prog: 1960
squelettes/rubrique-3.html

Autour du chantier

Film

Rue Haute

André Ernotte, 1976, 35mm, vo fr st nl, 94'

Mimi, 50 ans, est marchande de poissons à la place de la Chapelle à Bruxelles. Témoin, trente ans plus tôt, de la rafle de son mari ensuite envoyé en déportation et de l’assassinat de son petit garçon par les SS, elle est depuis lors rongée par les souvenirs, sujette à des crises de violence et prise pour une folle. Pris de remords, l’un des Allemands impliqué dans le drame, la retrouve après la guerre et prend soin d’elle. Un jour, Mimi fait la connaissance de David Reinhardt, un artiste-peintre américain séjournant à Bruxelles. Son comportement erratique l’amène à entretenir des rapports étranges avec David, celui-ci cherchant à la protéger et acceptant pour elle toutes les souffrances. L’expatrié va ainsi s’humaniser et se débarrasser de son snobisme, transformation symbolisée par sa descente du Sablon vers la rue Haute.
Reposant sur cette histoire simple, "Rue Haute" est un film curieux. Réalisé par André Ernotte, un acteur belge (on peut le voir au casting de "French Connection") qui terminera sa vie aux États-Unis, il restera son unique long métrage. Couronné de prix lors de sa sortie, il est servi par sa description de la vie dans les Marolles et porté par la prestation remarquable de deux vedettes de variétés : Mort Shuman et Annie Cordy, habituellement plus connue pour ses chansons fantaisistes que pour ses talents d’actrice dramatique. Et pourtant…

11.01 > 21:00 + 26.01 > 17:00
5€ / 3,5€


Un jour d’avril 1958 au Palais des Beaux-Arts… Le Comité national des travailleurs du film consacre une séance à l’interprétation poétique de la ville dans l’œuvre des cinéastes belges. Après le "Rythme de la ville" du suédois Arne Sucksdorf, 9 courts métrages belges se succèdent à l’écran. L’occasion de "montrer côte à côte des œuvres couronnées, des films inédits, des films maudits", précise le réalisateur Jean Délire, organisateur de cette sélection dans laquelle on retrouve "Les gens du quartier" de Jean Harlez (diffusé au Nova en avant-programme du film "Le chantier des gosses"). Nous avons pu reconstituer quasi intégralement ce programme exceptionnel qui permet de (re)découvrir le travail de quelques pionniers du cinéma belge…

+ Souvenirs de Bruxelles

Edmond Bernhard, 1955, 35mm, vo fr , 15'

Le second film de ce cinéaste autodidacte et atypique, avant les fameux "Waterloo", "Beloeil" et "Dimanche" (et après "Lumière des hommes" auquel Jean Harlez avait participé en fabriquant le décor planétaire final). Évocation de la capitale, il dresse le portrait des habitants d’une petite rue cosmopolite à Bruxelles.

+ Françoise et la ville

Jacques Boigelot, 1955, 16mm, vo fr , 13'

L’un des rares courts métrages du réalisateur de "Paix sur les champs" (premier film belge sélectionné pour l’Oscar du meilleur film en langue étrangère en 1971). Une petite orpheline n’est contente que seule et tranquille. Et la ville va essayer de répondre à son inquiétude…

+ Bruges

Gérard de Boe & Emile Degelin, 1954, 35mm, sans dial, , 15'

À travers canaux, trésors architecturaux et picturaux, ce film au regard à la fois ethnologique et mystique nous balade à travers Bruges en nous faisant sentir combien le passé y reste présent… Un des films les plus réussis de ces deux cinéastes flamands.

+ Sonate à Bruxelles

Emile Degelin, 1955, 35mm, sans dial, , 16'

Portrait d’après nature de la vie d’une capitale. Fourmilière d’où monte un bruit de foule, auquel répondent le roucoulement des pigeons du marché aux oiseaux, les dialogues muets dans les parcs, les clameurs du marché aux puces, les klaxons du trafic, le sifflet de l’agent de police qui hypnotise les mannequins d’étalage, les cris des gosses de la rue : musique d’une ville, sonate à Bruxelles.

