prog: 2149
squelettes/rubrique-3.html

The Buharov brothers

Une rencontre mythomane dans un bar de Budapest a scellé l’amitié et la collaboration entre Igor et Ivan Buharov qui ne sont ni frères ni russes, d’ailleurs, ce n’est pas leur vrai nom. Enfin, la question de savoir ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas n’a aucune pertinence dans leur univers, c’est même l’une de ses caractéristiques. C’est sur ces bases qu’a commencé une folle aventure du cinéma expérimental hongrois qui se décline au fur et à mesure de courts, de moyens, et de longs métrages ou au travers d’expositions déglinguées. Un cinéma absurde, onirique et viscéral plus vrillé que poseur, où gueules, paysages et situations étranges voire incompréhensibles forment un univers unique prenant vie en pellicule. Le collectif est la plupart du temps au cœur de leur travail, c’est ainsi qu’ils ont avec Vasile Croat et István Nyolczas, formé 40 Labor, structure qui a réalisé et produit leurs premiers courts comme leurs premiers longs métrages. Des personnages récurrents hantent leur films. Car tout le monde a sa place dans celle réalité parallèle, des gens de toutes les tailles, les formes, les âges. Et même parfois la grand mère d’Ivan au détour d’un plan. La musique est toujours omniprésente dans leur travail, au travers de groupes protéiformes que forme Ivan, responsable (toujours avec d’autres) de toutes les musiques des films. Ils savent aussi rendre hommage et inviter leurs aînés dans leurs jeux, et c’est à ce titre que nous montrerons "Jégkrémbalett" et aurons la chance d’accueillir Andras Warhorn, qui rejoindra Gentry Sultan sur scène.
A l’occasion de la sortie, simultanément en Hongrie et au Nova de leur dernier film, "Most of the Souls that Live Here", nous avions envie de mettre en relief cet aspect collectif et la cohérence de leur travail.



Most of the Souls That Live Here

Az itt élö lelkek nagy része

Igor & Ivan Buharov, 2016, 16mm > video, vo st ang & fr, 90'

Les frères Buharov, nonobstant ce qui les entoure, continuent de tourner en 16mm et de creuser le même sillon. Ce dernier film emprunte son titre à une phrase de leur court "Oneheadword Protection", et en reprend des éléments comme ces peaux de ratons laveurs animées, ici lâchées dans un ruisseau dans la scène inaugurale.
Trois vagabonds apparaissent au détour d’un dialogue hilarant autour du nouveau job improbable d’agent de sécurité de l’un d’entre eux.
S’inspirant d’une école rurale anarchiste ayant réellement existé, le film suit ces trois compères, personnages cartoonesques voire fantomatiques qui se confrontent chacun dans leur style à une société condamnée à trébucher à chaque obstacle absurde. Les critiques et tentatives de décorticage n’y changent rien.
S’ensuivent des scènes d’examen, de débats télé inter religieux qui dégénèrent, de cérémonies d’initiation, au cours desquels on retrouve masques, animaux, fauteuils roulants, colères incongrues, musique savoureuse de Gentry Sultan et des gueules (dont celles d’Andras Warhorn et Fe.Lugossy Laca).
On se laisse transporter sans problème par ce film d’une liberté onirique salvatrice et d’une beauté plastique chaleureuse.

31.03 > 20:00   + 03.04 > 22:00   + 07.04 > 22:00 + 15.04 > 20:00 + 17.04 > 22:00 + 21.04 > 22:00
5€ / 3,5€


+ Sunday

Igor & Ivan Buharov, 1995, super8 > video, muet, st int en, 5'

Les premiers pas des frères Buharov et du 40 Labor !
Igor est aussi devant la caméra et met en scène son suicide.

+ Monday

Igor & Ivan Buharov, 1996, super8 > video, vo hu , 6'

Serait-ce Ivan en fauteuil roulant ?
Seconde partie d’un premier diptyque, plus apaisé que le premier.

+ Metroul

Igor & Ivan Buharov, Vasile Croat, István Nyolczas, 1996, super8 > video, , 6'

Musique répétitive, entêtante, travail à même la pellicule, la technique et le style s’affine...

