prog: 2004
squelettes/rubrique-3.html

Kelly + C’était mieux demain

Le Nova endosse ses plus beaux habits féminins pour vous présenter "Kelly" et "C’était mieux demain". Non seulement les deux films sont signés par des réalisatrices, mais ils sont aussi le portrait de deux femmes peu ordinaires, affichant une énergie et une ténacité remarquables malgré les énormes difficultés auxquelles elles font face. Le rapprochement entre les deux documentaires s’arrête là car ils sont fort différents, de par leur démarche et leur forme. Ils correspondent à un vrai coup de cœur, couplé à une grande envie de rencontrer les deux réalisatrices. Nous les avons invitées le dimanche 18 mai, pour une rencontre conjointe. L’une venant tout droit de Tunis, l’autre de Tanger, le Nova respirera un peu de Méditerranée !



Stéphanie Régnier, 2013, HD, vo , 67'

Dès les premières images on est intrigué par ce visage exotique, pour lequel on ne sait ni donner un âge, ni dire d’où il vient exactement. Très vite, on est littéralement happé par le récit de Kelly. Originaire du Pérou, elle rêve avec rage de venir vivre en Europe. Elle quitte son pays natal pour rejoindre la Guyane française, en espérant y trouver un tremplin pour émigrer vers la France, où vit déjà sa mère. C’est compter sans les aléas, parfois vicieux, de la vie. Ballottée d’un pays à l’autre, d’une aventure à l’autre, la vie de Kelly s’apparente à celle d’un personnage de fiction. Elle débarque finalement à Tanger. Quelques dizaines de kilomètres à peine séparent le Maroc de l’Espagne, et pourtant l’Europe paraît inaccessible et le voyage de Kelly semble devoir cruellement s’arrêter ici. C’est à Tanger que la réalisatrice Stéphanie Régnier la rencontre. En adoptant un dispositif caméra sobre, dépouillé, elle réussit le pari de réaliser un film qui est non seulement un témoignage, mais aussi un captivant récit qui jamais ne tombe dans le pathos facile.

19.04 > 20:00 + 26.04 > 22:00 + 02.05 > 20:00 + 10.05 > 22:00 + 18.05 > 18:00
5€ / 3,5€


C’était mieux demain

يا من عاش

Hinde Boujemaa, 2013, video, vo st fr, 71'

Dans le tumulte de la révolution tunisienne, nous suivons Aida, une jeune femme sans travail, sans domicile, trimballant son fils Faouzi dans les rues de Tunis, à la recherche d’un endroit où vivre. Aida s’introduit dans des logements inoccupés, casse des murs, squatte là ou c’est possible... Les manifestations qui l’entourent ? Elle n’en a cure. Insolente et combative, Aida profite du chaos social pour défoncer des portes, se heurtant aux voisins et à des surprises parfois malheureuses. A l’image des tunisiens, Aida est pleine d’espoirs, couplés à une soif de changement, sans toutefois savoir quelle direction prendre. Aucune certitude, juste des questions.
Pendant plus d’un an et demi, la réalisatrice Hinde Boujemaa a suivi Aida, réussissant à nouer une véritable relation de confiance et de complicité, lui permettant ainsi de filmer des scènes d’une vérité tout à fait étonnante, y compris en prison, où Aida doit séjourner quelques temps.
Ce documentaire raconte un moment de vie d’une femme dans cet intense intervalle qu’est la révolution au sein d’un pays. Une femme qui n’a plus rien à perdre, sur qui la vie s’est acharnée, et qui demande un autre avenir à la révolution. "C’était mieux demain" nous offre un autre éclairage sur le soulèvement tunisien, sa nécessité et ses limites. Un document beau, rare et sensible.

19.04 > 22:00 + 25.04 > 20:00 + 09.05 > 20:00 + 18.05 > 20:00
5€ / 3,5€


squelettes/rubrique-3.html
lang: fr
id_rubrique: 2007
prog: 2004
pos: aval