prog: 2070
squelettes/rubrique-3.html

Echoes of Jihlava

Pour la troisième année consécutive, nous avons le plaisir d’accueillir en nos murs les Echoes of Jihlava ! Plus important festival documentaire de République Tchèque - âgé comme le Nova de 18 ans !- le festival est parvenu à se créer une place unique dans le paysage des festivals grâce à une sélection internationale audacieuse et diversifiée (la sélection Opus Bonum), celles présentant les meilleurs documentaires tchèques de l’année (Czech Joy), ou d’Europe de l’est (Between the Seas), une sélection d’expérimentaux (Fascinations), et une philosophie d’une fraîcheur radicale dans la composition de ses jurys. Le grand prix du festival par exemple, est attribué par un juré unique, qui fut cette année Želimir Žilnik. Charmés par la richesse et la qualité des films rapatriés chez nous depuis trois ans maintenant, nous avons le plaisir d’annoncer que les films seront tous programmés à deux reprises lors de cette édition ! De plus, nous nous sommes décarcassés pour qu’une grande majorité des réalisateurs soient des nôtres pour présenter leurs films lors des deux premières semaines ! Des films qui, tous, proposent une approche singulière, forte et assumée du cinéma documentaire, pour peupler notre écran durant trois semaines de passionnantes découvertes.

En collaboration avec le festival de Jihlava, la région Vysocina et le Centre tchèque.

www.dokument-festival.com



Film + rencontre

Gottland

Petr Hátle, Lukáš Kokeš, Viera Čákanyová, Rozálie Kohoutová, Klára Tasovská, 2014, video, vo st ang, 100'

Suite au succès du livre du journaliste d’investigation Mariusz Szczygiel, "Gottland", un collectif de cinq réalisateurs s’est réuni pour réinterpréter en images ces différents fragments d’une histoire informelle de la République Tchèque. Composé de cinq courts métrages, le film démarre en trombe avec l’incroyable travelling virtuose réalisé par Lukás Kokes ("Safety Zone" et "The Fortess") qui décrit depuis sa genèse jusqu’à son déclin l’industrielle histoire de la première chaîne de montage de chaussures en ex-Tchécoslovaquie. De style radicalement différents, les courts s’enchaînent et exposent les amers remords d’une égérie du cinéma ex-Tchécoslovaque qui eut une aventure avec Goebbels ; l’évocation dessinée de l’écrivain Eduard Kirchbergers ; le destin d’un pays vu depuis une place en constante mutation ; et le parcours d’un jeune homme immolé en 2003. Rozalie Kohoutová, réalisatrice de l’avant-dernier segment, sera présente pour discuter du projet "Gottland" et lancer la 3me édition des Echoes de Jihlava au Cinéma Nova !

► En présence de Rozálie Kohoutová le 5 février
Sélection Czech Joy 2014

05.02 > 20:00   + 15.02 > 21:00
5€ / 3,5€ Combi 2 films > 7,5€ / 6€


DJ set

Hallebarde

Jeune suisse fraîchement débarqué en Belgique, Hallebarde fait partie du collectif Cénacle, organisateur de soirées dans des lieux atypiques. Pour fêter l’ouverture des Echoes of Jihlava, Hallebarde débarque dans le foyer du Nova et nous fera danser aux sons de la magical disco & de la groovy house. Oh yeah !

https://soundcloud.com/c-nacle/hall...

05.02 > 23:00
Gratis


Eric Baudelaire, 2014, DCP, vo st ang, 103'

Eric Baudelaire, les lettres, le cinéma et le monde : clap troisième ! Interpellé par l’histoire (et les histoires) de la république indépendante d’Abkhazie – territoire séparatiste de Géorgie reconnu par la Russie, le Venezuela et une poignée d’autres pays –, Baudelaire envoie une lettre par jour à Maxim Gvinjia, son ami Abkhaze ministre des affaires étrangères. Guerre, mémoire, quotidien de diplomate d’un pays non reconnu, amitié, territoire et philosophie peuplent ces 74 lettres mises en images par Baudelaire lors de son retour en terres abkhazes, à la rencontre de son ami. Cette vision unique allie vécus personnels des deux interlocuteurs et réflexions inspirées sur la banalité d’une existence séparatiste dans un pays ou tout est encore à faire.
Et sur fond de répétition d’un hymne solennel par l’orchestre militaire, on entend encore chanter les vagues caressées par les enfants de Max, alors qu’Eric redécouvre une terre connue mais non encore apprivoisée.

