prog: 995
squelettes/rubrique-3.html

Varia

Le Nova accueille [YU]Film pour une soirée dédiée à la figure du Maréchal Tito, l’homme qui dirigea pendant plus de trente-cinq ans la Yougoslavie d’après-guerre, et qui fut l’une des figures les plus charismatiques du mouvement des non-alignés.
Tito, recto/verso, ce sont deux séances ballottées entre les embruns nostalgiques du culte de la personnalité de Tito et les reflux sceptico-électriques de cinéastes désenchantés. Les quatre films présentés sculptent, selon les lois de leur propres codes, la complexité du personnage, et laissent aux spectateurs l’opportunité de dessiner une vision libre et sans faux débats...

TITO RECTO - Chaque séance est ouverte par un film de propagande pur jus, sélectionné parmi les actualités cinématographiques d’époque. Le camarade Tito y est présenté dans le cadre de diverses activités présidentielles : visites officielles de grands leaders internationaux, délectation de choeurs des jeunesses communistes, réception de ses "Pionniers", etc.

TITO VERSO - Chaque séance se conclut par un film démystificateur : "L’île nue" pour la première, un documentaire poignant et critique sur le régime titiste, ses excès et ses séquelles ; "Rane" pour la seconde, un long-métrage impudique et lucide, dédicacé à la première génération post-communiste, qui traduit la fin de l’illusion titiste et de l’exaltation des triomphes partisans.

A l’issue des projections, une dégustation des plats préférés du Maréchal vous sera proposée dans un cadre aussi yougo-kitsho-débridé que poil à gratter.



Silvano Castano, 2002, video, vo st fr, 55'

Une journée dans le Goulag de Tito : Goli Otok, lieu de mémoire. Entre 1949 et 1956, plus de 40.000 personnes ont été envoyées sur l’île de Goli Otok. Minuscule et déserte, cette île de l’Adriatique a servi de camp de déportation aux opposants au régime titiste, notamment aux "Kominformistes", ceux qui avaient choisi le parti de l’Union soviétique. C’est un témoignage poignant des survivants que nous livre ce documentaire.

21.09 > 20:00


Srdjan Dragojevic, 1998, 35mm, vo st fr, 99'

Au moment de l’apogée du nationalisme serbe et des guerres en Croatie et en Bosnie, Pinki et Svaba grandissent dans la banlieue belgradoise, témoins de la désintégration progressive de la société yougoslave. Adolescents dans une société qui a perdu tout repère, ils vont irrémédiablement se sentir attirés par le train de vie du gangster du quartier, Ludi Kure, littéralement "Kure le Fou". Ce film culte est l’expression de la décadence, de la criminalité et de l’absurdité qui caractérisent la société yougoslave des années 90. Il situe également les origines de la crise dans le régime de Slobodan Milosevic et révèle les failles de la politique de Fraternité et d’Unité de Tito.

Né à Belgrade en 1963, Srdjan Dragojevic est le réalisateur le plus important à émerger dans la scène cinématographique yougoslave des années 1990. Auteur à la fois de la comédie serbe culte de la décennie ("Mi nismo andjeli"), du film de guerre par excellence ("Lepa sela lepo gore") et de l’un des films urbains les plus marquants de l’époque ("Rane"), Srdjan Dragojevic est aujourd’hui l’une des figures de proue de la nouvelle cinématographie serbe en pleine (re)construction.

21.09 > 21:30


Convaincu que la culture permet de traverser les stéréotypes et images d’Epinal qui affectent la Serbie depuis une quinzaine d’années, le Ciné-Club [YU]film s’est attaché à initier par la magie cinématographique un renouement de dialogue. Créé en 2005 grâce à la coproduction de La Vénerie de Boitfort, ->YU]film a permis a plus d’un millier de spectateurs de découvrir des œuvres peu connues - voire totalement ignorées - de la filmographie yougoslave ou serbe ("Quand je serai mort et livide", "La Couronne de Pétria", "J’ai même rencontré des Tsiganes heureux", ...). Chaque séance mensuelle se concluait par des rencontres et débats avec de prestigieux invités, réalisateurs ou comédiens (Goran Markovic, Srdjan Karanovic, Lazar Ristovski, ...).



