prog: 1676
squelettes/rubrique-3.html

Punk : films, etc.

Don Letts, 2005, video, vo st fr, 90'

D.J. jamaïcain au fameux Roxy, LA boîte punk du Londres de la fin des années 70, Don Letts est celui qui a introduit le reggae dans la scène punk. Mais Don Letts est aussi réalisateur. Par ce documentaire d’une saisissante richesse réalisé en 2005, il nous retrace une histoire du punk gardée secrète. Durant 1h30, Don Letts navigue des précurseurs américains (MC5, New York Dolls, The Stooges, Suicide...), à l’explosion de la scène New Yorkaise (The Ramones, Television, ...), du déferlement anglais (Sex Pistols, The Damned, The Clash, The Buzzcock, The Slits...) à la scène hardcore américaine (Bad Brains, Dead Kennedys, Black Flag, Agnostic Front, Minor Threat...). Et en plus vous aurez droit aux apparitions de nombreux autres groupes bien moins connus mais qui ont marqué leur époque. Bref, tout ce que vous avez toujours eu envie de savoir sur le punk pour briller en société ou lors de vos interminables réunions de famille. Une excellente entrée en matière.

14.09 > 20:00 + 23.09 > 22:00
5€ / 3,5€


Julia Ostertag & Francesca Araiza Andrade, 2010, video, vo st ang, 90'

Ce documentaire récent qui n’a jamais bénéficié d’une diffusion en Belgique trace un pont entre la scène punk des années 70 et la scène "underground" actuelle. Partant de la musique, il survole les univers politiques spécifiques de différents pays européens. On peut se rendre compte de la manière dont le DIY (Do It Yourself) s’est développé en tant qu’éthique et pratique de vie depuis quarante ans. Ce film nous fait voyager dans les squats barcelonais, dans l’organisation de festivals autogérés ou dans les lieux autonomes norvégiens. Il aborde les rapports entre féminismes, queers et rock’n’roll ou la répression aiguë que subissent les anarcho-punks russes anti-fascistes, de la part de l’État et des néo-fascistes. Ici, le punk n’est ni un style musical, ni une vieillerie sortie du grenier, c’est la voix par laquelle s’exprime le refus d’un monde. À ne pas manquer, autant pour les touristes curieux que pour les pratiquants confirmés.

En présence de Julia Ostertag le 6 octobre.

15.09 > 20:00 + 06.10 > 20:00
5€ / 3,5€


FJ Ossang, 1985, 35mm, vo st ang, 75'

Musicien et cinéaste, FJ Ossang fréquentait la scène punk arty parisienne dans les années 80. Il a participé au groupe MKB-Fraction Provisoire, resté bizarrement peu connu comparé au collègue Lucrate Milk avec lequel il avait sorti un split, Morituri, qui reprend des titres de la bande-son. "L’affaire des divisions Morituri" est son premier long métrage et est fort influencé par l’actualité politique de cette époque, particulièrement par l’arrestation de la Fraction Armée Rouge. La narration fragmentaire oscille entre fiction poétique et expérimentation politique. Il met en scène son réseau, principalement des acteurs non professionnels, cela se ressent d’ailleurs dans leur jeu. Le film est en noir et bleu, ce qui ajoute à l’étrangeté d’une ville peuplée de sociétés secrètes, dans laquelle coups de feu échangés dans des rues labyrinthiques ou des usines abandonnées, bandits récitant Nietzsche un bas sur la tête et combats de gladiateurs sont monnaie courante...

http://www.urbandistrib.com/

15.09 > 22:00 + 30.09 > 20:00
5€ / 3,5€


Derek Jarman, 1977, 35mm, vo st ang, 100'

Un mage offre à Elisabeth I d’Angleterre un "city trip" dans le temps pour découvrir à quoi ressemblera le futur. Projetée du XVIème siècle dans une Londres chaotique de la fin du XXème, elle observe une galerie de personnages hantant une ville dévastée. En 1977, la reine Elisabeth II est morte assassinée… Deuxième long métrage de Derek Jarman (1942-1994), "Jubilee", réalisé en 1977, se saisit d’une esthétique punk en création, à la fois pour en célébrer l’énergie déferlante englobant art et critique sociale, mais aussi déjà pour en interroger les limites, du nihilisme affiché à la récupération qui semble toujours avoir hanté l’univers du punk. On retrouve, dans "Jubilee", devant la caméra ou à la bande-son, divers acteurs de la scène punk de l’époque comme Wayne County, Adam Ant, Jordan, Siouxsie and the Banshees, The Slits, ... Cette fiction a été tournée en 16mm et en Super 8 dans les squats et les ateliers dans lesquels toute cette joyeuse bande vivait réellement.

