prog: 1115
squelettes/rubrique-3.html

Mercredi 06.08

*Souvenez-vous. Lors de sa précédente édition, le PleinOPENair faisait étape au tunnel du Brabant. Dans un petit restaurant italien dont c’était la dernière soirée. Située dès ses débuts au pied de la tour Rogier - dite tour Martini, "chef d’oeuvre d’architecture fonctionnaliste" au sommet de laquelle trônait une gigantesque enseigne Mercedes (allez comprendre), rasée pour faire place à l’actuelle Tour Dexia —, la trattoria de Gino a longtemps été l’un des rares endroits animés et conviviaux de cette partie du quartier Nord, victime du "projet Manhattan". "A mesure que s’élevaient les tours, la façade de son établissement peinte à la main et ses aménagements de bricoleur de génie apportaient à une planification en complète déroute économique le contre-point du sens pratique et de la ville faite par et pour ses habitants" ("La parabole de Gino", Benoit Eugène, revue Agone n°38, "Villes et résistances sociales", 2008).
Gino fut néanmoins chassé du quartier à deux reprises en vingt ans d’intervalle. La dernière fois, c’était pour faire place au projet de Dexia de transformer le tunnel du Brabant en "galerie de luxe pour hommes". Deux ans plus tard, si un Brico et un Delhaize ont bien ouvert leurs portes dans le tunnel, la plupart des espaces commerciaux y sont toujours vides. Ils sont d’ailleurs actuellement mis à disposition de tout artiste qui souhaiterait valoriser bénévolement l’image huppée de la galerie et y attirer plus de passage. Avis aux amateurs. Gino, quant à lui, a rouvert sa trattoria à Molenbeek. C’est là que nous allons le retrouver pour cette soirée.*

— Trattoria da Gino, 8 rue Jennart, 1080 Bruxelles.

• Metro : 2 - Ribaucourt
• Tram : 51
• Bus : 89
• Bus de nuit / nachtbus : N 18

06.08 > 19:00


Ou Ning & Zhang Jinli, 2006, video, vo st ang, 85'

Meishi Street et les rues voisines, non loin de la tristement célèbre place Tien’anmen à Beijing, constituent depuis toujours un quartier commerçant typique, avec ses petits magasins, ses chalands, ses habitants... Avec le développement de la ville et l’engouement immobilier lié aux Jeux Olympiques, ce quartier traditionnel, pauvre et très peuplé, est devenu la cible des autorités et des promoteurs. En 2004, le verdict tombe : Meishi Street devient un axe de circulation important et doit faire 25 mètres de large... soit 17 de plus qu’à l’origine ! Cela équivaut à une condamnation à mort : beaucoup doivent déménager, on rase leur magasin, leur maison.
Zhang Jinli, patron de restaurant, scandalisé par la situation et l’indemnité ridicule qu’on lui offre pour son départ, prend la caméra et se met à filmer son quartier. Ou Ning a monté ses images pour en faire un film-témoignage prenant sur cette rue devenue le symbole d’une société sacrifiant ses membres au nom du progrès et du prestige, une rengaine entendue tant à Beijing qu’à Bruxelles.

La projection à la Trattoria da Gino (dont l’ancien restaurant au quartier Nord a connu un sort similaire à celui de Zhang Jinli), sera suivie par une discussion avec entre autres Olivier Meys et Yaxuan Zhang, tous deux réalisateurs résidents à Beijing.

06.08 > 20:00


squelettes/rubrique-3.html
lang: fr
id_rubrique: 1119
prog: 1115
pos: aval