prog: 2056
squelettes/rubrique-3.html

Varia

Live Soundtrack

A Page of Madness [by Odessa]

(Une page folle - Kurutta Ippêji)

Teinosuke Kinugasa, 1926, 35mm, , 70'

Dans la noirceur d’un asile d’aliénés, un homme se fait engager pour tenter de libérer sa femme internée. Un univers grimaçant dans lequel tous les personnages sont prisonniers… Teinosuke Kinugasa n’a pas respecté les façons de faire de l’époque et c’est tant mieux : fulgurance du montage, expressionnisme allemand revisité, liberté totale dans la recherche de formes nouvelles… La structure narrative passablement décousue et l’hermétisme du scénario, improvisé pendant le tournage avec ses dialogues chuchotés au creux de l’oreille que rien ne vient sous-titrer, en font une œuvre à l’audace particulière. Plus qu’un film muet, c’est une expérience mutique qui nous amène à ressentir pleinement ce monde clos et les forces de l’abîme qui le régissent. Réalisé en 1926, puis perdu et oublié jusqu’à ce que l’auteur en retrouve une copie plus de 40 ans plus tard, "Une page folle" est un film rarement projeté car il n’en existe à ce jour qu’une poignée de copies.
Près de trois ans après avoir dû annuler en dernière minute son live pour les 15 ans du Nova, Odessa (laptop, live electronics & modular synthesizer) se pose devant l’écran pour sonoriser ce film culte. Souvenirs de kick au petit matin blême et atmosphère sombre minimale, craquements et souffle assurés…

https://soundcloud.com/odessa
https://soundcloud.com/frederique-franke

28.11 > 21:00
5€ / 3,5€


Performance

Zzurfreiheit

2014, 30'

Trio iconoclaste qui prend naissance dans les faisceaux lumineux de projecteurs 16mm et vidéo, Zzurfreiheit s’attelle à vous faire voyager dans le temps et l’espace grâce aux vertus insoupçonnées de la rétroaction acoustique et lumineuse. En développant une poétique de l’instant et de l’immédiateté ces 3 énergumènes génèrent des conflits de perceptions aux conséquences contemplatives sévères pour votre cerveau. La matière première visuelle - points, lignes, paysages et végétaux - créée sur pellicule 16mm par Julien Bibard, est réinterprétée en feed-back par des traitements vidéo et audio numériques de Lionel Palun. Les sons des mécaniques et des bobinages électriques du projecteur 16mm servent quant à eux de matières premières au délicates et impulsives manipulations de Jean-Philippe Saulou. Au final ce voyage hypnotique et autophage, dans un paysage aux coordonnées spatio-temporelles plutôt vagues, vous fera peut-être oublier, pour ceux qui en douteraient encore, que le cinéma se passe seulement sur un écran.

+ Ouverture

Christopher Becks, 2010, 35mm, muet, , 5'

Une improvisation en tourné-monté dans une grange en Normandie.

+ Strips

Félix Dufour-Laperrière, 2009-2010, 35mm, sans dial, , 6'

Dans "Strips", un film érotique d’époque est découpé en bandelettes puis réassemblé. À mesure que ces bandes sont déplacées et manipulées s’opère un passage de la figuration vers l’abstraction. Un regard ludique sur ce qui, à l’image, est montré et dissimulé, sur l’apparition d’un érotisme et sur les idées de présence et d’absence. En cinémascope.

+ #11 (Marey <-> Moiré)

Joost Rekveld, 1999, 35mm, sans dial, , 21'

"#11 (Marey <-> Moiré)" est un film dans lequel toutes les images ont été générées par l’enregistrement discontinu du mouvement d’une ligne. Il s’agit d’un film sur l’intermittence qui est à la base du cinéma. Cette manière de diviser pour régner est à la fin notre seul moyen d’appréhender et de manipuler le flux qui nous entoure.

03.12 > 20:00
5€ / 3,5€


Analyser un film, c’est non seulement interroger une continuité cohérente d’images et de sons génératrice de sens. Mais c’est aussi interroger les moyens utilisés par le cinéaste pour la produire. Au cours de ses années d’enseignement, Thierry Odeyn (professeur à l’Insas et à l’Ihecs) a "inventé" une approche du réel longuement réfléchie qui a déjà formé plusieurs générations de cinéastes.
Pour le quatrième épisode de ces cours la tension entre "ciné œil" et "ciné poing" dans le cinéma soviétique des années 1920 sera explorée.

06.12 > 11:00
5€ / 3,5€


Il est désormais possible de présenter des films en DCP à l’Open Screen. Si vous savez ce que cela signifie, vous êtes donc priés de les amener bien à l’avance, si vous ne savez pas, tant mieux, et venez avec des formats facilement maîtrisables, de la mini DV au 35mm en passant par tout le reste. Pour les films proprement dits, toujours pas de censure, sauf celle du temps, puisque 15 minutes maximum vous sont allouées. Autre condition, vous devez être l’auteur du film, ou du moins en détenir les droits, mais si vous trouvez un film d’archive hilarant ou étonnant, amenez le tout de même qu’on en discute...

11.12 > 20:00


Les micro evenings sont des soirées gratuites autour de la Microboutiek, en collaboration avec un éditeur ou un collectif invité à présenter ses micro-éditions. Ce soir, dès 19h30 dans le bar du Nova, place à ION, une structure d’édition fondée en 2010 à Angoulême et dirigée par Benoît Preteseille, lui-même dessinateur et chanteur-performer de Savon Tranchand. Avec ION, Benoît propose une collection protéiforme aux frontières du livre d’artiste et du recueil d’illustrations, axée sur des travaux inclassables d’auteurs de bande dessinée, d’illustrateurs, de photographes, de tatoueurs, …

www.ionedition.net

+ Savon Tranchand [Concert-Spectacle]

Savon Tranchand nous embarque dans des mondes oniriques, à la rencontre de personnages absurdes, un prétexte pour explorer nos peurs par une vision décalée de la réalité. Un cauchemar vivant où images et sons viennent habiter des mélodies minimalistes, teintées d’électro primale ou de punk. Les contrastes se confrontent, accentués par une mise en scène inspirée, aux jeux d’ombres ingénieux et traversée d’une touche dadaïste : l’union du dessin, de la photographie et de la culture du happening. Cette merveilleuse émulsion est due aux multiples talents de Sophie (Savon) Azambre le Roy et Benoît (Tranchand) Preteseille. Il en est le chanteur principal. Elle y joue de la guitare électrique et un éventail de bidules électroniques. Résultat : un concert/spectacle singulier, à la fois poétique, sombre et ludique, tel un cabaret fantasmagorique apocalyptique.

Accueil
19.12 > 20:00
Gratis


26.11 > 20:00 + 07.12 > 19:00 + 14.12 > 19:00 + 19.12 > 19:30



29.11 > 19:00 + 30.11 > 19:00 + 07.12 > 19:00 + 16.12 > 19:00 + 19.12 > 19:30 + 21.12 > 19:00



squelettes/rubrique-3.html
lang: fr
id_rubrique: 2064
prog: 2056
pos: aval