prog: 2157
squelettes/rubrique-3.html

Frank Henenlotter

Peu de réalisateurs peuvent être qualifiés d’auteurs de films d’exploitation, mais ce titre sied comme un gant à Frank Henenlotter (°1950). À l’âge de quinze ans, Frank rendait déjà visite aux cinémas grindhouse de la “42nd Street” à New York. Chaque soir, il tentait de voir le plus de films possible, attiré par les affiches lugubres aux titres racoleurs. Une nouvelle dimension s’offrait à lui, qu’il n’a plus jamais quittée. Ses films témoignent d’une obsession des mutations anatomiques, d’un sens de l’humour caractéristique et d’une fascination pour les bas quartiers sordides de New York et les personnages truculents qui les peuplent. Le réalisateur prétend quant à lui ne pas faire de films d’horreur, mais des films d’exploitation. À ses yeux, c’est une question d’attitude : la brutalité avec laquelle les films d’exploitation abordent des thèmes qui ne sont traités nulle part ailleurs. Par exemple des frères siamois monstrueux (“Basket Case”), des prostituées qui explosent (“Frankenhooker”) ou encore des parasites mangeurs de cervelle (“Brain Damage”).

Frank Henenlotter introduira personnellement ses films lors du festival.



Frank Henenlotter, 2013, video, vo , 136'

Henenlotter et le légendaire producteur David F. Friedman ouvrent la boîte de pandore d’Hollywood et passent en revue presque un demi-siècle d’histoire dans ce documentaire, consacré aux films d’exploitation érotiques, en passant par le sexe psychédélique hippie et les soutiens-gorges coniques des années 50. Fruit d’un véritable travail de fourmis, cet effeuillage minutieux est illustré par de nombreux documents d’époque. Ceux-ci nous présentent un cinéma souvent considéré en marge de la société mais paradoxalement toujours en pleine expansion et rarement à la conquête d’un nouveau public. Un genre témoin et acteur d’une société dont les mœurs cachées la soutiennent telles les racines d’un vieux peuplier phallique.

10.03 > 21:30  
5€ / 3,5€


Frank Henenlotter, 1988, 35mm, vo st fr, 86'

Après le succès inattendu de Basket case, Henenlotter poursuit dans le film de genre et l’humour noir, en continuant d’explorer les bas-fonds de l’âme humaine. Il aborde notamment, de façon peu conventionnelle, le problème de la dépendance aux drogues. Brian, un fringant gaillard qui n’a rien demandé à personne, entretient une relation symbiotique avec Elmer, sorte de parasite phallique lui injectant une puissante hormone psychotrope, dont son hôte n’arrive pas à se défaire en raison de son caractère addictif. Afin de pouvoir continuer à planer, Brian devra constamment nourrir sa petite créature, dont le régime alimentaire est essentiellement composé de cerveau… humain. Autant dire que les choses ne vont pas tarder à vite dégénérer pour notre petit junkie et surtout pour son entourage !

13.03 > 19:30  
5€ / 3,5€


Frank Henenlotter, 1990, HD, vo st fr, 85'

Énième adaptation du classique de Shelley, dans une version décalée et absurde qui fleure bon le fond de teint bon marché et les bas en lycra. Jeffrey est un jeune savant de génie, qui devient fou de chagrin lorsque sa fiancée décède suite à un accident de… tondeuse à gazon. Inconsolable, il décide de reconstituer le corps de sa belle à partir de morceaux de prostituées glanés çà et là, d’y greffer le cerveau de la défunte et de réanimer le patchwork. L’expérience est un succès, mais Jeffrey est contraint de constater que sa nouvelle création semble avoir hérité du comportement de ses composantes et semble impatiente de refouler le trottoir de ses talons aiguilles. Désormais, notre petit Frankenstein en herbe devra garder la tête sur les épaules s’il ne veut pas être pris à son propre jeu !

13.03 > 21:30  
5€ / 3,5€


squelettes/rubrique-3.html
lang: fr
id_rubrique: 2160
prog: 2157
pos: aval