En octobre 2000, le Nova avait mis en avant deux documentaires de ce cinéaste danois, également scénariste, producteur et cameraman, dans le cadre d’une programmation basée sur les productions expérimentales danoises, dont Dogme 95 : "The Humiliated" (Ydmygede - 1998), un brillant making off du film-dogme "The Idiots", et "The Exhibited" (De Udstillede - 2000) un portrait virtuose du happening "Psychomobile#1 The World Clock" Deux films qui décrivent de manière originale le processus de création excentrique de l’hypocondriaque danois, Lars von Trier. En collaboration avec le Rits, qui accueille Jesper Jargil pour un "master class", nous profitons de sa venue pour montrer ses deux dernières réalisations à ce jour. Peut-être aussi une opportunité de faire avec lui un bilan provisoire du mouvement Dogme 95, toujours actif aujourd’hui de par le monde, mais bien moins médiatisé depuis.

19:15 >

+ The Purified

Jesper Jargil, 2003, video, vo st ang, 74'

Une longue réunion regroupant les quatres signataires/fondateurs de Dogme95 (Von Trier, Khrag-Jacobsen, Vinterberg et Levring) est le sujet principal de ce film qui dresse le portrait de ce mouvement cinématographique, très controversé, de la fin des années nonante. Les réalisateurs, au vu de chacun de leur film, reviennent sur leur fidélité aux fameux "voeux de chasteté" émis par la charte. Ainsi, Vinterberg confesse sa latitude d’interprétation des voeux pour les faire coïncider avec sa vision créatrice. Kragh-Jacobsen et Levring, remarquent également, dans leurs films respectifs, quelques écarts à la charte. Bien que moins évidents à discerner, il semble aussi y en avoir dans le film du principal initiateur de Dogme95, Lars Von Trier. Loin d’encenser les films issus de ce mouvement, Jargil confronte les réalisateurs à leur travail, leur compréhension de la charte et sa nécessité d’alors.

20:30 > Discussion

21:00 >

Sketches for a Portrait of a Painter
Jesper Jargil, DK, 2004, video,, Interactieve film

11.10 > 19:00


Quand le familier devient étrange et incertain, que la ville déroule une histoire intime et infiniment mélancolique, s’y glissent des ombres comme des personnages anonymes, perdus là. Des photographies de rues et de fragments de vies, prises entre Tokyo et le Shikoku, Okinawa et Kyoto. Ces photos projetées d’un Japon crépusculaire ont été prises lors d’errances solitaires de la jeune photographe Kumiko Karino, à la façon de Robert Franck ou de Daido Moriyama.

En écho aux images, la guitare de Michel Henritzi, jouée du coté de la nuit électrique, entre abstract blues et folk music déconstruite à l’extrême, déroulera son "melancolic mood", obsédant, avec sa dette à la musique "Enka", comme une ombre portée. On y entend les poussières du Deep South et ses fantômes hanter les cordes et le corps de la guitare, comme un feedback, aussi celles de Shinjuku et les songs passés de Hibari Misori et Akira Kobayashi.

Cette courte performance avec guitare et photographies ouvre sur un voyage immobile. Un road-movie dans un lointain géographique, où l’on songe à Loren Mazzacane Connors et à ses images grises de New-York.

http://michelhenritzi.canalblog.com
http://www.nikon-image.com/jpn/enjoy/gallery/independents/index.htm

11.10 > 22:00


Appel est lancé aux auteur(e)s afin qu’elles/ils nous fassent parvenir sur cd/cdr/K7 ou MD un enregistrement s’inscrivant dans la création sonore.
Ears Open propose régulièrement des écoutes collectives, dans la pénombre, de créations plongeant l’auditrice/eur dans le réel, l’imaginaire, le poétique, le politique... Les enregistrements auront une durée maximale de 10 minutes et devront nous parvenir pour le 15 septembre au plus tard avec vos coordoonnées au bureau du Nova (c/o Ears Open 65, Rue de l’Ecuyer - 1000 Bruxelles).

20.09 > 20:00


En espérant que vous aurez profité de l’absence du pleinOPENair pour tourner plein de films de moins de 15 minutes, sur n’importe quel support et sujet, nous vous invitons à nous les envoyer au 65 de la rue de l’Ecuyer, une semaine avant la projection. Encore une fois, la qualité de l’évènement ne dépendra que de vous...

04.10 > 20:00


20.09 > 24:00 + 28.09 > 24:00 + 12.10 > 24:00


squelettes/rubrique-3.html
lang: fr
id_rubrique: 1002
prog: 995
pos: aval