Sélection Opus Bonum 2014

06.02 > 20:00 + 12.02 > 22:00
5€ / 3,5€ Combi 2 films > 7,5€ / 6€


Ryuji Otsuka, 2014, video, vo st ang, 88'

Nerfs à vif et caméra mouvante pour cette quête désespérante de logements abordables, dans les cités clones d’un Beijing atteint du syndrome de l’intenable grimpées des loyers. Les premiers instants hurlants donnent son ton au film qui, à la fois explore une problématique globale et partagée ici et ailleurs d’une pénurie criante de logements bons marchés, mais aussi propose une évocation presque ethnologique d’un pan des codes sociaux locaux. Jamais loin de sa caméra, Ryuji Otsuka, japonais en terres chinoises, témoigne de l’épopée intime et banale de sa famille, en quête d’un toit abordable depuis le nécessaire déménagement jusqu’à la confrontation de voisins bruyants au bras long. Fragile et tremblante, cette exploration en temps de survie apporte un éclairage nouveau et prenant sur l’actualité d’un phénomène international.

Sélection Opus Bonum 2014

+ Model Village

Hayoun Kwon, 2014, DCP, vo st fr, 10'

Librement inspirée par le village de propagande nord-coréen Kijong-dong, Hayoun Kwon, jeune sud coréenne diplômée du Fresnoy, révèle un lieu-décor et nous plonge dans la fiction, accomplissant son voyage par procuration. À travers la reproduction d’une maquette de Kijong-dong, son film témoigne de ce village fantôme dans son véritable état : un mécanisme de fiction. La réalité d’une frontière face à sa mise en scène. Un village inatteignable autrement que par l’imagination.

Sélection Short Joy 2014

06.02 > 22:00 + 19.02 > 20:00
5€ / 3,5€ Combi 2 films > 7,5€ / 6€


Stanisław Mucha, 2014, video, vo st ang, 98'

Pendant son exil sur les bords de la Mer Noire, le poète romain Ovide a écrit ses célèbres lamentations "Tristes". Le cinéaste germano-polonais Stanislaw Mucha a entrepris ce même voyage le long des côtes de la Mer Noire et visité sept pays à la rencontre d’une foule de gens différents, mais tous liés par la mer. Le résultat est un kaléidoscope d’histoires des populations locales, de statues solitaires, de magnifiques monuments architecturaux déchus...
Plus que les problèmes de l’industrie touristique ou les problèmes politiques, le cinéaste met ici en valeur les contrastes régionaux. Pêcheurs ukrainiens, cueilleurs de thé turcs, ports pittoresques, récit du siège de Léningrad, piles de bois échoués sur la plage pendant les orages, anciens complexes hôteliers abandonnés, marchés aux puces où se vendent l’attirail nazi et les produits dérivés des jeux Olympiques de Sotchi... Dans cette réponse cinématographique aux lamentations de la Mer Noire d’Ovide, le texte antique prend une nouvelle teinte qui nous renseigne sur ces endroits à la fois magnifiques et maudits.

Sélection Between the Seas 2014

08.02 > 19:00 + 14.02 > 22:00
5€ / 3,5€ Combi 2 films > 7,5€ / 6€


Göran Hugo Olsson, 2014, DCP, vo st ang, 85'

Göran Hugo Olsson ("The Black Power Mixtape"), propose un montage d’images d’archives variées et passionnantes, en provenance de la télé suédoise et utilisées autant pour leur pertinence que leur valeur esthétique. Ce brûlot politique à l’ancienne est sérieux et annoncé comme tel dès le début par une "préface" de Gayatri Chakravorty Spivak, professeure à Columbia. Elle y présente et lit un texte de Franz Fanon, intellectuel martiniquais fascinant, chantre de la décolonisation par la violence. Le film illustre ce texte en 9 tableaux édifiants, où l’on rencontre tour à tour de courageux combattants et d’immondes colons, dans des pays rarement évoqués dans le monde francophone (Mozambique, Angola, Rhodésie,etc), et nous ramène aux grandes heures d’un cinéma militant radical. Le texte s’inscrit souvent en grand sur l’écran, et seule la voix de Lauryn Hill, dans la version anglaise, cède à la mode sexy de notre époque. Un discours et un cinéma radical qui auraient horrifié Ghandi, aux résonances avec le monde contemporain et une lecture intéressante de ces processus à l’heure où le post-colonialisme est un prisme de pensée omniprésent.

Sélection Opus Bonum 2014

+ Smile and the World Will Smile Back [Im Tekhayekh, Ha’olam Yekhayekh Elekha]

Yoav Gross, Ehab Tarabieh, Al-Haddad Family, 2014, video, vo st ang, 20'

Depuis 25 ans déjà, l’organisation israélienne B’Tselem informe le public sur les violations des droits de l’homme dans les territoires occupés. En donnant des caméras numériques aux familles de Cisjordanie, B’tselem leur permet de témoigner, entre autre, des injustices auxquelles elles font face. Dans ce court métrage d’une violence inouïe, Diaa et Shatha Al Hadaad, frère et sœur, prennent la caméra vidéo et enregistrent les événements tels qu’ils se déroulent tout au long d’une nuit : des jeunes soldats israéliens pénètrent chez eux et les obligent à faire ce qu’ils désirent. Troublant !