+ Goodbye Mama

Igor & Ivan Buharov, 1997, super8 > video, , 5'

Un homme avec un masque à gaz va commettre une bêtise irréversible après avoir quitté sa maman.
Dasvidania Mama !

+ Wake Up Mumu !

1997, super8 > video, muet, 5'

Le retour de l’homme au masque à gaz et de sa maman. Avec une tentative de salut par le feu et l’eau.

+ Tales for Cruel People

Igor & Ivan Buharov, Hans Blume, 1999, super8 > video, muet, , 7'

Premièr film où l’animation prend une part importante grâce à Hans Blume.
L’univers des Buharov s’étoffe sans perdre de sa cohérence et de son impertinence.

+ Concern of One’s Fellow Man

Igor & Ivan Buharov, Vasile Croat, István Nyolczas, 1999, super8 > video, vo st ang, 5'

Voix off trafiquées et musique répétitive avec effet de disque rayé. De la poésie décousue et excitante dans ce film maîtrisé, co-réalisé avec les deux autres fondateurs du 40 Labor.

+ Hotel Tubu

Igor & Ivan Buharov, 2002, 35mm, vo st ang, 5'

Une incursion dans la science fiction fauchée. Ballet de masques et jeux de dupes.

+ Is the Killer Going to the Cemetery ?

Igor & Ivan Buharov, Hans Blume, 2002, super8 > video, muet, , 8'

De nouveau avec Hans Blume. De l’animation, de la danse, des animaux et de l’érotisme désuet.

+ Oneheadword Protection

Igor & Ivan Buharov, 2006, 35mm, vo st ang, 7'

"Most of the souls that live here will move to an higher dimension" nous dit-on. Animation image par image en prise de vue réelle. Magnifique !

+ Mothmilk

Igor & Ivan Buharov, 2009, 35mm, muet, , 8'

D’après un roman d’Attila Sirbirk, un enfant découvre la sexualité de façon étrange, un été au bord lamer Adriatique. Leur film le plus narratif et l’un des plus beaux.

+ Johnny and the goosies

Igor & Ivan Buharov, Vasile Croat, 2009, 16mm > video, vo st ang, 6'

Johnny et les oies sont les héros d’un conte magnifique qui pas épargné par le désenchantement du Monde.

+ Sendero Mariposa

Igor & Ivan Buharov, 2013, super8 > video, sans dial, st int en, 7'

Filmé en Grèce, inspiré du Hacker Manifesto de McKenzie Wark.

+ The price of memories

Igor & Ivan Buharov, 2014, super8 > video, sans dial, , 11'

Où l’on essaye d’échapper à des formes d’éducation et de vie trop proches de l’esclavage sans échapper pour autant à une forme de contrôle.

+ Idle jackals

Igor & Ivan Buharov, 2016, super8 > video, sans dial, , 2'

Haranguer, oui, mais pourquoi ?

01.04 > 20:00  
5€ / 3,5€


Igor & Ivan Buharov, Vasile Croat, István Nyolczas, 2000, 35mm, vo st ang, 75'

"Les anges muent, les démons crachent, les hommes ne sont plus salués par leurs enfants, car ils se couchent en colère et se réveillent offensés. "
Réalisé par le 40 Labor (I. & I. Buharov, Vasile Croat et István Nyolczas), ce second long métrage mélange la générosité des courts métrages avec une attention particulière portée aux ruptures de ton. Si on retrouve l’imagerie présente dans les courts (dont on ils ré-utilisent même des plans), on décèle aussi un intérêt de plus en plus marqué pour une critique oblique du monde moderne où les décisions mûries ne valent pas plus qu’un lancer de dés, impression renforcée par la mise en scène.
Des scènes aériennes, sous marines, en train de marchandises, dans des voitures vintages, un nain, un fauteuil roulant... un triomphe sympathique indeed !

