prog: 1960
squelettes/rubrique-3.html

Autour de Jean Harlez

Expo

Vernissage Jean Harlez

Notre Dame & co

En 1944 et 1945, Jean Harlez suit avec succès la peinture ornementale de l’académie des Beaux-Arts de Bruxelles, avant de bifurquer vers le cinéma. En 1994, voilà qu’il arrête de filmer et se consacre désormais à ses Notre Dame Revisitées : des madones hautes en couleur, religieusement assemblées à partir de photomontages, de moulages et d’objets trouvés, parfois animés de manière mécanique. Les allégories représentées avec art et malice expriment les tensions de la vie contemporaine. Quelques-unes de ses dames déconcertantes seront exposées dans notre foyer, en compagnie de la reproduction d’un storyboard d’un projet de film avorté sur les monuments aux morts, ainsi que d’une touchante nouvelle de Marcelle Dumont, "Albert et Marguerite", inspirée de cartes postales écrite par un poilu de 1914-1918. Un diaporama de photos de tournage est aussi annoncé, sans oublier l’une des trois caméras auto-construites par Jean Harlez !

Du 09.01 au 23.02.

Jean Harlez - Blog

09.01 > 19:00
Gratis


Films + rencontre

Charles Dekeukeleire

Fasciné par le cinéma depuis son enfance à Erquelinnes, Jean Harlez saute le pas à l’âge de 23 ans en se faisant engager comme assistant pour Charles Dekeukeleire. Les nombreuses productions de ce pionnier du cinéma belge étaient alors des commandes privées ou institutionnelles (parmi lesquelles une sélection représentative est proposée ce soir). Dekeukeleire délaisse ainsi son approche formaliste des années 1920 avant-gardistes pour un cinéma documentaire "technographique" dont il assurait également l’image et le montage. Fort de cet apprentissage suivi de fin 1947 à fin 1950, Jean Harlez sait désormais qu’il peut aussi réaliser des films de manière autonome, jusqu’à concevoir sa propre caméra !

+ Maisons

Charles Dekeukeleire, 1947, 16mm, vo fr , 16'

De la conception rationnelle d’une habitation individuelle à la construction de cités modernes.

+ Féérie

Charles Dekeukeleire, 1947, 35mm, vo fr , 10'

L’ancêtre de la réclame des poudres à lessiver, l’envers du décor en prime.

+ Prends garde

Charles Dekeukeleire, 1948, 16mm, vo fr , 13'

Film de prévention des accidents de travail au réalisme frontal. Peut-être la première et unique fois que Jean Harlez est crédité comme assistant.

+ L’espace d’une vie

Charles Dekeukeleire, 1949, 35mm, vo fr , 25'

Document étonnant à la gloire du centenaire de la caisse d’épargne belge. Jean Harlez créera pour l’occasion un banc titre permettant des zooms sur les documents iconographiques.

+ 900 hommes

Charles Dekeukeleire, 1949, 35mm, vo fr , 14'

Le fonctionnement de l’usine Ford alors implantée à Anvers. Curieux film industriel dont la véritable vedette est une maquette conçue par Jean Harlez de la chaîne de montage des voitures.

12.01 > 19:00
5€ / 3,5€


Jean Harlez, 1961, 16mm, vo fr , 69'

Inaugurant la période de cinéma d’exploration de Jean Harlez, "Escalades au soleil de minuit" suit une expédition de 8 membres du Club Alpin de Bruxelles dans la presqu’île d’Akuliaruseq au Groenland. À leur invitation, Jean Harlez parvint à filmer le voyage intégral en 16mm Ecktachrome, souvent par moins dix degrés, alors qu’il n’avait jamais pratiqué l’escalade. De cet exploit humain et technique résulte un témoignage authentique, d’une sobriété loin du lyrisme héroïque des rares films du genre à l’époque. Et bien que l’ascension du dernier sommet se termina de manière tragique avec la disparition de quatre alpinistes, Jean Harlez sera conquis par la beauté du Grand Nord et ses habitants, au point d’y retourner à trois reprises.

En présence de Jean Harlez et Marcelle Dumont (auteure des dialogues).

18.01 > 19:00
5€ / 3,5€


Jean Harlez, 1965, 35mm16mm, vo fr , 51'

Ce quatrième et dernier voyage débute dans l’Est du Groenland, où les traditions inuits sont encore préservées, alors qu’à l’Ouest, la modernité gagne du terrain. Jean Harlez, accompagné de Marcelle Dumont, se rend dans le village de Sermiligak, nécessitant un voyage de 80 km en traîneau à chiens. Le résultat est pourvu de véritables résonances anthropologiques : la chasse au phoque, la pêche, les coutumes et la vie quotidienne des Groenlandais étant filmés, enregistrés et narrés avec empathie et authenticité.

+ Tupilak [sculpture esquimau du groenland]

Jean Harlez, 1966, 35mm, vo fr , 19'

Au cours de son ultime voyage dans le Grand Nord, Jean Harlez recueille la légende d’Arétok et ses créatures maléfiques (Tupilak), illustrée par les sculptures en dents de morse des chasseurs de Kulusuk.

En présence de Jean Harlez et Marcelle Dumont (auteure des dialogues).