Sélection Short Joy 2014

08.02 > 21:00 + 20.02 > 20:00
5€ / 3,5€ Combi 2 films > 7,5€ / 6€


Film + rencontre

Into the Clouds We Gaze

Martin Dušek, 2014, video, vo st ang, 66'

Dans la nuit noire et calme d’une cité HLM apparaît le serpent lumineux verdâtre d’une voiture aux basses tonitruantes. Son conducteur, Rádík, en est fou et, même si elle crachote de temps à autre et que ce n’est pas demain qu’elle gagnera le prix de la tôle clinquante, jour et nuit il vit pour la voir et la savoir scintillante, anticipant des instants futurs faits de gloire et de femmes nues. Sauf que la vie continue et qu’il se doit de trouver un travail pour bichonner son bolide et intégrer le gratin des rencontres d’amoureux du tuning. Sorte de cousin tchèque et léché d’un épisode de "Strip Tease", le film de Martin Dušek, "Into the Clouds We Gaze" nous transporte avec humour et une forme de tendresse au plus près du quotidien de cet homme qui, plutôt qu’à l’humain, affiche une préférence marquée pour les moteurs rutilants et les feux d’artifices de fin de meetings, ces temps privilégiés où les étoiles quittent leur ciel quotidien pour illuminer l’infini des parkings sauvages.

Prix Czech Joy (meilleur documentaire tchèque), 2014.

+ Mat Goc

Dužan Duong, 2014, video, vo st ang, 19'

Dans son épicerie familiale, Dužan Duong s’ennuie terriblement d’une origine vietnamienne envahissante, et d’un esprit qui lui est étranger. Comble du malheur, comme chaque année, il va devoir se farcir le voyage dans ces terres qui n’ont d’origine que le nom. Comme la tradition le souhaite, il doit saluer le grand-père, la grand-mère et surtout ne pas perdre le lien avec le Vietnam...

Sélection Czech Joy 2014

12.02 > 20:00 + 21.02 > 21:00
5€ / 3,5€ Combi 2 films > 7,5€ / 6€


Shin'Ichi Miyakawa, 2013, super8 > video, vo st ang, 44'

D’un lac paisible nappé dans la brume légère d’un paysage nippon quelconque, émerge, fière, une caméra Super 8 et son micro rond instable. Ainsi se termine la première lettre filmée de Shin’ichi Miyakawa à son interlocuteur intermittent, Motoki Fujinami. Nouveau phénomène de mode chez les réalisateurs en quête d’échanges, les correspondances filmées sont caractérisées par de courtes séquences, souvent intimes, qui défient les codes du cinéma conventionnel. Au moins tentent-elles de s’en affranchir pour mieux explorer de nouvelles pistes visuelles. Fascinante, la correspondance de Miyakawa transcende ces codes, nouveaux et antiques, s’envole par-delà les lois fondamentales du documentaire, de la fiction et même de l’expérimental, et appelle à la résurrection d’un support pelliculaire trop vite sacrifié sur l’autel de l’efficacité présumée du binaire. Punk et gorgé d’un humour tout en décalage, "The Lake" se révèle par instants poétique, parodique, déroutant et surprenant, pour le plaisir de nos pupilles dilatées.

Sélection Opus Bonum 2014

+ Ginza Strip

Richard Tuohy, 2014, sans dial, , 9'

Cinéaste expérimental australien, Richard Tuohy nous invite à découvrir avec "Ginza Strip" la technique du Chromaflex. Jouant entre le positif/négatif et inversement, des rythmes se jouent entre silhouettes humaines et lumières urbaines. Une danse folle entre couleurs et musiques s’active. Impressions d’un Tokyo by night.

Sélection Fascinations 2014

+ Study of Synchrony

Patrick Bergeron, 2014, video, sans dial, , 3'

Quelques bandes de couleurs, des apparitions de carrés blancs et c’est une symphonie synchrone de sons et d’images qui se déploie à l’écran. Hommage et réinterprétation du "Synchromy" de Norman McLaren, le court film de Patrick Bergeron renouvelle cet essai en restant dans le ton désuet des sonorités 8 bits de l’original.