03.04 > 20:00   + 15.04 > 22:00
5€ / 3,5€


Igor & Ivan Buharov, 2007, 16mm > 35mm, vo st ang, 84'

Troisième long métrage des frères Buhraov et première venue au Nova lors de la toute première édition d’Offscreen. La rencontre avec ses deux personnages aussi déconcertants que leur film, qu’ils présentent ainsi, nous a tout de suite séduit :
" Est-ce que vous savez ce qu’un barman sert comme alcool ? Est-ce que vous savez ce que le barman met dans votre verre ? Si c’est votre amant qui vous sert à boire, ce sera votre perte. Si la boisson est de feu, elle apporte l’illumination. Buvez le nectar empoisonné, enivrez-vous d’amour ! Une goutte va gaiement vers sa mort dans l’eau de l’océan. Le monde entier est un bar et tout ce qui s’y trouve, ce sont des verres pleins. Un ami lève son verre pour nous et on règle l’addition. Même la sagesse est saoule, jusqu’à la stupeur. La Terre et le Paradis sont ivres, et les anges aussi."

01.04 > 22:30 + 10.04 > 18:00
5€ / 3,5€


Expo

Expo

Andras Warhorn aura dans sa valise ses œuvres et celles de ces collègues de A. E. Bizottság / Jégkrémbalett (Lugossy László, ef.Zámbó István). Igor et Ivan exposeront eux aussi et Vasile Croat (40 Labor, Gentry Sultan) nous présentera ses sculptures.

31.03 > 19:00
Gratis


C’est dans les années 80 que se monte à Budapest le A. E. Bizottság (Comité Albert Einstein) sorte de croisement pop hongrois de Captain Beefheart, de Os Mutantes et de Holy Toy, Les délires littéraires et l’attitude dada emprunte de théâtralité, donneront naissance à un film unique en son genre : "Jégkrémbalett" ! Le A. E. Bizottság s’est penché, comme une bande de fées ivres et déglinguées, sur le berceau des frères Buharov, qui n’ont pas manqué de les inviter régulièrement dans leurs tournages ou leurs performances. Wahorn András, saxophoniste, animateur (Les Razmoket) et réalisateur de Jégkrémbalett, présentera le film et viendra rejoindre Gentry Sultan sur scène. lors de leur alléchant concert sur scène.

02.04 > 20:00
10€ / 7,5€ (soirée / avond)


ANDRÁS WAHORN, 1984, 16mm, vo st fr, 74'

Le "Ballet de la crème glacée" est un film musical, expérimental et "dada-trash". Composé d’une série de tableaux anachroniques, (on passe d’une archive érotique à une fable moyen-âgeuse, une fête orgiaque où les invités mangent moultes crèmes glacées chaussés de patins), ce film absurde et fauché nous entraîne dans une intrigue insensée où la réalisation d’András Wahorn, formellement éclatée, ne manque pas de mettre en valeur les morceaux musicaux disjonctés du groupe art-punk, jusqu’à son concert final.
Une curiosité cinématographique anarchique et colorée, dont l’un des sommets est sans conteste la scène/clip de "Milarepaverzió", morceau imparable et envoûtant qui ne vous lâche pas !
Un film ultra rare dans nos contrées (à part une projection au Nova en 2008 !) que les amateurs de musique et de bizarreries auraient bien tort de laisser filer...

02.04 > 20:00   + 10.04 > 22:00 + 17.04 > 20:00
5€ / 3,5€


Concert

Gentry Sultan

Un sax, une trompette, une basse et une batterie mais aussi des claviers et de l’électronique qui mélange les influences d’Ornette Coleman, de Sun Ra, d’A. E. Bizottság, des Residents et plein d’autres choses dans un bordel clairvoyant et maîtrisé.
Ivan Buharov y joue de la basse sous son vrai nom (Nandor Hevesi) et c’est tout naturellement que ce quartet atypique se retrouve à composer la musique des films des deux frères invités.
Déjà acceuillis au Nova pour un mémorable live soundtrack en costume de "Rudderless".

https://gentrysultan.bandcamp.com/

02.04 > 22:00
7,5€ / 6€


squelettes/rubrique-3.html
lang: fr
id_rubrique: 2150
prog: 2149
pos: aval