prog: 1261
squelettes/rubrique-3.html

Sunday with Larry Jordan

*Il y a des artistes que l’on suit de "loin" et que l’on rêverait de rencontrer. Et puis, de temps à autre le hasard fait bien les choses et certaines de ces rencontres finissent par se concrétiser. Nous sommes sur le point d’aller sous presse quand nous apprenons la venue en Europe de Larry Jordan. C’est le genre de nouvelle qui nous motive à chambouler notre programme, à la toute dernière minute !

Au même titre que Stan Brakhage, Jonas Mekas ou encore Ken Jacobs (pour ne citer que eux, et d’ailleurs tous ses amis), Larry Jordan est une figure majeure et incontournable du cinéma d’avant-garde américain. Découvrir l’oeuvre de Larry Jordan c’est rentrer dans un univers très particulier qui se situe entre le fantastique et le surréel, et qui mélange mythologie, romanesque et romantisme décalé. Influencé à ses débuts par Jean Cocteau et surtout Max Ernst et Joseph Cornell , c’est dans les années ’50 que Larry Jordan réalise ses premiers courts métrages basés sur la technique de l’animation et du collage. Au fil des ans il expérimentera l’art de l’assemblage avec une finesse d’exécution et d’esprit proche de celle d’un artisan orphèvre. Mais le trait le plus distinctif de son oeuvre se situe certainement dans la singularité des mélanges visuels qu’il crée, puisant dans l’iconographie symboliste, l’illustration graphique ou encore les vieux bouquins d’histoire, de contes ou de récits mythologiques. Souvent il n’y a pas "d’histoire" à proprement parler : on est embarqué dans des voyages imaginaires, quelques fois hallucinatoires, sortes de kaleidoscopes de formes et de symboles qui se croisent, se mélangent ou s’entrechoquent.

La filmographie de Larry Jordan se déploie sur cinquante ans ! Ce ne sont donc que quelques-uns de ses courts que nous vous proposons de découvrir, certainement parmi ses plus connus. Mais aussi un moyen métrage pour lequel Orson Welles prêta sa voix. Et puis vous l’avez compris, la rencontre avec Larry Jordan sera certainement un moment unique, à ne pas rater.*



+ Duo Concertantes

Larry Jordan, 1964, 16mm, sans dial, , 9'

+ Our Lady of the Sphere

Larry Jordan, 1969, 35mm, sans dial, , 10'

+ Moonlight Sonata

Larry Jordan, 1979, 16mm, sans dial, , 5'

+ Masquerade

Larry Jordan, 1981, 16mm, sans dial, , 5'

+ The Visible Compendium

Larry Jordan, 1992, 16mm, sans dial, , 16'

20.09 > 18:00


+ The Rime of the Ancient Mariner

Larry Jordan, 1977, 16mm, vo st fr, 42'

En utilisant la technique d’animation par découpage, Larry Jordan associe des gravures anciennes de Gustave Doré avec l’un des poèmes les plus connus de Samuel Taylor Coleridge, "La complainte du vieux marin". Orson Welles accepta de participer au projet et c’est sa voix, au timbre unique, qui nous conte l’histoire extraordinaire d’un marin, unique survivant d’un périple maudit.

+ Carabosse

Larry Jordan, 1980, 16mm, sans dial, , 5'

+ Gymnopedies

Larry Jordan, 1965, 16mm, sans dial, , 6'

20.09 > 20:00


squelettes/rubrique-3.html
lang: fr
id_rubrique: 1264
prog: 1261
pos: aval