26.01 > 19:00
5€ / 3,5€


Jean Harlez, 1968, 16mm > video, vo fr , 46'

C’est à l’instigation d’un administrateur danois que Jean Harlez et Marcelle Dumont se rendent deux étés aux îles Féroé, une région autonome sous souveraineté danoise, située à équidistance de l’Islande et de la Norvège. Le couple y explore les rudes conditions insulaires des habitants, leur vie et traditions, jusqu’à la séquence finale d’une chasse ancestrale aux épaulards.

+ Ilulissat, iceberg et glacier Groenlandais

Jean Harlez, 1964, 35mm16mm, vo fr , 18'

Des conditions climatiques exécrables obligeront notre intrépide cinéaste à réaliser ce projet en deux temps. En 1963, avec son assistant André Van Ghendt, il ne parvient pas à atteindre le glacier du Rink. En 1964, assisté par sa femme Marcelle Dumont qui en rapportera un carnet de voyage passionnant, la météo au glacier de Jakobshavn (Ilulissat en groenlandais) perturbera le tournage. Ce beau film didactique sera finalement primé à Moscou et fort apprécié aux Pays-Bas.

En présence de Jean Harlez et Marcelle Dumont (auteure des dialogues pour "Les îles Féroé").

09.02 > 21:00
5€ / 3,5€


Films + rencontre

Marcel Broodthaers

14.02.2014 > 20:00

A côté de ses propres réalisations, Jean Harlez a fait la camera pour des films de Marcel Broodthaers, artiste irréductible ayant marqué durablement l’Art contemporain. Une amitié complice liait les deux hommes, d’autant que Broodthaers était de la même condition sociale qu’Harlez. Parmi la cinquantaine de films réalisés entre 1957 et 1975 par Broodthaers, Harlez a été caméraman sur une dizaine d’entre eux. Maria Gilissen, veuve du conservateur du "Musée d’Art Moderne, Département des Aigles", nous fera le plaisir de présenter en compagnie de Jean Harlez, le fruit de cette collaboration. Une opportunité rare de découvrir un cinéma singulier "politique-poétique" dont les films consistaient à "ouvrir la voie à la compréhension d’aires de langages dont le spectateur est dépendant".

En complément à cette séance exceptionnelle, une série de photographies prises par Maria Gilissen sur les tournages de Marcel Broodthaers seront exposées uniquement ce 14 février dans le couloir du Nova.

+ Objet

Marcel Broodthaers, 1967-1984 (montage posthume de Maria Gilissen & Jean-Louis Dewert), 16mm, muet, , 10'

+ La Pluie [Projet pour un texte]

Marcel Broodthaers, 1969, 16mm, muet, , 2'

+ Un Voyage à Waterloo [Napoléon 1769-1969]

Marcel Broodthaers, 1969, 16mm, sans dial, , 13'

+ Ceci ne serait pas une Pipe [Un Film du Musée d’Art Moderne]

Marcel Broodthaers, 1969-1971, 35mm, muet, , 2'

+ La Pipe Satire

Marcel Broodthaers, 1969-1970, 35mm, muet, , 3'

+ Un Film de Charles Baudelaire

Marcel Broodthaers, 1970, 35mm, sans dial, , 7'

+ Projet pour un Poisson [Projet pour un film]

Marcel Broodthaers, 1970-1971, 35mm, muet, , 9'

+ Crime à Cologne

Marcel Broodthaers, 1971, 35mm, sans dial, , 1'

+ Au-delà de cette limite

Marcel Broodthaers, 1971, 16mm, muet, , 7'

+ Monsieur Teste

Marcel Broodthaers, 1974, 35mm, muet, , 2'

14.02 > 20:00
3,5€ / 2,5€


Films + rencontre

Jean Harlez en courts

Après "Le chantier des gosses", Jean Harlez attendra longtemps pour renouer avec la fiction, grâce à ses derniers courts métrages auto-produits. Une séance découverte donc, qui commencera par son tout premier film 35mm, "Quand chacun apporte sa part", dont la voix off fût déjà écrite par sa femme Marcelle Dumont…

+ Quand chacun apporte sa part

Jean Harlez, 1953-1954, 35mm, vo fr , 22'

Début des années 50, Jean Harlez s’occupait de projections pour le Mouvement de Défense Paysanne. C’est là que l’idée de "Quand chacun apporte sa part" prend forme : la naissance d’une coopérative agricole à Solre-sur-Sambre, permettant à de petits paysans d’acquérir une moissonneuse-batteuse. Muni d’indéniables qualités narratives et visuelles, la vente inespérée de ce témoignage exceptionnel au ministère de l’Agriculture aura permis à Jean Harlez de démarrer "Le chantier des gosses", tourné selon le même principe : les protagonistes y jouent leur propre rôle.

+ Autour d’un piano

Jean Harlez, 1980, 35mm, vo fr , 18'

Une maison est construite par des jeunes gens, alors qu’un pianiste interprète les 32 variations de Beethoven.

+ Personne à Las Palmas

Jean Harlez, 1990, 35mm, vo fr , 29'

Sur la côte belge, un artiste peintre tente de trouver l’inspiration… non sans mal.

+ Une poupée à la mer

Jean Harlez, 1993-2014, 16mm, vo fr , 18'

Le destin d’une poupée perdue en mer… Film dont Harlez nous promet un ultime montage !

21.02 > 20:00
3,5€ / 2,5€


squelettes/rubrique-3.html
lang: fr
id_rubrique: 1969
prog: 1960
pos: aval