Sélection Fascinations 2014

13.02 > 20:00 + 20.02 > 22:00
5€ / 3,5€ Combi 2 films > 7,5€ / 6€


Philip Hoffman, 2014, vo ang , 46'

Témoin "auto-désigné" par sa famille, Philip Hoffman documente le processus de vieillissement de son père, en soulignant les questions de la mémoire humaine et de la temporalité. Les images de cet homme vieillissant, capturées par une caméra 16mm, nous confrontent à un homme malade, âgé, attendant lentement la mort dans le chalet familial au bord du lac. Filmé sur des bobines périmées, "Aged" combine des images intimes, allant de l’enfance du réalisateur au processus d’accompagnement de son père, aujourd’hui décédé, avec des impressions uniques de la campagne environnante, décrivant le caractère éphémère de la vie humaine. Sons de la nature, telles les éclaboussures à la surface de l’eau ; bruits du vent ou chants d’oiseaux du lac, soulignent ces images sans parole d’un grain magnifique.

► En présence de Philip Hoffman le 13 février
Sélection Opus Bonum 2014

13.02 > 22:00 + 22.02 > 21:00
5€ / 3,5€ Combi 2 films > 7,5€ / 6€


Phillip Warnell, 2014, DCP, vo st fr, 71'

Antoine Yates vit au cœur de Harlem dans un immeuble assez haut pour apercevoir Central park au dessus du quartier, et aussi, selon lui, pour abriter un jeune tigre nommé Ming et un Alligator nommé Al, sans que ceux ci puissent nuire à quiconque. Il leur faudrait en effet pouvoir d’abord ouvrir la porte puis prendre l’ascenseur ou descendre 21 étages par l’escalier. Mais en 2003, avant de voir si cette prophétie peut se réaliser, Yates est admis à l’hôpital après avoir été mordu à la jambe par Ming. S’en suit un débarquement de police à l’américaine pour évacuer les animaux et une histoire urbaine qui fait le tour des journaux. Outre un rapide portrait de Yates, Phillip Warnell propose ici une longue déambulation des deux animaux dans l’appartement reconstitué, laissant la place sonore aux feulements et aux rumeurs lointaines de la ville, de l’immeuble. Alors, une voix, doucement, habille cet espace habité, d’un texte du philosophe Jean-Luc Nancy. Une tentative de poésie cinématographique autour de l’animalité et de l’habitat moderne.

► En présence de Phillip Warnell le samedi 14 février
Sélection Opus Bonum 2014

+ Drug !

Miko Revereza, 2013, super8 > video, , 8'

Dans ce film noir et blanc tourné en 8mm, Miko Revereza, nous invite, à travers son regard, à faire un portrait de L.A. Immigré philippin, Miko expose les symboles stigmatisant, fait de listes incomplètes et répétitives, d’actes et d’objets. Ce court métrage expérimental est un vrai petit bijou !

14.02 > 19:00   + 22.02 > 19:00
5€ / 3,5€ Combi 2 films > 7,5€ / 6€


Film + rencontre

The Chimney

Laila Pakalnina, 2013, DCP, vo st ang, 54'

Il était une fois une cheminée. Autour de cette cheminée, il y avait trois maisons. Dans ces trois maisons vivaient sept petites filles, toutes d’un blond éclatant. "The Chimney", portrait lumineux d’un microcosme rempli d’enfants, dépeint des scènes de la vie quotidienne, où les petites filles blondes explorent leur environnement, jouent, escaladent, et se roulent dans l’herbe. Avec son sens extrême du détail, Laila Pakalnina capte une poésie du quotidien, simple et magnifique à la fois. Le résultat est un film frais, drôle, sur un monde enchanté, entouré de végétation, de sauterelles, d’araignées, de voitures accidentées, de balançoires et de flaques d’eau. Le tout gouverné par ces petites sauvageonnes pleine de spontanéité, d’espièglerie, d’une logique enfantine et d’une incroyable intelligence. Un véritable coup de cœur !

► En présence de Laila Pakalnina le dimanche 15 février
Sélection Between the Seas 2014

+ Hacked Circuit

Deborah Stratman, 2014, DCP, vo st ang, 15'

Lentement, une caméra déambule dans un faubourg américain assombri par la nuit. Au loin, un homme traîne sa carcasse dans une ambiance sonore angoissante, que les quelques lumières nocturnes n’apaisent pas. Au téléphone, la ligne grésille ; au numéro 1533 la caméra entre et, parmi les sons dansants, toujours, tourne...

Prix Fascinations (meilleur documentaire expérimental), 2014

15.02 > 19:00   + 21.02 > 19:00
5€ / 3,5€ Combi 2 films > 7,5€ / 6€


Venez vous faire prendre en photo dans l’endroit de votre choix ! Vous seront proposés Tchernobyl, Tokyo, les Alpes ou les bocaux d’un cabinet de curiosités !
L’équipe de l’Atelier Automatique ramène son photomaton sérigraphié de Prague. Prenez place pour une carte postale souvenir, pendant toute la deuxième semaine des Echoes of Jihlava !

12.02 → 15.02



squelettes/rubrique-3.html
lang: fr
id_rubrique: 2073
prog: 2070
pos: aval