prog: 1689
squelettes/rubrique-3.html

Dissidences

À l’occasion de la sortie du dernier numéro de la revue "Dissidences", deux soirées autour des luttes syndicales menées dans une perspective révolutionnaire – et la manière dont celles-ci ont été adaptées au cinéma.
La première soirée revient sur les grèves des mineurs au Borinage en 1932, l’engagement communiste en Belgique et l’invention du documentaire social. La seconde interroge, sous l’angle historique, la résurgence de luttes syndicales dures, en les mettant en correspondance avec un film charnière dans le parcours de Godard, "Tout va bien".

[Une table d’hôtes sera proposée lors de chacune des soirées, avant la projection et pendant la pause]

http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences
http://dissidences.hypotheses.org



Cette soirée propose de remettre en perspective "Misère au Borinage", en le réinscrivant dans le contexte politique et culturel, belge et international des années 30 et en le confrontant avec les films de Jean Fonteyne, avocat communiste qui avait accompagné Storck et Ivens dans le Borinage. Qu’est-ce que cela voulait dire alors être communiste ? Comment filmer la classe ouvrière et ses luttes ? Une invitation à replonger dans une époque de crise et de luttes, à découvrir les films de Fonteyne et, enfin, à revoir ceux de Storck sous une lumière neuve.

+ Sur les bords de la caméra

Henri Storck, 1932, 35mm, muet, , 10'

Film de montage réalisé par Henri Storck à partir d’images d’actualités de 1928. Recourant à la pratique surréaliste des associations et collages, il offre une vision drôle, sarcastique et subversive de l’époque, dont l’angoisse et la violence ne sont pas absentes.

+ Débat avec :
· José Gotovitch, spécialiste du communisme belge et auteur notamment de "Du communisme et des communistes en Belgique. Approches critiques", 2012, Aden
· Jean Lemaître, auteur de "C’est un joli nom, camarade. Jean Fonteyne, avocat de l’Internationale communiste", 2012, Aden

06.12 > 20:00
3,5€ / 2,5€ 6€ / 5€ (soirée / avond)


Compilation

Courts métrages

+ Journée Tayenne - 9 juillet 1933

Jean Fonteyne & Albert Van Ommeslaghe, 1933, 16mm, vo , 11'

Eté 1932. Les grèves et les manifestations prennent un tour de plus en plus insurrectionnel. Les affrontements se multiplient et la gendarmerie tire le 10 juillet, faisant deux morts dont Louis Tayenne, un ouvrier de Roux. Un an plus tard, deux cinéastes amateurs communistes, Jean Fonteyne et Albert Van Ommeslaghe, filment l’hommage qui lui est rendu par 10.000 manifestants. Ce film avait fait une forte impression sur Storck.

+ Misère au Borinage

Joris Ivens & Henri Storck, 1933, 35mm, vo fr , 21'

La crise frappe sévèrement l’Europe. Des usines ferment, des millions d’ouvriers se retrouvent au chômage. En 1932 une grande grève paralyse les charbonnages du Borinage. "Misère au Borinage" témoigne de cette lutte et de la réalité de la vie des mineurs.

+ Autour du Borinage

Jean Fonteyne, 1933-36, 16mm, vo , 21'

Pendant quatre ans, lors de ses visites pour apporter une aide juridique aux mineurs, Jean Fonteyne a filmé leurs conditions de vie et leurs manifestations. Mais il a également filmé le tournage de "Misère au Borinage", ainsi qu’une visite d’André Gide et Yves Allégret dans la région. Ce document exceptionnel offre donc une vue sur les méthodes de travail de Storck et Ivens, ainsi qu’un regard quasi ethnologique sur la vie d’alors dans cette région.

06.12 > 22:00
3,5€ / 2,5€ 6€ / 5€ (soirée / avond)


"Dissidences" poursuit son étude des mouvements révolutionnaires d’extrême gauche, ainsi que des avant-gardes artistiques et politiques. À l’heure où dans le syndicalisme européen resurgissent des formes d’action empruntant au répertoire du syndicalisme révolutionnaire ou au luddisme, et alors que l’orientation réformiste des grandes centrales ne cesse de s’affirmer, il lui a semblé intéressant de faire retour sur l’histoire bigarrée des syndicalismes. Son dernier numéro interroge les pratiques et luttes syndicales dans l’horizon révolutionnaire du 20ème siècle.

+ Autour du Borinage

Jean Fonteyne, 1933-36, 16mm, vo , 21'

Pendant quatre ans, lors de ses visites pour apporter une aide juridique aux mineurs, Jean Fonteyne a filmé leurs conditions de vie et leurs manifestations. Mais il a également filmé le tournage de "Misère au Borinage", ainsi qu’une visite d’André Gide et Yves Allégret dans la région. Ce document exceptionnel offre donc une vue sur les méthodes de travail de Storck et Ivens, ainsi qu’un regard quasi ethnologique sur la vie d’alors dans cette région.

+ Débat avec trois collaborateurs de ce numéro :
· Vincent Chambarlhac,
· David Hamelin,
· Francine Bolle (assistante à l’Université Libre de Bruxelles).

En collaboration avec Métices (Migrations, Espaces, Travail, Institutions, Citoyenneté, Épistémologie, Santé - ULB).

15.12 > 19:00
3,5€ / 2,5€ 7,5€ / 6€ (soirée / avond)


Jean-Luc Godard & Jean-Pierre Gorin, 1972, 35mm, vo , 95'

Une journaliste américaine (Jane Fonda) et un cinéaste en pleine remise en question (Yves Montand) s’aiment. Menant une enquête sur le patronat français, ils visitent l’usine Salumi. Une grève éclate. Séquestrés puis relâchés par les ouvriers, la journaliste et le cinéaste sont marqués par cet épisode. Leur histoire d’amour se vivra désormais en prise avec la lutte des classes. Film le plus connu de ceux co-réalisés par Gorin et Godard, "Tout va bien" a été considéré comme un retour à un cinéma plus "commercial", marquant l’abandon de la période maoïste du collectif Dziga Vertov. Pourtant il s’agit toujours de "faire politiquement des films politiques", mais autrement. Constitué de travellings et de longs plans séquences, ce film reprend l’offensive sur le terrain de l’industrie cinématographique. Par sa critique ironique du spectacle et de la consommation, il s’avère être encore d’une étonnante actualité.

15.12 > 21:00
5€ / 3,5€ 7,5€ / 6€ (soirée / avond)


squelettes/rubrique-3.html
lang: fr
id_rubrique: 1708
prog: 1689
pos: aval