateliers, conférences à Point Culture, et en soirée, films et concert au Nova. Cette année, focus sur Kinshasa à travers des maquettes rétro-futuristes et une fascinante tour interminable dans tous les sens du terme, mais aussi un film "classique" sur Kin la Belle. La seconde soirée sera consacrée à la musique en Angola et en Afrique du Sud, à travers deux genres de musique actuels, tournés vers l’avenir et s’inspirant parfois de looks de l’espace : le Kuduro et le Qbom. Parfaite rampe de lancement pour le concert de Gato Preto, et leur afro-punk intersidéral !



Courts métrages

Kin Kiesse

Mwezé Ngangura, 1983, CD, 16mm, vo ang st fr, 28'

Ce film "classique" réalisé par Mweze Ngangura, considéré comme le père du cinéma congolais, est un portrait de "Kin la belle quand elle était encore capitale du Zaïre. Tourné en pellicule, couleurs chaudes et superbes, la ville se découvre à travers les yeux de Chéri Samba, peintre populaire, aujourd’hui mondialement reconnu, alors à ses débuts. Quartiers animés, coiffeurs, immeubles, ambiance, on découvre une ville au rythme endiablé dans laquelle la musique, quelles que soient ses formes et ses origines, fait le lien entre des éléments disparates mais vivants. Et tout ceci à l’apogée d’une dictature...

+ Kingelez [Kinshasa : une ville repensée]

Dirk Dumon, 2003, BE, video, vo fr , 30'

Faire émerger du chaos, une ville métamorphosée, rutilante, aux proportions hallucinantes, c’est ce que propose Bodys Isek Kingelez, né en 1948, en concevant des maquettes multicolores tridimensionnelles proposant urbanisme utopique, ville chimérique en papier, carton, plastique ou balsa, qui s’étend sur plusieurs mètres carrés. Par ses créations, proches de l’art brut, il traduit ses impressions rudes et critiques face à l’organisation de la Kinshasa actuelle, mais aussi face à la façon de vivre de ses compatriotes.

Avec la participation de la Cinémathèque Afrique de l’Institut Français.

19.05 > 20:00
4€ / 3€


Sammy Baloji & Fillip Deboeck, 2015, BE, video, vo fr st ang, 70'

Où l’on suit le "Docteur", propriétaire d’une déraisonnable tour à Limete, Kinshasa, en construction depuis 2003, filmée ici en 2015 et ne semblant jamais en passe d’être achevée. Une tour aux allures de Futur malade, dystopie suintante, avec à son sommet, un doigt, ultime extrémité d’une main tendue vers le ciel pour s’extirper de l’enlisement. Le film, pensé comme installation vidéo, fascine par son pouvoir hypnotique, de part l’ascension interminable, menée par ce si curieux personnage, intarissable sur les projets de cette tour à tout faire, qui révèle à chaque étage des ambitions délirantes confrontées à la réalité d’une ville dysfonctionnelle. Ainsi, le passé de Kinshasa se révèle, et les affres de la décolonisation se réincarnent dans une architecture inspirée du modernisme coloniale dont l’imaginaire semble avoir du mal à se dépêtrer.

19.05 > 22:00
6€ / 4€


Mário Patrocínio, 2014, AO, HD, vo fr st ang, 95'

"I love kuduro" est le nom d’un festival à Luanda (Angola) où ce style fait rage depuis les années 90. Le film est prétexte à présenter faits et légendes, que l’on évite de distinguer. Le nom viendrait du déhanché de Jean-Claude Van Damme, lors d’une scène de danse de l’un de ses films. Elle devient alors la dans du "cul dur", le kuduro. De beaux protraits d’artistes aux parcours divers et passionnants, qui évoquent différents aspects à aspérités de la société angolaise. Les moments dansés sont à couper le souffle, et la musique qui mélange beats (batida), bruits de moteurs et chant habité devrait vous convaincre d’assister au concert qui suit !

+ Woza Taxi

Tommaso Cassinis, 2016, ZA, HD, vo st ang, 24'

"Woza Taxi - Gqom Secret Stash Out Of The Locations" évoque l’univers des taxis aux allures de boites de nuits à Durban et dans ses ghettos. On y passe du Gqom, musique électronique du ghetto empruntant les sons de la vie quotidienne. Le nom évoque la déglutition, quelle qu’en soit la cause, ou comme outil rythmique ludique. Une belle petite plongée dans ce monde parallèle intriguant.

20.05 > 20:00


Gato Preto puise sa musique dans ses origines ghanéennes, portugaises et mozambicaines et propose du Kuduro mutant, mâtiné de saturations électroniques et guitaresques, plongeant le tout dans une esthétique afro-futuriste electro-rock de bon aloi. Sévissant d’habitude en Allemagne, à Düsseldorf, ville qui s’y connaît en nouvelles vagues, ils viendront tout le week-end en proposant work shop et réflexions sur cet afro-futurisme qui leur tient à cœur. Attendez vous donc à un dance floor extrêmement chaud, d’autant qu’il sera animé ensuite par leur complice bruxellois Rebel up et la bruxello-nigerianne III Syll aux platines. N’hésitez pas à arborez vos looks futuristes, nuit de tous les possibles en perspective.

20.05 > 22:00
10€/8€


squelettes/rubrique-3.html
lang: fr
id_rubrique: 2228
prog: 2222
pos: aval