+ La ville

Claude Gabriels, 1956, 35mm > video, vo fr , 12'

Cameraman réputé notamment pour son travail avec Henri Storck, Paul Meyer ou Jean Harlez, Claude Gabriels a également été réalisateur de quelques films de commande et de rares courts métrages de fiction, dont cette belle évocation de Bruxelles.

+ Le trésor d’Ostende

Henri Storck, 1955, 35mm, vt fr , 24'

C’est la Ville d’Ostende qui a commandé cette fiction pour enfants à Henri Storck, natif de la cité côtière, qui y met en scène des personnages d’Hergé et notamment le vagabondage du chien Milou servant de prétexte à nous emmener, à travers quelques scènes burlesques, à la recherche du trésor d’Ostende…

19.01 > 19:00
5€ / 3,5€


Quartier d’accueil pour tous les types de populations, les Marolles ont compté à une époque pas si lointaine de nombreux Tziganes parmi leurs habitants (Jean Harlez réalisera d’ailleurs, en 1959, un portrait de gitans pour le magasine "Neuf millions" de la RTBF, un reportage malheureusement disparu). Le Nova a saisi ce prétexte historique pour poursuivre son exploration des bals populaires en invitant Souny Sinto, un groupe bruxellois de jazz manouche, pour célébrer en musique la sortie du film "Le chantier des gosses". Né en 2011, le groupe s’est formé autour de deux guitaristes manouches, David Becker et Thierry Delporte, rejoints par deux musiciens complices dans le jazz, le violoniste Bernard Vancraeynest et le contrebassiste Jack O’Roonie. Souny Sinto signifie en gitan : rêve gitan. Après une initiation à la danse animée par Miguel Camino, ils animeront le bal. Et puisque la soirée se déroule exactement 17 ans et un jour après l’ouverture du Cinéma Nova, nous poursuivrons la nuit en dansant avec T.4.2 et d’autres DJ’s aux platines. Venez danser après les gosses du chantier !

Un ticket combi est proposé pour assister à l’ensemble de la soirée : à 20h projection du "Chantier des gosses" suivie d’une rencontre avec Jean Harlez et Freddy Piette, à 22h bal.

24.01 > 22:00
7,5€ / 6€ (soirée / avond) 6€ / 5€


Compilation

Marolles en courts

Derrière leurs apparences de décor "authentique" pour films ou séries télé, les Marolles restent un ensemble de petits quartiers populaires bien plus complexe et diversifié que l’image touristique qu’on lui colle souvent. La présence de nombreux logements sociaux et d’une importante économie parallèle lui permettent de résister à une muséification totale. Petit parcours dans l’histoire récente des Marolles et clin d’œil au film "Le chantier des gosses", à travers 5 films d’ateliers.

+ Elisabeth

Ateliers urbains, 2011, video, vo fr , 10'

Ce bonus au film d’atelier "Flagey" est le portrait d’Elisabeth qui, avant de se retrouver sans domicile fixe, travailla dans le cinéma et participa à une expérience mémorable : la sonorisation du film "Le chantier des gosses" de Jean Harlez.

+ Course de caisses à savon

Plus Tôt Te Laat, 2002, video, vo fr , 3'

Ou comment renouer avec les traditions au pied du Palais de Justice…

+ Les bras cassés

Foyer des Jeunes des Marolles, 2011, video, vo fr , 9'

Film collectif entièrement réalisé par des jeunes des Marolles et tourné notamment à la Cité de la Querelle et à la Cité Hellemans, cette animation traite avec humour de la question du travail, de l’école et du manque de perspective pour le futur.

+ L’arbre à palabre

Mohamed Ouachen, 2001, video, vo fr , 26'

"L’arbre à palabre" est le fruit d’un projet donnant la parole aux habitants des Marolles concernant la venue des nouveaux bancs sur la place de l’Épée (où se trouvait jadis le terrain vague du "Chantier des gosses"). C’est là que Mohamed Ouachen entend parler pour la première fois de "sablonisation" (gentrification des Marolles). Intrigué, il veut aller un peu plus loin et comprendre pourquoi remplacer des bancs par des nouveaux…

+ Voix des Marolles

Foyer des Jeunes des Marolles, 2011, video, vo fr , 29'

Lieu de transit de la capitale, carrefour de l’immigration, miroir de notre société, la Marolle est une vieille dame de plus de 800 ans qui continue d’être et de respirer. À l’écoute des battements de son cœur, les jeunes du Foyer des Marolles sont allés à la recherche d’histoires des habitants du quartier, afin d’en dresser un portrait bigarré.

