prog: 995
squelettes/rubrique-3.html

Other Cinema/Jack Stevenson

Initié par Craig Baldwin, Other Cinema existe depuis la fin des années 1970. Les premiers évènements étaient des rassemblements festifs célébrant "l’autre cinéma", les marges, l’avant-garde, l’expérimental et le radical, une culture pour laquelle il n’y avait pas beaucoup d’espace. Aujourd’hui, ce sont des séances hebdomadaires dans le cinéma ATA à San Francisco, des rassemblements autour de projections et de rencontres, devenues immanquables dans le paysage underground américain. Progressivement, l’envie de faire circuler l’information et de toucher un public plus large se fait sentir et conduit l’équipe à proposer les programmes à d’autres salles du réseau. Ils commencent donc à concevoir des shows qui peuvent s’exporter, idée qui donnera aussi naissance plus tard à la branche digitale d’Other Cinema, le label DVD co-fondé par Craig Baldwin et Noel Lawrence. Le catalogue compte une vingtaine de titres, dont des films de Mike Kuchar, Sam Green, Negativland, Bill Morrison, ... et quelques compilations thématiques regroupant courts métrages, bandes annonces et films d’archives, autour du sexe, de l’horreur ou encore des 70s ! Internet permettra aussi la création du webzine "Otherzine" qui crée un espace de discussion et de reflexions autour de ce cinéma, regroupant essai, interviews ou articles.

Noel Lawrence, cinéaste et programmateur, pousse l’envie de montrer ces films hors les murs de l’ATA, jusqu’en Europe. Il tourne en personne avec plusieurs programmes "Other Cinema" : Experiments In Terror II et Xperimental Eros, ainsi qu’une présentation de ses travaux de recherches actuels autour de la figure culte de J.X. Williams.

27.09 > 24:00 + 28.09 > 24:00


Première compilation proposée par Other Cinema, dans un registre qu’on connaît bien dans cette salle obscure de San Francisco... et qu’on apprécie beaucoup au Nova aussi. Jouant sur l’imagerie cinématographique de la terreur, cette dizaine de films déterrés spécialement pour vous, explorent les coins sombres du cinéma et expérimentent avec la beauté monstrueuse de l’effroi et la poésie de l’horreur pour satisfaire vos envie perverses et votre curiosité malsaine. Des esprits seront avec nous, ceux des films muets, de Karloff et Lugosi, des giallos, des grindhouse, des films d’exploitation et de tous les films en décomposition qui n’ont pas dit leur dernier mot. Ces morceaux du passé, démembrés, seront recousus et réanimés sous des formes contemporaines grâce à la maîtrise de techniques magiques de montage et de mise en scène. Les différents films jouent sur tous les tableaux et toutes les émotions. Un parcours à travers des ambiances classiques du muet, des cris psychédéliques et hypnotiques, des murmures poético-cauchemardesques et des grincements gore. Sans oublier une bonne dose d’amour éternel et de passion, sans quoi tous ces films et cet esprit auraient rendu l’âme il y a bien longtemps.

+ Psych-Burn

J.X. Williams, 1969, 16mm, vo , 3'

+ The Fear

Angel Nieves, 2001, 16mm, vo , 16'

+ Opus 5

Lloyd M. Williams, 1961, 16mm, vo , 5'

+ Bela Lugosi Interview

6'

+ The Early 70s Horror Trailer

Damon Packard, 1999, super8, vo , 9'

+ Halloween Make-Up

1'

+ Amor Peligrosa

Michelle Silva, 2002, video, vo , 2'

+ Between Two Deaths

Wago Kreider, 2006, video, vo , 6'

+ The Mesmerist

Bill Morrison, 2003, 35mm, vo , 15'

+ Hold My Scissors

Usama Alshaibi, 2004, video, vo , 4'

+ She Sank on Shallow Bank

Clifton Childree, 2006, 16mm, vo , 12'

