prog: 2214
squelettes/rubrique-3.html

Indonesian Action Cinema

Malgré le récent succès de "The Raid", le cinéma d’action indonésien reste discret en occident. Dans les années 70, une loi indonésienne imposait que pour trois films importés, un film devait être produit sur place. Cette mesure a fait exploser la production locale, alors que le sexe et la violence s’invitaient sur les écrans grâce à une censure plus laxiste. L’âge d’or des années 80 enregistra un de ses plus gros succès : "The Warrior". Le film s’inspirait des récits fantastiques du théâtre populaire, des superproductions hollywoodiennes et des films d’arts martiaux de Hong Kong. Le tout agrémenté d’un ingrédient typiquement indonésien : la révolte contre les colonisateurs hollandais par un héros local, doté de pouvoirs magiques. Barry Prima, l’acteur principal, a été propulsé au rang de vedette et a réitéré l’aventure avec des films du même acabit tels que le film fantastique démentiel "The Devil’s Sword". Le légendaire rip-off "Lady Terminator" a encore pu voir le jour avant que le système de quotas ne soit supprimé dans les années 90 et que cette manne cinématographique ne se tarisse.



Bastian Meiresonne, 2014, FR-ID, DCP, vo st fr & ang, 77'

Essentiellement tourné vers le public local, le cinéma d’action indonésien a connu un essor à partir des années 70, qui est passé inaperçu en Occident. Son écroulement dans les années 90 non plus d’ailleurs...
Ce documentaire du Français Bastian Meiresonne y remédie : l’industrie cinématographique indonésienne nous est présentée depuis ses débuts dans les années 30 jusqu’au succès de "The Raid" avec force d’interviews de réalisateurs, de critiques et d’acteurs dont la légende vivante, Barry Prima. Mais ce n’est pas tout : Meiresonne a eu accès à une collection fabuleuse avec des extraits de centaines de films tous plus fous les uns que les autres : des "Zorros" ou "Draculas" indonésiens, des clones de Bruce Lee, des agentes secrètes sexy, des combattants mythiques et des super-héros à deux balles.

23.03 > 19:30  
6€ / 4€


The Warrior

Jaka Sembung

Sisworo Gautama Putra, 1981, ID, 35mm, vo ang st nl, 92'

Bagarre en Indonésie : le résistant Jaka Sembung s’échappe de prison et le colonisateur hollandais met sa tête à prix. Très vite, il se retrouve avec une série de sorciers à ses trousses : un cracheur de feu, une brute qui se bat avec des taureaux, un autre magicien tellement puissant que quand on lui coupe un membre, il le fait voler dans les airs. Jaka est transformé en un petit cochon noir, des acteurs indonésiens avec des perruques blondes totalement ridicules jouent les Hollandais, des cadavres décapités se baladent et des palmiers explosent un peu partout : on s’amuse beaucoup. Ce film d’action est tiré d’une bande dessinée et est un des plus grands succès indonésiens des années 80. Il a fait de l’acteur principal, Barry Prima, un héros national.

23.03 > 21:30  
6€ / 4€


H. Tjut Djalil, 1989, ID, 35mm, vo ang , 82'

Tout le monde connaît naturellement "Terminator", où Arnold Schwarzenegger entraîne ses ennemis au lit pour leur moudre la zigounette avec son vagin musclé.... Un instant... Non ! C’est l’adaptation indonésienne du film de James Cameron ! Sans les robots futuristes mais avec une touriste américaine possédée par une déesse asiatique sanguinaire et castratrice... Les rues de Jakarta se teintent de rouge, car quiconque se met sur son chemin se fait zigouiller à la mitraillette. Quant aux hommes, elle les vise de préférence dans les parties. Les coiffures, les synthés, tout nous ramène aux années 80 dans cette virée aussi sauvage que rigolote sur les plus hautes vagues du film d’action indonésien.

24.03 > 21:30  
6€ / 4€


Ratno Timoer, 1984, ID, HD, vo ang , 90'

L’appétit sexuel de la Reine des crocodiles est insatiable. Entourée de ses esclaves sexuels, elle vit au fond de l’océan dans son château secret. Elle terrorise les villages de la côte avec son armée de zombies et les oblige à lui envoyer des hommes au fond de l’océan. Il n’existe qu’un moyen de se débarrasser de cette nymphomane diabolique : le sabre du Diable, fait du métal d’une météorite. Mais la reine est elle-même à sa recherche car celui qui le possède régnera sur le monde... Si cette histoire vous paraît encore assez rationnelle, la raison disparaît complètement dans ce film tout à fait dingue avec ses "méchants" qui se déplacent en rocher volant, des rayons laser qui sortent des mains, des acteurs en costume de crocodile trop grand ou un monstre cyclope en papier-mâché...

24.03 > 23:30  
6€ / 4€


squelettes/rubrique-3.html
lang: fr
id_rubrique: 2219
prog: 2214
pos: aval