prog: 995
squelettes/rubrique-3.html

Américain préparé

A la base, une idée simple : en échange d’un repas, l’ami réalisateur que Mike Plante invite à dîner doit réaliser pour lui un court film avec un budget équivalent à l’addition, pourboire non inclus. En mangeant, le "commanditaire" et l’"artiste" griffonnent quelques consignes sur une serviette : des idées sur la forme que le film doit avoir, des références qui doivent s’y trouver, un délai pour la réalisation, une contrainte technique... Au fil des repas et des années, Mike Plante, programmateur à CineVegas et Sundance, rédacteur pour différents journaux, dont son webzine CineMad, s’est constitué une impressionnante collection. Pour l’instant il en est à $622,71 de films, soit plus de 30, certains en cours de production, qui portent comme titres "$26,69", "$41,32" ou même "$131,00" !
Au-delà du concept et du côté "communauté" qu’il révèle, quand on sait qui sont les amis réalisateurs de Mike, on peut s’attendre à une compilation pour le moins intéressante. Les noms ne vous seront peut-être pas tous familiers, mais pour qui s’intéresse à ce qui se trame dans l’underground américain, ce sont des références : Sam Green, Ben Russell, Roger Beebe, Bill Daniel, Cam Archer, Naomi Uman, George Kuchar, Martha Colburn, Jem Cohen, Paul Chan, pour ne citer qu’eux.

L’archive des repas, des additions et des serviettes-contrats peut être consultée ici :
http://lunchfilm.blogspot.com
CineMad : http://www.iblamesociety.com

13.09 > 22:00 + 23.09 > 18:00


Les compagnons Bill Daniel et Vanessa Renwick sont des voyageurs. Leurs films sont des récits de leurs périples et des portraits de gens ou d’endroits rencontrés en cours de route. Ils ont sillonnés les USA ensemble à bord du "Sailvan" de Bill, utilisant parfois les voiles comme écran de projection dans des lieux improvisés ! Ils n’ont pas encore traversé l’Atlantique en camionnette, mais voici déjà quelques une de leurs aventures.

Les courts métrages de Vanessa sont des récits personnels, des journaux intimes et des souvenirs filmés. Vous apprendrez comment elle s’en est sortie pour ne pas porter de chaussures pendant deux ans et demi, que les corbeaux lui révèlent des secrets dans les moments tristes et difficiles et qu’elle aime infiniment le Pacific Northwest. Vous partagerez son regard nostalgique sur le port de Vancouver, ancien espace de liberté aujourd’hui sous haute surveillance, et serez émus par les regards d’enfants d’un autre temps découvrant la caméra.

+ Crowdog

Vanessa Renwick, 1984-1998, video, vo , 7'

+ Portrait #1 : Cascadia Terminal

Vanessa Renwick, 2005, video, sans dial, , 6'

+ 9 is a Secret

Vanessa Renwick, 2002, video, vo , 5'

+ Britton, South Dakota

Vanessa Renwick (& Ivan Besse), 1938-2003, video, sans dial, , 9'

+ Who is Bozo Texino ?

Bill Daniel, 2005, video, vo st ang, 56'

Sous-titré "The mostly-factual cinematic account of the epic search and unlikely discovery of Hobohemia’s most legendary boxcar artist", le film de Bill Daniel (collaborateur de longue date de Craig Baldwin) est un documentaire d’aventure. Une enquête sur un mystérieux personnage aperçu en graffiti sur des trains de marchandise partout dans le pays depuis un siècle. Un simple dessin qui en dit long et lève le voile sur une culture insoupçonnée, celle des "hobos", les vagabonds des chemins de fer. Une quête absurde et amusante, qui dévoile une tradition folklorique, presque mythologique, une forme d’art communautaire, une société secrète avec son langage propre et ses codes, une pratique collective discrète, décelable uniquement par ces tags anonymes dessinés à la craie.
Et Bill Daniel de documenter ces marges de la société... dans lesquelles il vit ! Tourné au cours de près de vingt années de vagabondages, le film est une collection incroyable de superbes images et d’interviews réalisées sous prétexte d’une enquête. Mais qui est donc Bozo Texino ? Pas facile à dire, il y a trop d’indices ! Chacun a sa propre idée, sa propre vision de ce qu’il représente, de la liberté de circuler, de s’exprimer, de vivre comme on veut. Le mythe du vagabond, parmi les vagabonds.