28.09 > 20:00


"J.X.Williams ? Jamais entendu parler", dites-vous. Et c’est bien normal, J.X. Williams est sans doute le secret le mieux gardé du cinéma américain. Mais c’est uniquement parce qu’il l’a voulu ainsi. Séance de rattrapage. Noel Lawrence, en plus de s’occuper d’Other Cinema, collectionne les films underground en tous genres. Il a été amené par hasard à devenir le spécialiste et confident de ce cinéaste maudit des années 1960. Il travaille aujourd’hui pour la J.X. Williams Archive à San Franciso et collabore à l’écriture de sa biographie. Il nous présente ce soir une séance spéciale au cours de laquelle il nous montrera l’ensemble des films "survivants" de J.X. Williams et nous expliquera en quoi son oeuvre pourrait bien être un chaînon manquant dans l’Histoire officielle de l’Amérique du milieu du XXe siècle.

http://www.jxarchive.org

Petit retour sur sa découverte. Voyant un jour sur ebay un film de 3 minutes d’un dénommé J.X. Williams, "Psych-Burn", partir pour plusieurs milliers de dollars, Noel décida de s’informer sur ce cinéaste mystérieux. Une décision dont il ne pouvait imaginer les conséquences... Obsédé par les passions que ce J.X. déchaîne chez les collectionneurs et par la méconnaissance totale de son oeuvre, il mena son enquête et réussi à collecter une série d’articles relatant ses ennuis avec la police, l’attentat auquel il survécu et le scandale qui entourait son film "Peep-Show", qui révélait des liens entre le FBI, JFK, Frank Sinatra et la pègre de Chicago. Le film évoquait aussi la fraude électorale qui mit JFK au pouvoir et la révolution cubaine, le tout à travers le milieu du crime organisé, du traffic de drogue et du porno. Ce J.X. avait décidément des choses à raconter ! Noel rassembla les morceaux de films qu’il put récolter et commença à les distribuer en VHS sur internet. Quelques jours après avoir mis les cassettes en vente, il reçu un coup de fil surprenant : "I eat little boys like you for breakfast. Stop fucking with my films before I get hungry !". Son premier contact avec J.X. ne laissait pas présager une grande amitié... Et pourtant, au fil des années, des menaces et des insultes, la conversion progressa et Noel se retrouva confident et partenaire de ce qui allait devenir la résurrection de J.X. Williams. Car oui, il était mort, ou du moins c’est ce qu’il voulait faire croire à une série "d’individus" qui avaient des raisons de lui en vouloir...
Pour en savoir plus sur leur rencontre, lisez cette chaotique interview que J.X. a accordé à Noel en 2003 :
http://www.othercinema.com/otherzine/otherzine6/jxwilliams1.html

+ Psych-Burn

J.X. Williams, 1968, 16mm, sans dial, , 3'

+ Satan Claus

J.X. Williams, 1975, 16mm, vo , 3'

+ The Virgin Sacrifice

J.X. Williams, 1969, 16mm, vo , 9'

(seul extrait existant de ce long métrage disparu dans les flammes)

+ Peep Show

J.X. Williams, 1965, 16mm > video, vo st fr, 46'

29.09 > 20:00


Frissons et fantasmes en tous genres dans cette compilation composée par Noel Lawrence, pour le plaisir de notre organe sexuel le plus développé, ... le cerveau. Xperimental Eros met le cinéma à nu, le spectacle du sexe dans son plus simple appareil ou parfois dans ses variétés exotiques les plus complexes. Une dizaine de films explorant les plaisirs sacrés et profanes, documentant les passions les plus étonnantes, expérimentant avec nos sens et laissant les tabous au vestiaire. De l’élection de Miss Nude Universe et Mister Nude Trucker dans un camping nudiste, aux collages colorés de Lewis Klahr, en passant par le porno blanchi de Naomi Uman, les temoignages d’une "sex junkie" et un film porno écrit par un gamin de 13 ans, ne dites pas que ça ne vous intéresse pas...

+ King of Porn

Jeff Krulik, 1996, video, vo , 7'

+ Blue Movie

Mark Street, 1994, 16mm, sans dial, , 5'

+ Sneakin’ and Peekin’

Tom Palazzolo, 1976, 16mm, vo , 15'

+ Removed

Naomi Uman, 1999, 16mm, sans dial, , 6'

+ The influence of ocular light perception on metabolism in man and in animal

Thomas Draschan & Stella Friedrichs, 2005, 16mm, vo , 6'

+ Downs are Feminine

Lewis Klahr, 1993, 16mm, vo , 9'

+ The Colour of Love

Peggy Ahwesh, 1994, 16mm, sans dial, , 9'

