prog: 1676
squelettes/rubrique-3.html

Prima Nova

Sorte de chaînon manquant dans la programmation du Nova, Prima Nova a pour ambition de présenter des nouveaux films n’entrant ni dans nos programmations thématiques, ni dans les critères de l’Open Screen où chacun peut présenter son film de maximum 15 minutes. Pour le reste, longs et moyens métrages de tous genres sont pris en compte, tant qu’ils ont été récemment (auto)produits. Il ne s’agit pas nécessairement d’avant-premières. Et chaque film reçu ne sera pas forcément projeté : le Nova en sélectionnera certains qui feront l’objet d’une séance gratuite, suivie d’une rencontre avec leur réalisateur. Qu’on se le dise !

→ Films à envoyer à / Films opsturen naar :
Cinema Nova (Prima Nova)
Rue d’Arenbergstraat 14
1000 Bruxxel



Prima Nova vertoont recente films die voorheen in het Nova-programma steeds tussen twee stoelen vielen : ze pasten noch in de themaprogramma’s noch in de Open Screen. Middellange en lange films, recent geproduceerd (met een voorliefde voor onafhankelijk werk), door de regisseur zelf voorgesteld, vinden hier plek. Het moeten geen avant-premières zijn. We staan open voor alle voorstellen, maar weet dat niet elke film kan vertoond worden : Nova selecteert er enkelen uit voor een gratis toegankelijke vertoning, gevolgd door een ontmoeting met de regisseur.

→ Films opsturen naar :
Cinema Nova (Prima Nova)
Rue d’Arenbergstraat 14
1000 Bruxxel



Bram Van Paesschen, 2011, BE, video, vo sw & zh st fr & ang, 81'

Lao Yang et Eddy travaillent pour une société chinoise qui doit reconstruire une route du Katanga. Lao Yang est responsable de la logistique et Eddy, qui parle mandarin, lui sert d’intermédiaire avec ses interlocuteurs congolais. Le matériel promis par le gouvernement n’arrivant jamais, ils doivent se débrouiller pour que le chantier ne s’arrête pas. Ici commence le vrai choc culturel pour Lao Yang, contraint à chercher des solutions auprès d’entrepreneurs locaux, et par là même à découvrir comment fonctionnent les choses au Congo. Compris du seul Eddy, il ne se gêne pas pour exprimer son énervement, même s’il reste souvent impassible. Le traducteur subit les critiques, sachant bien que son chef est perdu sans lui. De rebondissement en rebondissement, Eddy et Lao Yang forment un duo comique touchant. Leurs aventures sont ponctuées par des interventions en clins d’œil d’un animateur de radio qui commente la présence chinoise dans la région. "Empire of Dust" fait suite à un premier film réalisé au Congo, "Pale Peko Bantu Mambo Ayikosake" ("Là où il y a des gens, les problèmes ne manquent jamais") et sera suivi par un dernier volet tourné en Chine, où Bram Van Paesschen s’intéressera à la communauté africaine.

20.09 > 20:00
Gratis


Bram Van Paesschen, 2011, BE, video, vo sw & zh st fr & ang, 81'

Lao Yang en Eddy werken voor een Chinees bedrijf dat de weg tussen Kolwezi en de Lubumbashi opnieuw moet aanleggen. Lao Yang is de Chinese logistiek directeur van het bedrijf, Eddy is zijn Congolese medewerker die vloeiend Mandarijns spreekt. Omdat de aanleg niet van een leien dakje loopt – het nodige materiaal komt maar niet toe – gaan beide mannen op zoek naar andere oplossingen. Ondertussen komen de cultuurverschillen bovendrijven. Lao Yang ergert zich dood aan die Congolezen die er na de kolonisatie een potje van maakten (sic). Eddy ondergaat zijn tirades bijna apathisch, goed wetende dat Lao Yang zonder hem toch geen kant uit kan. Ondertussen levert de dj van de lokale radio commentaar op de groeiende Chinese aanwezigheid in de streek.
We leerden Bram Van Paesschen kennen met zijn afstudeerwerk over de brand in de Brusselse Innovation. Zijn eigenzinnige, ironische mix van feit met fictie viel toen al op. "Empire of Dust" werpt een bij wijlen hilarisch licht op de Chinese investeringen in het land. Het is de tweede film van een drieluik, waarvan de derde film, over de Congolese aanwezigheid in China, momenteel in productie is.