16.09 > 18:00 + 29.09 > 20:00
5€ / 3,5€


Keith Jones & Deon Maas, 2011, video, vo st ang, 82'

Le punk est arrivé en terre africaine par les blancs d’Afrique du Sud dans les années 70, s’imposant contre le conformisme étouffant de l’époque. Mais c’est par la lutte radicale contre l’apartheid, et donc la police et l’État, que le punk sud-africain s’est affirmé au cours des années 80 avec des textes, des stickers, des fanzines, des concerts... Et, malgré la censure gouvernementale, des groupes punks multiraciaux étaient nés, faisant bouger un public tout aussi multiracial dans des salles de concerts, des rues de ghettos, ... activités interdites par la loi et réprimées. Ce documentaire développe aussi la question de l’émergence du punk dans les pays limitrophes de l’Afrique du Sud comme le Mozambique ou le Zimbabwe. Et si après la chute de l’apartheid, il a perdu une de ses raisons de gueuler, il aura nourri une nouvelle génération de punks, puisant dans ses racines mais aussi dans le ska et le reggae. Un voyage dans l’hémisphère sud, où le punk a pu se réinventer.

16.09 > 20:00
5€ / 3,5€


Lech Kowalski, 2000, video, vo pl st fr & ang, 88'

Issu d’une famille anglaise d’immigrés polonais, Lech Kowalski fait ses armes dans le cinéma dans les années 80 aux États-Unis en filmant en Super 8 son entourage : ses amis junkies, la vie des SDF dans les rues new-yorkaises, etc. Il s’est beaucoup intéressé à la scène punk en filmant la tournée américaine des Sex Pistols, en faisant un film-hommage à Johnny Thunders, musicien dans les New-York Dolls, ainsi qu’un documentaire sur Dee Dee Ramone. Dans "The Boot Factory", il retrace l’histoire de punks polonais qui transforment leur squat en usine à Combat Shoes, éléments indispensables à l’uniforme du punk coquet. Ils refusent de s’insérer dans une société qu’ils désapprouvent mais essaient de gagner quelque menue monnaie par cette activité. Le film pose une atmosphère intimiste, d’abord en noir et blanc, puis introduisant la couleur au fil du développement narratif. L’alcool et les concerts entre amis, les problèmes avec la came ou les histoires de couple accompagnent la mise en œuvre et le développement de leur petite entreprise "familiale". Ce très beau film construit des ponts entre l’Histoire d’un ancien état communiste et les petites histoires de nos vies d’humains.

http://www.lechkowalski.com/

16.09 > 22:00 + 22.09 > 22:00
5€ / 3,5€


Penelope Spheeris, 1983, video, vo st ang, 94'

Avant de s’acoquiner avec les grosses productions hollywoodiennes et de réaliser des films comme “Waynes World” ou “Black Sheep”, Penelope Spheeris s’occupait de production, notamment de clips. Quand elle a découvert le punk, elle s’est intéressée à ce mouvement qui changeait de la musique pop pour laquelle elle travaillait. Elle a donc commencé à traîner dans la scène punk-hardcore californienne. En 1983, "Suburbia" était né. Tout comme "The Decline of Western Civilization I", le documentaire qui l’a précédé, cette fiction ne fait pas de cadeaux aux jeunes désœuvrés qu’elle met en scène. Ils squattent une maison dans une banlieue déserte où des meutes de chiens aussi sauvages qu’agressifs font la loi. La bande de petites frappes enchaîne les méfaits dans les quartiers résidentiels et déchaîne la violence des rednecks du coin. Mais il y en a pour tout le monde et les jeunes punks sont aussi stupides, misogynes, racistes et homophobes que n’importe quel autre personnage malgré le côté anarchiste et anti-conformiste qui les rend plus attachants.

21.09 > 20:00 + 29.09 > 22:00
5€ / 3,5€


Le grand moment métaphysique de la programmation punk, visant à répondre à des questions aussi existentielles que : le rock’n’roll pervertit-il nos jeunes ? Quels sont les goûts musicaux des souris blanches ? Comment un groupe de punk-rock peut-il se faire embarquer dans une galère pareille ? La rédemption passe-t-elle par le feu ? Alors accrochez-vous... 1,2,3,4...

21.09 > 24:00
Gratis


Lucile Chauffour, 2012, video, vo hu st fr & ang, 78'

1984, année où Crass se saborde, le punk continue de déferler et d’incarner une révolte contre l’ordre établi, aussi dans les pays de l’Est communiste. Lucile Chaufour a rencontré cette année-là des punks en Hongrie et les a filmés avec sa caméra Super 8. Leur look, leur attitude et leur musique attiraient les foudres des autorités par la censure, des contrôles, des emprisonnements. En miroir des punks d’Occident en révolte contre le système capitaliste, les punks hongrois s’opposaient à leur système étatique étiqueté "communiste", pour parfois virer vers le nationalisme et l’extrême droite. Vingt ans après, elle revient en Hongrie et retrouve les protagonistes de cette époque. Le visionnement de ces images est pour eux l’occasion d’un regard parfois nostalgique, parfois désabusé. Entre la soif de liberté de ces années et la réalité vécue après la chute du régime communiste, les témoignages laissent apparaître des dissonances, des repositionnements, parfois des contradictions. Mêlant images d’époque et interviews, "East Punk Memories" donne un aperçu rare du mouvement punk dans la Hongrie des années quatre-vingt.

