prog: 1478
squelettes/rubrique-3.html

Monte Hellman

Monte Hellman est le meilleur réalisateur dont vous n’avez sans doute jamais entendu parler. Hellman (°1932) sort de l’écurie du légendaire entrepreneur de l’exploitation Roger Corman, l’école du New American Cinema formant la génération des ’movie brats’. La plupart d’entre-eux passèrent avec succès dans le système des studios d’Hollywood, mais Hellman est d’une manière ou d’une autre toujours resté en marge. Sa carrière est pour le moins éparse, pourtant il n’a jamais arrêté de travailler : entre ses propres films, il fut coach en dialogue, assistant réalisateur, monteur (notamment pour Peckinpah), producteur exécutif (par ex. sur "Reservoir Dogs") et bien d’autres choses.
Hellman doit sa réputation de réalisateur culte à seulement une poignée de films : les ’acid westerns’ "Ride in the Whirlwind" et "The Shooting" (1967) avec Jack Nicholson (qui les a aussi coproduit et a écrit le scénario du premier) et ce qui est probablement l’ultime road movie : "Two-Lane Blacktop" (1971). Les films ne trouvèrent pas leur public aux États-Unis mais bien en Europe, surtout en France, où l’on semblait plus sensible à la parabole existentialiste derrière l’histoire d’aventure. "I believe the best movies are road movies. The road is very enigmatic. The road is life", dit Hellman. Et ses personnages sont à la recherche de quelque chose qui semble toujours hors de leur portée (leur âme ?).
Nous passerons ce dimanche de février en compagnie de Monte Hellman, qui présentera ses films et répondra aux questions du public.
Vous pourrez également découvrir, la veille au Bozar, "Two-Lane Blacktop" en copie neuve et son tout nouveau film, "Road To Nowhere".



Monte Hellman, 1974, 35mm, vo st fr, 83'

"Cockfighter" (ou "Born to Kill") se déroule dans le fin fond du Sud des États-Unis, dans le petit (sous)monde des combats de coqs illégaux. Le solitaire Frank Mansfield ne vit que pour sa passion. Après avoir perdu son meilleur coq dans un pari irréfléchi, il a juré de ne plus prononcer un seul mot tant qu’il n’a pas remporté la médaille du Cockfighter of the Year. Frank parcourt les coins paumés de Georgie, travaille dur à sa rédemption personnelle et essaie de surcroît de gagner à sa cause la fille de ses rêves.
Hellman et son caméraman Nestor Almendros exploitent le paysage des petites villes, stations-service et baraques en ruines de Georgie. Ils présentent une image réaliste d’une sous-culture clandestine. Le film qui est sorti dans des drive-in (sous la protestation des organisations de défense des animaux) ne rencontra jamais le succès public aux États-Unis. En Europe en revanche, "Cockfighter" fut présenté dans maints festivals et fut même repris parmi les meilleurs films de l’année. Un film à voir pour les fans de Warren Oates, qui y livre une interprétation étonnante, ou pour tous les curieux.

20.02 > 18:00
5€ / 3,5€ Combi > 10€ / 7,5€


Monte Hellman, 1967, 35mm, vo st fr, 82'

Le producteur de séries B Roger Corman envoya en 1966 ses deux protégés, Monte Hellman et Jack Nicholson, dans le désert de l’Utah afin d’y réaliser deux films pour le prix d’un. Après sept semaines épuisantes, ils revinrent avec "The Shooting" et "Ride in the Whirlwind" - deux westerns parmi les plus remarquables des années 60.
Dans le premier, le chasseur de primes Gashade et son sous-fifre Coley sont engagés par une femme inconnue pour l’escorter dans le désert. Elle refuse de dire quel est le but de leur randonnée. Ils sont suivis à distance par un personnage fantomatique qui se révèlera être Billy : un mystérieux as de la gâchette, tout de noir vêtu et qui se joint au groupe. L’atmosphère palpable, d’angoisse et de danger, monte d’un cran quand Gashade et Coley comprennent qu’ils sont impliqués dans la poursuite d’un homme… Le désir de Gashade d’y voir clair se heurte à son instinct de survie. Hellman refuse toute idéalisation ou sentimentalisme dans sa description d’un monde barbare et cynique. Où la seule chose que l’on puisse espérer est de survivre le plus longtemps possible.

20.02 > 20:00
5€ / 3,5€ Combi > 10€ / 7,5€


Monte Hellman, 1967, 35mm, vo st fr, 83'

Trois cowboys, Wes, Vern et Otis, en quête d’un nouveau job, trouvent refuge dans la cabane d’un certain Blind Dick. Les cowboys ne savent pas que Blind Dick et ses hommes ont attaqué une diligence et assassiné le cocher. Un shérif et sa troupe encerclent la cabane et lynchent les bandits sur place. Bien qu’innocents, les trois cowboys n’ont pas d’autre choix que de prendre la fuite. Les justiciers, les croyant membres de la même bande, se lancent à leur poursuite.
La force de ce film élégiaque réside dans les petits détails qui croquent la vie de gens en marge : avec ses colons qui exécutent leur rituel de survie quotidienne et le vigilantisme. Le film dépeint l’angoisse et la main de fer impitoyable de la Loi qui arrivent à dompter le pays et le tyrannisent. Le romantisme désillusionné des films de Hellman, parcouru de vies brisées et d’idéalisme naïf, a fait qu’on les a dotés du label ’westerns existentiels’. Mais parce qu’ils évoquent la survie primaire, il est peut-être plus adéquat de parler de nihilisme anarchique.

20.02 > 22:00
5€ / 3,5€ Combi > 10€ / 7,5€


squelettes/rubrique-3.html
lang: fr
id_rubrique: 1482
prog: 1478
pos: aval