prog: 2139
squelettes/rubrique-3.html

By Our Selves

Andrew Kötting, 2015, video, vt ang st fr, 84'

Juillet 1841, un homme semble perdu dans une forêt du centre de l’Angleterre. John Clare, poète romantique important du XIXe siècle, vient de fuir l’hôpital psychiatrique de Northampton, à la recherche de son amour de jeunesse, Mary Joyce. Cette fugue lui fera parcourir près de 130 km en 4 jours, périple qu’il retranscrira une fois reconduit à l’asile où il mourra en 1864. Andrew Kötting reconstitue librement la brève échappée de John Clare dans la campagne anglaise d’aujourd’hui, prétexte pour composer un portrait captivant où fiction et documentaire sont sans frontières. Énigmatique dès ses premières images d’un noir et blanc stylisé, pourvu d’une bande sonore riche et fascinante, le film évoque l’introspection d’un poète atteint de délires paraphréniques et de troubles de la personnalité. Scènes de visions ou d’écoutes hallucinées, reconstitutions anachroniques, conversations plaisantes ou lectures improvisées sont constamment traversées par une mise en abîme du tournage même, et ses impromptus, réinventant avec malice le documentaire biographique.

La beauté profonde de l’écriture de John Clare n’est pas en reste, le plus souvent mise en valeur par la voix gutturale de Freddie Jones (acteur fétiche de David Lynch). C’est d’ailleurs son fils, Toby Jones, qui incarne un John Clare mutique à l’écran. Parmi les autres complices du voyage, on croise Alan Moore, célèbre scénariste de BD originaire de Northampton — qu’il décrit tel un "trou noir culturel" dont on ne s’échappe pas. Ou encore Iain Sinclair, romancier et co-scénariste du film, affublé d’un masque de bouc. Eden, la fille de Kötting, fait aussi des apparitions singulières filmées en Super 8 couleur, en compagnie d’un ours de paille, figure du folklore local…

Au bout de la route, ce film libre et enchanteur réussit, via son expérience sensorielle et ses personnages attachants, à rendre familier le poète déchu, sans pour autant le déchiffrer totalement. À découvrir en exclusivité au Nova !

Avant-première le 14.01 à 20:00, précédée d’une courte performance d’Andrew Kötting inspirée par "By Our Selves", et suivie d’une rencontre.

14.01 > 20:00 + 17.01 > 17:00 + 17.01 > 21:00 + 22.01 > 20:00 + 24.01 > 15:00 + 30.01 > 17:00 + 31.01 > 21:00 + 04.02 > 22:00 + 07.02 > 17:00 + 14.02 > 15:00 + 20.02 > 21:00 + 21.02 > 19:00
5€ / 3,5€


Une série de bannières créées par Andrew Kötting à partir de photos et de textes de "By Our Selves" orneront le couloir et la salle du Nova pendant toute la durée de la rétrospective.

Du 14.01 au 21.02.



Concert + performance

Blurt

Quel rapport entre "By Our Selves" et Blurt ? Outre une communauté d’esprit liant les membres de ce groupe de la scène post-punk anglaise et Andrew Kötting (qui est d’ailleurs en train de tourner une vidéo pour leur nouvel album "Beneath Discordant Skies", que nous aurons peut-être la chance de découvrir en avant-première), le batteur David Aylward est l’un des comédiens de "By Our Selves". En introduction de la soirée, il accompagnera Kötting dans une lecture de poésie de John Clare à propos des oiseaux. Ensuite, place au free jazz à la guitare acérée et à la rythmique binaire, quasi africaine, du trio emmené par le marionnettiste-poète-saxophoniste Ted Milton. Ce personnage excentrique et limite inquiétant, oscille toujours entre sonorités chaudes, saxophone aux mélodies abrasives, spoken word, voix craquelée et poésie enragée. Son retour dans nos murs sera l’occasion de se rappeler, comme l’a écrit un journaliste, que "le Nova et Blurt sont faits l’un pour l’autre. Le premier est un petit cinéma apocalyptique, éclos dans le ventre d’une banque. Le second est un petit costume taillé dans les entrailles du rock et du spoken word. Vous pouvez adorer l’attitude ou la détester, il y a autant de raisons pour l’un comme pour l’autre."

www.tedmilton.net

12.02 > 21:00
7,5€ / 6€


squelettes/rubrique-3.html
lang: fr
id_rubrique: 2140
prog: 2139
pos: aval