Lucille Chauffour sera présente pour la première projection du film.

22.09 > 20:00 + 30.09 > 22:00
5€ / 3,5€


Lech Kowalski, 1980, video, vo st fr, 90'

Sorti en 1980, "D.O.A." (Dead On Arrival) suit l’unique tournée des Sex Pistols aux États-Unis en 1978. Au terme de cette tournée, le groupe se séparera. "Pour moi, le punk symbolisait la dernière vision idéaliste du monde. Une vision romantique et belle d’un monde en guerre." (L. Kowalski). Lech Kowalski plonge caméra à l’épaule et saisit le phénomène punk à son apothéose, entre sa propre destruction et son absorption par l’économie de marché. Il en ressort des images de concerts des Sex Pistols, Sham 69, The Dead Boys, Generation X ou X-Ray Spex, des images backstage, des interviews de musiciens (dont un excellent "In bed with Sid & Nancy"), de fans, voire d’opposants à la musique punk. "D.O.A." offre, sans aucune complaisance, un instantané de la scène punk de la fin des années 70. Notre petite gâterie pour clôturer cette programmation "Punk’s not deaf".

http://www.lechkowalski.com/

28.09 > 20:00 + 07.10 > 22:00
5€ / 3,5€


Punk Cocktail

Zurich Scene 1976-1980

René Uhlmann, 2006, video, sans dial, st fr, 57'

On entend peu parler de la scène punk Suisse. Pas de groupe phare ou de grosse révolution culturelle fin des années septante chez les Helvètes underground. Pourtant, comme presque partout dans le monde de l’époque, certains se sont rebellés contre la société ou les solos de guitare interminables à la Pink Floyd. René Uhlmann, entre autres, a pris sa caméra Super 8 pour suivre quelques groupes zurichois. Du Do-It-Yourself évidemment, mais le réalisateur a l’œil vif et a su capter les bonnes images, où et quand il fallait. Ce montage intelligent, réalisé en 2006, proche du cinéma expérimental, mélange de très belles images d’époque et du stop-motion dans un cocktail de ralentis, d’accélérés, de boucles et de sur-impressions. "Punk Cocktail" est un véritable bijou du cinéma punk. Certaines images sont reprises dans le documentaire "Anarchie en CH", où l’on peut découvrir, une trentaine d’années plus tard, certains protagonistes de l’époque. À déguster sans modération.

+ Anarchie en CH

Martina Loher Rodriguez, 2008, video, vo de st fr, 31'

Que sont devenus les punks de la scène suisse allemande d’il y a une trentaine d’années ? Certains continuent à boire des bières, crête en avant, d’autres se sont tournés vers la scène hardcore, d’autres encore sont devenus psychologues ou sont passés par la psychiatrie "à cause des années punk". Des parcours assez différents qui amènent des points de vue éclectiques, parfois bien décalés. On peut y voir ’Mother’s Ruin’, ’Moped Lads’, ’TNT’ et ’FDP’. "On fait du rock, pas du funk, faut un minimum de décibels sinon ça ne sert à rien"

En présence de la réalisatrice.

28.09 > 22:00
5€ / 3,5€


Performance

Anti-toux

Le 2 avril 2011, les copines Beticiclopp organisent une belle fête à l’occasion de la sortie de leur disque... Moutt a de la musique ; Morv a plein d’idées ; Nunu la patte graphique et Raton le projo et des notions de montage vidéo... Elles ont fait un chti spektak d’ombres sans rien y connaître... Avec du fil de fer, de la colle, plein de scotch, du plastique, du carton, ... Collage de dessins, montage vidéo approximatif. Une petite déambulation de rats en intro, les aventures de Rupert en ombres et un final orchestré par Martine et Baudet en caddie rempli de récups douteuses. Tout ça les a bien amusé... et poussé à donner une suite à ce bastringue... D’éruptions en gestations, de créations en mutations, le troupeau Anti-Toux déballe ses histoires de rats... introduits par l’illustre Professeur Léon Titou accompagné de son assistante qui vous soigneront de toux.

07.10 > 20:00
5€ / 3,5€


squelettes/rubrique-3.html
lang: fr
id_rubrique: 1680
prog: 1676
pos: aval