+ Sexjunkie

Julia Ostertag, 2003, video, vo st ang, 10'

+ Pacifier

Oscar Perez, 1999, 16mm, vo , 10'

29.09 > 22:00


Jack Stevenson, gentleman-collectionneur, revient au Nova pour deux séances, avec ses trésors sur pellicule. Jack est un passionné de cinéma et en plus d’être un grand connaisseur, il s’évertue à propager la bonne parole à travers articles et livres, mais aussi bien sûr par ses tournées des salles obscures. C’est donc tout naturellement qu’il revient avec deux compilations lors de cette programmation de cinéma underground américain, l’une de ses passions.
La première séance est un programme comme il est déjà venu nous en présenter beaucoup, cette fois-ci consacré au surréalisme dans le cinéma pop et underground. Il a conçu son show comme une compilation surréaliste, créant un mélange de films déconcertants et drôles, mélangeant aussi bien obscures archives de films éducatifs et de pubs que fictions et films expérimentaux, le tout en 16mm. Dans cette compilation, on croisera des garçons morts nous racontant leur dernier jour sur terre, des rituels sexuels bizarres, on apprendra comment se marier pendant un tremblement de terre ou encore comment dansent les araignées.

+ The Life and Death of 1943 - A Hollywood Extra

Robert Florey & Slavko Vorkapich, 1928, 16mm, vo , 10'

+ Meet The Thinkin’ Fellers

Gibbs Chapman, 1992, 16mm, vo , 7'

+ Outtake from Unidentified 60s’s sexploitation film

5'

+ 6 TV Commercials from the 50’s and 60’s

+ Your Self Image

Inconnu, 1973, 16mm, vo , 10'

+ The Day I Died

Ronald Flothe, 1974, 16mm, vo , 14'

+ How To Chose a wife

Dan Vakentine (with George Kuchar & Deborah Koons), 1980, 16mm, vo , 4'

+ Spiders In Love

Martha Colburn, 1999, 16mm, sans dial, , 5'

+ Playboy Voodoo

Tessa-Hughues Freeland & Ela Troyona, 1991, 16mm, vo , 10'

06.10 > 20:00


1. Dexter Gordon at Club Montmartre (Copenhaguen), 1969, 28’
2. Black and Tan, 1929, 19’
3. The Count Basie Show
4. Artie Shaw’s "Class in Swing"
5. Mary Osbourne
6. The Delta Rhythm Boys "Take The A-Train"
7. Jungle Jive
8. Buddy Rich
9. Victor Young & His Big Band
10. Les Paul & Mary Ford at Home

Le deuxième programme est une compilation musicale dédiée aux géants du jazz, de Dexter Gordon à Duke Ellington, en passant par Count Basie et Artie Shaw. Des films musicaux de sources diverses, des concerts filmés, des courts métrages de fictions, des mises en scène pour la TV (parfois dans un style publicitaire), et même des cartoons. Pas toujours complètement identifiables, les films amassés par Jack Stevenson offrent une belle plongée dans le monde du jazz, sous toutes ses formes : Black and Tan, filmé en 1929, est la première apparition à l’écran de Duke Ellington, dans une fiction étrange mélangeant histoires mises en scène, personnages réels et une touche de surréalisme, en musique bien sûr, avec le Cotton Club Orchestra ; The Count Basie Show propose une série de performances musicales, du "Choo Choo Swing" de Basie à un numéro de claquettes, en passant par le blues a cappella des Delta Rhythm Boys, chantant aussi "Take The A-Train" sur un quai de métro dans un autre film ; Artie Shaw’s "Class in Swing" est une leçon presque scolaire d’arrangement musical pour big band de swing, avec l’orchestre d’Artie Shaw, et le jeune Buddy Rich à la batterie, à voir aussi pour sa performance déchaînée dans un autre court ; Jungle Jive est un cartoon avec une scène de boogie mémorable sur le dernier enregistrement du grand pianiste Bob Zurke ; et pour terminer, le couple Les Paul & Mary Ford nous invite à la maison, où ils nous interprètent deux morceaux, comme ils l’ont fait de 1953 à 1960 pour une série d’émissions enregistrées pour la TV.

06.10 > 22:00


squelettes/rubrique-3.html
lang: fr
id_rubrique: 999
prog: 995
pos: aval