En présence notamment de Bruno Frère et Mohamed Ouachen.

02.02 > 17:00
5€ / 3,5€


Film + débat

La bataille des Marolles

Pierre Manuel & Jean-Jacques Péché, 1969, 35mm > video, vo fr st nl, 60'

Il était une fois un monument plus vaste que la Basilique Saint-Pierre : un Palais de Justice qui, non content d’avoir englouti tout un quartier pour s’imposer dans le centre de Bruxelles, finit par vouloir s’agrandir encore. À nouveau, les Marolles sont menacées. Ses habitants s’organisent. Contre l’arrogance d’une ville qui cherche à se construire sans eux, ils font fonctionner la solidarité et l’imagination à plein pot… La lutte s’organise autour de la figure de l’abbé Vanderbiest. Autour de lui, un facteur, un peintre, des habitants, des cafés et des fêtes composent l’atmosphère particulière de cette bataille.
Exhumé par le Cinéma Nova à l’occasion du festival PleinOPENair en 2004, le récit documentaire qu’en fit la télévision belge ne cesse depuis lors d’être redécouvert avec jubilation. Il est rare en effet de pouvoir suivre d’aussi près une lutte dans un quartier populaire, qui plus est couronnée de succès puisqu’elle fit reculer le projet immobilier d’extension du Palais de Justice. Devenue symbole de la résistance locale face à la "bruxellisation", "La bataille des Marolles" a été bien servie par cet épisode de la série "Faits divers" sensible et audacieux, comme le service public savait en faire.

La projection sera suivie par une discussion avec Jacques Vanderbiest et d’autres membres du Comité général d’action des Marolles (CGAM) et de l’Union des locataires des Marolles (ULM), qui permettra de revenir sur les luttes de l’époque et celles d’aujourd’hui.

09.02 > 19:00 + 21.02 > 18:00
3,5€ / 2,5€


Compilation

Cineketje

Pour le Cineketje du début d’année, voici une série de courts métrages qui vous rappelleront la dimension ludique de la ville pour les enfants.

+ Bouwspeelplaats Tour & Taxis

Lisa Mathys, 2009, video, vo fr , 5'

Mini documentaire sur le projet de "Bouwspeelplaats", mis en place sur le site de Tour & Taxis en 2009.

+ Geen Game Alleen

CVO Lethas, Liesbet Allegaert & Sandra Verkaart, 2013, video, sans dial, , 5'

Un film d’animation réalisé par les élèves de CVO Lethas, sur les aires de jeux dans la ville et sur les moyens de se faire des amis.

+ Ruzz & Benn

Philippe Julien, 2005, video, sans dial, , 23'

Dans un monde urbain hostile Ruzz, 12 ans, et Ben, 8 ans, essayent de récupérer leur cerf-volant. Ils tombent alors dans une usine de céramique désaffectée, où la nature a repris ses droits. Un homme étrange, qui semble végétalisé, les accompagne et les protège. Film d’animation réalisé en pâte à modeler.

+ Für Mathilde

Alla Churikova, 2009, video, sans dial, , 7'

Une petite fille s’ennuie en essayant d’exécuter "La Lettre à Élise" de Beethoven, au son du métronome. Une promenade dans la grande ville va permettre de redonner des couleurs à sa pratique du piano. Superbe film d’animation, réalisé avec du sable !

+ A Tale from Van Phuc Village

Tsering Tashi Gyalthang, 2012, video, sans dial, , 11'

Dans un parc, une jeune fille attendant sa mère rencontre un vieil homme. Il l’invite à la projection de son film multimédia.

16.02 > 15:00
3,5€ / 2,5€


squelettes/rubrique-3.html
lang: fr
id_rubrique: 1966
prog: 1960
pos: aval