Pour les plaisirs des moins anglophones d’entre-vous, le film sera sous-titré... en anglais. Ça aide déjà beaucoup, et puis ça vaut vraiment la peine rien que pour les images !

14.09 > 20:00 + 22.09 > 20:00


Whispering Pines (1) : Comme chaque dimanche après-midi, vous combattez l’ennui en perfectionnant votre déco d’intérieur psyché-bab. Mais cette fois - la dose de Crystal devait être trop forte - les choses tournent mal. Vous n’auriez jamais dû accepter l’invitation de cette plante. Il vous faut de l’air frais. Dehors, les choses ne tournent pas rond (2). Vous vous retrouvez dans la rue, dans Market Street (3), les motifs de votre quotidien urbain commencent à s’animer et à dessiner des formes géométriques frénétiques qui se ressemblent et s’assemblent, s’enchaînent et se déchaînent. Ca se calme. Et ça reprend. Vous étiez mieux à l’intérieur. Vous luttez, le temps de rentrer et de vous installer devant la TV. L’épisode de "La fête à la maison" / "Full House" (4) sur lequel vous tombez explose votre poste et vous plonge, aux côtés de la famille Tanner, dans un état second psychédélique. Vous êtes assailli par vos instincts primaires. Vous tentez de vous maîtriser, mais ça ne sert plus à rien, des visions religieuses et des rythmes primitifs vous submergent, envoyés à une cadence hallucinante par Richard Bishop des défuntes Sun City Girls. God Damn Religion (5) vous hypnotise, vous lave le cerveau et vous entraîne en Enfer. Vous tremblez, vous êtes prêt pour le climax. Un feux d’artifice dans l’espace. La construction géométrique audiovisuelle Optic Force Trilogy (6) vous attaque dans vos rêves. Les pixels dansent dans vos yeux et formatent vos neurones en 16 couleurs. Les vibrations sonores et les clignotements infernaux vous font surchauffer. Stop, retour sur terre. Vous vous sentez différent, plus calme, votre attention est attirée par une bulle de savon. Vous n’aviez jamais trouvé cela aussi beau (7).

+ Whispering Pines #8

Shana Moulton, 2006, video, sans dial, , 8'

(1)

+ Square mm of Opportunity : Geese

Luke Lamborn, 2006, video, sans dial, , 1'

(2)

+ Market Street

Tomonari Nishikawa, 2005, 16mm, sans dial, , 5'

(3)

+ Light Is Waiting

Michael Robinson, 2007, video, sans dial, , 11'

(4)

+ God Damn Religion

Richard Bishop, 2006, video, sans dial, , 30'

(5)

+ Optic Force Trilogy

E-Rock, 2006, video, sans dial, , 35'

(6)

+ Dancing Rainbows

George Andrus, 2003, video, sans dial, , 3'

(7)

15.09 > 20:00 + 20.09 > 22:00


Damon Packard, 2002, video, vo , 115'

Hollywood, l’opulence dans le sens le plus gras du terme. Un monde cruel et dégénéré, avec son lot de freaks ordinaires. S’il faisait nuit, on serait peut-être dans un film de David Lynch, mais là, il fait jour, la folie et la violence sont encore plus visibles. Bobby, l’alter ego boulimique et paranoïaque de Damon Packard essaye de s’en sortir en vendant des montres dans la rue. Il est rejeté, méprisé et se fait agresser par tout ce qui bouge. Ses abus de sucre le font délirer, des visions de sa défunte soeur le hantent et le replongent dans le monde de rêve des Universal Studios - dont Packard est désormais banni à vie - à l’époque où Spielberg, son idole/cible préférée, tournait ses premiers films. D’ailleurs, Packard c’est un peu le Spielberg d’une dimension parallèle, un cinéphile obsessionnel qui maîtrise la réalisation (dans un style toutefois un peu plus bricolé) et qui n’hésite pas à abuser de tous les effets spéciaux sonores et visuels disponibles dans Final Cut. "Reflections of Evil" est un film ultra-personnel en passe de virer au culte grâce à l’assiduité de Packard : Dilapidant tout un héritage, il fit presser plus de 25.000 copies du DVD qu’il distribua lui-même, parfois de force, en le donnant à des passants, en laissant des piles à la sortie des salles de cinéma et en envoyant des exemplaires à toutes les personnalités possibles et imaginables de Los Angeles.

