prog: 2138
squelettes/rubrique-3.html

Matières premières

La révolte contre la réalité est une vieille histoire. Pas la peine d’en faire un mythe, cela existait avant le label "industriel" inventé pour détruire l’idée même de label. Histoire secrète du XXe siècle, née de la filiation de la gnose, des sorciers médiévaux, de Baudelaire, Aleister Crowley ou William Burroughs, ses tenants ne revendiquent ni maître, ni serviteur. Une sélection de révolutionnaires sans étiquette.



Goran Gajic, 1988, 35mm, vo st ang, 62'

Provocateurs, artistes d’avant-garde jouant avec la dialectique et l’esthétique totalitaire, les membres du groupe Laibach émergent dans les années 80 d’une Slovénie placée sous le diktat de l’URSS, devenant le premier groupe de rock géopolitique de l’histoire de la musique. Présent sur les fronts de conflits en Europe de l’est et sur les fronts spectaculaires de l’Occident avec un sérieux à faire peur, et un soupçon de second degré pince sans-rire très dadaïste, Laibach livre dès le début des année 80 une musique guerrière qui renvoie les revendications du punk déjà mort à des comptines pour adolescents. Ce documentaire tourné à leurs débuts, riche d’images de la campagne slovène et de ses lourdes villes industrielles, est ponctué d’interventions d’intellectuels, de philosophes, d’ouvriers, de citoyens slovènes, d’entretiens et de discours publics du groupe, au rythme soutenu des clips et de la musique de Laibach. Un film présenté ici en 35mm qui aidera sûrement à se faire un avis sur ces terribles slovènes.

+ Scorpio Rising

Kenneth Anger, 1964, 16mm, sans dial, , 28'

Bras armés de l’apocalypse, Scorpio et ses Hell’s angels sont les fers de lance d’une nouvelle ère. Leur mission : permettre la régénération et la libération de l’homme en mettant un terme à deux mille ans d’oppression entretenues par les fausses superstitions des vieilles religions répressives que sont le judaïsme et le christianisme. En contant l’ascension de Scorpio, mage barbare et blasphématoire, Kenneth Anger trace en 1962 le portrait idiosyncratique et ambivalent d’un nouveau type de mage, un magicien moderne, pop-païen qui vénère autant des idoles mécaniques bardés de cuir et de métal que les stars fétichisées du cinéma dans lesquelles il puise l’aura et la lumière nécessaire à l’accomplissement de sa mission. Accompagné d’une bande son composée de morceaux pop américains des années 50-60 offrants un commentaire ironique sur les images du films, "Scorpio Rising" reste aujourd’hui encore un film au pouvoir subversif indéniable.

11.12 > 20:00 + 18.12 > 22:00
5€ / 3,5€


Derek Jarman, 1981, 16mm, sans dial, , 54'

Dans une atmosphère sombrement psychédélique et placée sous le signe du feu, des êtres s’adonnent à des rituels d’une obscure clarté en traversant des paysages aussi ésotériques que terribles. Dans ce film tourné en Super 8 puis gonflé en 16mm, le fond et la forme vibrent sans cesse entre eux, faisant ressortir le grain et jouant sur les superpositions, transformant chaque ombre, chaque rayon, chaque lumière en un objet palpable.. Ayant fait ses débuts au cinéma comme décorateur du "The Devils" de Ken Russell, Derek Jarman a réalisé "Jubilee", l’un des seuls vrais films sur l’émergence du punk. Jusqu’à sa mort du SIDA en 1994, Derek Jarman a été et est resté un ami et artiste très proche des membres de Throbbing Gristle, qui collaborent ici au film par une longue bande son, improvisée comme à leur habitude. Le mariage des deux achève de faire de ce film un objet à l’aura étrange et magique, qui sera projeté ici dans son format d’exploitation originel.

+ Lucifer Rising

Kenneth Anger, 1981, 16mm, sans dial, , 28'

Dernière grande symphonie incantatoire de Kenneth Anger et ultime hommage du cinéaste au système occulte d’Aleister Crowley, "Lucifer Rising" met une nouvelle fois en scène, 20 ans après "Inauguration of the Pleasure Dome", les grandes figures du mouvement thélémite. Financé par la National Film Finance Corporation britannique après avoir été maintes fois avorté, "Lucifer Rising" est tourné en partie en Angleterre et en Égypte. On y croise Marianne Faithfull (Lilith), Jimmy Page (le porteur de la stèle de la révélation), le cinéaste Donald Cammel (Osiris) et Bobby Beausoleil qui réalisa la musique du film après que Kenneth Anger ait rejeté la B.O. de Jimmy Page. Maelstrom de représentations ésotériques où s’entrechoquent pyramides égyptiennes, temples mégalithiques, soucoupes volantes rougeoyantes et stock-shots de volcan et d’animaux sauvages, assemblés dans un montage au symbolisme millimétré, "Lucifer Rising" n’a rien perdu de son pouvoir chamanique et hypnotique. Si vous abhorrez les cultes païens, que vous pensez que la Wicca est un contrôleur créé par Nintendo et que Thelema est une application de réseautage social pour smart-phone, "Lucifer Rising" illuminera votre soirée.

+ Invocation of my Demon Brother

Kenneth Anger, 1969, 16mm, sans dial, , 11'

Mage-cinéaste se détachant d’une narration hermétique et de la reconstitution symbolique des mythes et rituels de la "magick" Crowleyienne, Kenneth Anger réalise un film psychédélique, pure expression d’un mouvement de contestation culturelle et sociale des fausses valeurs de la société occidentale. Entouré de figures de la contre-culture comme Lenore Kandel (poétesse affiliée à la Beat Generation) fumant un joint dans un crâne avec le Hell’s Angel Bill "Sweat William" Fritsch, on y croise aussi un Anton Lavey cornu en collant de Satan, le tout porté par une musique envoûtante au synthétiseur Moog de Mike Jagger.

13.12 > 21:00 + 18.12 > 20:00
5€ / 3,5€


squelettes/rubrique-3.html
lang: fr
id_rubrique: 2129
prog: 2138
pos: aval