prog: 2191
squelettes/rubrique-3.html

Cabinet de curiosités érotiques

Nous avons le plaisir d’accueillir, en ce doux mois de décembre, le "Laboratoire de recherche et d’expérimentation sur les curiosités érotiques" initié par l’artiste Olga Mathey, créatrice de délicatesses textiles érotico-surréalistes. Ce Laboratoire ambulant installe des espaces intimistes d’exposition et d’expérimentation autour de l’érotisme et de la sensualité dans les lieux qui l’accueillent. Le foyer du Nova est ainsi investi de fond en comble, minutieusement parsemé d’œuvres, d’installations et de petits détails à dénicher. Un espace transformé en terrain de jeu où le plaisir est dans la découverte et l’œuvre, au moins en partie, dans l’imagination du spectateur.
Ouvrir un tiroir, tendre l’oreille, regarder par le trou d’une serrure, déchiffrer des messages intimes, passer la tête sous une jupe... Les visiteurs-voyeurs sont invités à s’égarer et à fouiner dans les recoins de ce cabinet de curiosités pour y découvrir les petits secrets et grands fantasmes éparpillés malicieusement par Olga et ses acolytes. Dessins, broderies, objets, mots doux, photos, poésies, enregistrements, expériences olfactives ou gustatives, ce sont autant de traces multi-sensorielles de souvenirs émoustillants, de rêves ou de désirs sortis de l’imaginaire des un(e)s et des autres. Des matérialisations délicates ou viscérales, sombres ou fleuries, pudiques ou crues, étranges ou anodines. L’érotique peut prendre toutes les formes et convoque aussi bien le sacré que le profane, l’absurde que le trash, la retenue que l’exaltation, sans oublier l’humour et le jeu.
La collection du Laboratoire est avant tout issue d’une recherche esthétique, mais sa démarche dépasse cette qualité. En rassemblant ces pièces émanant d’intimités multiples et en les offrant sans pudeur aux spectateurs, c’est la diversité, le rejet du normatif, le naturel et l’amusement qui sont mis en valeur. L’érotisme assumé, sans tomber dans la provocation. Le Laboratoire se veut également vivant et évolutif, invitant qui veut à confier une partie de son monde intime aux laborantins. Ceux-ci serviront d’ailleurs de guides certains soirs, l’exposition prendra alors la forme d’une expérience vivante avec l’une ou l’autre surprise...

Expo gratuite et évolutive, visible pendant les heures d’ouverture du Nova du 01.12 au 18.12.
Permanences des artistes, animations et surprises : 01.12, 04.12, 09.12, 10.12, 11.12, 16.12, 17.12, 18.12

01.12 > 19:00
Gratis


Vernissage, finissage...

et plus si affinités

Pour inaugurer l’exposition en beauté le 1er décembre, nous prolongeons le vernissage en fête joyeuse et païenne qui vous en mettra plein les yeux et les oreilles, sans oublier vos autres sens ! Expériences gustatives, olfactives et tactiles, musiques délicates ou animales, surprises charnelles, douceurs et sauvageries, tout un programme pour vous ravir, avec en prime le duo Boudin & Chansons et la musique orageuse de Mauvais Coups Blues.
Et pour finir en beauté, les curiosités érotiques envahiront notre écran de cinéma pour une soirée spéciale liée à l’expo, le 16.12. Avant cela, nous nous régalerons avec une table d’hôtes thématique qui vous mettra en appétit pour le reste du programme !
Mais ce n’est pas tout, d’autres surprises et animations attendront les visiteurs de l’exposition lors des permanences des artistes (voir ci-dessus).



+ Boudin & Chansons

À notre époque où les yaourts hypocaloriques squattent les rayons de nos réfrigérateurs, deux femmes qui aiment les hommes et la viande ont décidé d’entamer une croisade féministe pour rétablir le cochon avec les honneurs dus à son rang. De cet alliage entre une accordéoniste mezzo-soprano et une comédienne à la voix rauque, résulte un spectacle musical avec humour à point et poésie bien saignante. Les femmes adorent et les hommes dégustent !

+ Mauvais Coups Blues [Alex Jacob]

Ce sont des chansons coincées dans la poitrine qui résonnent. Des thèmes qui ont remonté les sols et qui se sont lovés sur la langue. Des sons qui font du souffle et de la sueur de précieux alliés. Ce sont des chansons qui se nichent dans les ventres. Des thèmes qui furent l’âme des mauvais coups et des mauvais joueurs. Des sons qui s’ébrouent et qui avancent tête baissée.

01.12 > 21:30
Gratis


Courts métrages

Eros insolite

Romantisme, vulgarité, délicatesse, débauche idyllique, pornographie kaléidoscopique, clin d’œil, censure, témoignage intime, amour intense, sauvagerie organique, chimie, corps inanimé, jouet érotique, collection interlope, magazine, tissage, déshabillage, collage, ombre chinoise, silhouette, décadrage, perforation, engins mécaniques, transports publics, Tout un programme !

+ Èves futures (tbc)

Jacques Baratier, 1964, 35mm, sans dial, , 20'

+ Une collection particulière (tbc)

Walerian Borowczyk, 1973, 35mm, sans dial, , 14'

+ Tessitura calda [Hot Weaving]

Paolo Gioli, 2013, 16mm, sans dial, , 7'

+ Awe Shocks

Anja Dornieden & Juan David Gonzales Monroy, 2011, 16mm, vo ang , 3'

+ Downs are Feminine

Lewis Klahr, 1993, 16mm, sans dial, , 9'

+ Tram [Tramvaj]

Michaela Pavlátová, 2012, sans dial, , 8'

+ Private Parts

Anna Ginsburg, GB, video, vo , 3'

+ The Exquisite Corpus

Peter Tscherkassky, 2015, 35mm, sans dial, , 19'

+ surprises...

16.12 > 20:00
5€ / 3,5€


Film

Les lèvres rouges

Daughters of Darkness

Harry Kümel, 1971, 35mm, vo ang st fr & nl, 100'

En route pour l’Angleterre, Stefan et Valérie, fraîchement mariés, sont contraints à passer une nuit dans une grise et déserte Ostende hivernale. Tracassé par un mal que Valérie ne saisit pas, Stefan est réticent à l’idée de quitter l’hôtel majestueux où ils ont échoué. L’apparition de l’anachronique comtesse Bathory (l’électrisante Delphine Seyrig) et de sa suivante Ilona bouleverse autant le couple que le maître d’hôtel vieillissant, certain d’avoir déjà vu, 40 ans auparavant, cette femme à l’allure imparable, qui n’a pris ni ride, ni cheveu blanc. Les rumeurs lointaines de meurtres de jeunes vierges n’aident en rien. Seuls occupants des suites de l’hôtel, les tourtereaux et les deux femmes mystérieuses sont amenés à se rapprocher et se confronter. La sensuelle comtesse aux lèvres rouges et au sourire éternel est au cœur de ces jeux de séduction, de jalousie et de trahison. La tension est palpable et les pulsions irrésistibles...
Considéré comme un classique du fantastique, à mi-chemin entre film d’art et film de série Z, "Les lèvres rouges" marque par ses ambiances et une esthétique vibrante, magnifiant et érotisant les décors par des cadres stylisés, des touches de couleurs et des jeux de lumière fascinants, sans oublier la musique hypnotisante et lugubre signée François de Roubaix. Le film ne manquera pas de vous embaumer dans sa brume vénéneuse et de vous envoûter avec son érotisme trouble.

16.12 > 22:00
5€ / 3,5€


squelettes/rubrique-3.html
lang: fr
id_rubrique: 2192
prog: 2191
pos: aval