prog: 1201
squelettes/rubrique-3.html

Mexico

La très riche tradition du cinéma mexicain remonte au début du siècle passé. Le passage dans ces terres de deux réalisateurs étrangers, le soviétique Sergei Eisenstein et l’espagnol Luis Buñuel, ainsi que la proximité d’Hollywood n’y sont pas pour rien. Mais cet apport de l’extérieur ne signifie en rien que le film mexicain n’a pas sa spécificité, au contraire. Tous les genres populaires du cinéma y ont été émincés et marinés à la sauce locale, souvent avec un zeste de lutte des classes ravivant les souvenirs de la Révolution et une bonne louche de drame et de romantisme latin.
En collaboration avec l’Open Doek Film Festival et l’asbl Marcel, nous avons sélectionné trois films cultes et "vintage" qui vous feront découvrir la variété du si caractéristique cinéma populaire Mexicain.



Rogelio A. Gonzalez, 1959, 35mm, vo st fr, 92'

L’aimable taxidermiste Dr. Pablo Morales est marié avec une peste prude, bigote et hypocondriaque. Avec une patience d’ange, il tente de la ramener à la raison, mais lorsqu’elle l’accuse à tort de mauvais traitements, la coupe est pleine. Excédé, il concocte un plan de "meurtre parfait". Luis Alcoriza, le scénariste de la plupart des films mexicains de Luis Buñuel, transforme le sujet macabre en une satyre amusante, en tartufferie et en comédie noire de haut vol.

17.04 > 22:00


Alberto Gout, 1950, 35mm, vo st fr, 101'

Après la fuite de sa mère avec un autre homme et le suicide de son père, seule au monde, Elena se rend dans la grande ville où elle se retrouve danseuse de cabaret. Elle baigne dans une vie nocturne de crime, de prostitution, de luxure et de stupre. C’est un exemple-type de "cabareteras", mélange étrange de film noir, de comédie musicale glamour à la Busby Berkeley et de mélodrame sirupeux. Un genre très en vogue au Mexique dans les années 40 et 50. La vedette du film est sans conteste Ninón Sevilla, la danseuse de rumba cubaine dont l’interprétation d’Elena, en chanteuse de cabaret assoiffée de vengeance, ferait pâlir d’envie Rita Hayworth et Carmen Miranda.

24.04 > 22:00


La nave de los monstruos

The Ship Of Monsters

Rogelio A. Gonzalez, 1960, 35mm, vo st ang, 83'

Beta et Gamma, deux appétissantes pin-ups vénusiennes, débarquent au Mexique à bord d’un vaisseau spatial. Accompagnées de Tor, un grand robot cubique, elles partent à la recherche d’un homme qui pourra les aider à repeupler leur planète... La soute de leur vaisseau est d’ailleurs remplie de spécimens mâles récoltés dans toute la galaxie, qui constituent probablement la plus belle collection de monstres caoutchouteux de l’histoire du cinéma ! Le premier terrien sur lequel elles tombent est Lauriano, un cow-boy mexicain chantant, une cible toute trouvée...
"Le vaisseau des monstres" est une variante mexicaine aussi hilarante que rafraîchissante des séries B de SF américaines des années 50.

01.05 > 22:00


squelettes/rubrique-3.html
lang: fr
id_rubrique: 1203
prog: 1201
pos: aval