20.09 > 20:00
Gratis


Guy-Marc Hinant & Dominique Lohlé, 2009, BE, video, vo ang & zh st fr & ang, 100'

"Le bruit comme acte politique." Voilà le sujet que Guy-Marc Hinant et Dominique Lohlé avaient en tête en partant suivre les tribulations d’un polonais en Chine. Le polonais en question étant Zbigniew Karkowski, célèbre musicien noise, la Chine qu’ils explorent est underground. Les deux réalisateurs collectionnent les rencontres de musiciens depuis une dizaine d’années au sein de leur Observatoire des Musiques Électroniques (OME), lié au label Sub Rosa. C’est donc naturellement qu’ils sont attirés par ce contexte particulier : un pays au régime autoritaire dans lequel bouillonne une scène noise, imaginée par les deux belges comme un monde de subversion et de protestation. Pourtant, rapidement, ils doivent bien se faire une raison : les jeunes musiciens chinois qu’ils interrogent ne se retrouvent pas dans leurs questions. Le film prend là toute sa dimension. Les deux réalisateurs, assez désorientés, s’interrogent sur leur approche, alors que Karkowski s’impose en donneur de leçon : l’avant-garde doit être rebelle et si ce n’est pas de rébellion qu’il s’agit, tout ça n’est qu’une imitation sans âme de ce qui se fait ailleurs, par un troupeau de jeunes au cerveau bien lavé. Le film amène alors beaucoup de questions, sur la Chine, ces artistes, l’acte de création, leur liberté d’expression et leur (a)politisation. Mais aussi indirectement sur les visions que l’on se construit de loin et les choses qu’on ne voit peut-être pas chez soi. Avec toutes ces questions ouvertes, on se doute que le montage du film n’a pas dû être une mince affaire... Et ça promet une rencontre d’autant plus intéressante, après cette projection en marge de la programmation sur le punk.

04.10 > 20:00
Gratis


Guy-Marc Hinant & Dominique Lohlé, 2009, BE, video, vo ang & zh st fr & ang, 100'

Hinant en Lohlé verkennen de Noise-scene in China, met in hun kielzog de vermaarde Poolse muzikant Zbigniew Karkowski die momenteel het mooie weer maakt in Japan. Ze ondervragen jonge muzikanten die eerder nukkig antwoorden op hun vragen naar wat hen motiveert om experimentele Noise te maken, en wat het aandeel rebellie in hun muziek is. Net zoals Punk zou Noise een uiting van onvrede met de maatschappij zijn. Maar een afdoend antwoord op hun vraag blijft uit. Karkowski leest de jongeren de les : avant-garde moet rebellie zijn, en als het dat niet is, dan gaat het om een flauwe imitatie van westerse Noise door een stel gebrainwashte jongeren. De regisseurs komen uiteindelijk niet te weten of Karkowski gelijk heeft. Kunnen de muzikanten wel vrijuit spreken met een overheid die ultra-repressief is ? Of is hun muziek gewoon apolitiek ? Missie niet geslaagd dus, maar de zwakte van de film is tegelijk ook de sterkte ervan. De makers durven onbevreesd tonen dat ze hun uitgangspunt in vraag moeten stellen - iets waar ze ongetwijfeld dieper op in zullen gaan tijdens de ontmoeting na de filmvoorstelling.

04.10 > 20:00
Gratis


squelettes/rubrique-3.html
lang: fr
id_rubrique: 1685
prog: 1676
pos: aval