28.09 > 22:00


Les films présentés ici sont tous issus d’un recyclage d’images et de sons, trouvés, récupérés, volés, décomposés et recomposés pour des résultats très différents. Les poubelles de la culture inspirent, la quantité de matière existante qui pleure pour être détournée est énorme. En espérant que cela vous donne des idées !

+ Gimme The Mermaid

Negativland & Tim Maloney, 2000, video, vo , 5'

Une bonne introduction à la culture du recyclage et du sampling, par des pionniers du collage sonores et de la remise en question des droits d’auteurs.

+ Slow Death of a Large Animal

Mark Hejnar & TM Caldwell, 2000, video, sans dial, , 6'

Sur une bande son de LARVAL, une vision effrayante du divertissement, au travers d’images de cirque des années 1930 en décomposition.

+ The Coldest War - part 1

James T. Hong, 2006, video, zh st ang, 7'

Recyclage du discours télévisé donné aux Nations Unies par le président Hu Jintao, présentant le mouvement des "Mille Fleurs". Un clin d’oeil au colonialisme, autant américain que chinois, qui laisse présager un bel avenir à la "menace" chinoise.

+ Rollerboogie III

Damon Packard, 2005, video, vo , 16'

Dans "Rollerboogie III", Damon Packard remixe des scènes hilarantes d’un film de rollerskates post-disco de 1979 et y glisse une histoire parallèle.

+ Togetherness

Oliver Smith, 2004, video, sans dial, , 3'

Issu d’une série de films créés en altérant des vieilles bobines 16mm collectées par Oliver Smith. Ici c’est le film intitulé "Divorce & Other Monsters" qui y passe, une deuxième vie par abrasion.

+ Manuelle Labor

Marie Losier (& Guy Maddin), 2007, video, vo , 10'

Marie Losier fait des films sur les gens qu’elle aime. Quand ce fut au de tour de Guy Maddin de se prêter à l’exercice, celui-ci n’accepta de montrer que ses mains, qu’il lui envoya sur une film super 8. Voici donc le film que Marie a construit autour de ces images.

+ Animal Charm

Animal Charm, 200x, video, vo , 10'

Le collectif Animal Charm a commencé à réaliser des vidéos comme un acte de désobéissance civile électronique. Il s’agit de déconstruire et reconstruire des séquences, essentiellement à partir d’images enregistrées à la TV ou trouvées sur des vidéos d’entreprises, de promotion, etc. Ici, deux petites séquences en musique, drôles et déconcertantes.
Body Prep, 1:30, 2002 - Camera Dance, 3:45, 2002 - Accidents !!! - 3:00 - herzogs ! 1:30

+ Not Too Much Remember

Tony Gault, 2003, 16mm, vo , 11'

Richard a des problèmes d’identité. Des images de films éducatifs subtilement agencées proposent des pistes explicatives à ses problèmes, et peut-être au problème identitaire de la société américaine entière. Le miroir de la culture nous renvoie une image déformée de nous-mêmes. Un bel excercice de narration déconstruite et recomposée à partir d’images insignifiantes qui prennent sens dans le montage.

+ Super Mario Movie

Cory Arcangel & Paper Rad, 2005, Nintendo Entertainment System, sans dial, , 15'

Un film expérimental tournant sur console Nintendo. Arcangel a reprogrammé le fameux jeu vidéo de 1984 en un film existentialiste sur un monde en 8bit qui s’effondre. Quelle place y reste-t-il pour un héros ?

27.09 > 20:00 + 14.10 > 22:00


+ TRIBULATION 99 : Alien Anomalies Under America

Craig Baldwin, 1991, 16mm, vo , 48'

Craig Baldwin est une figure incontournable, autant pour les films qu’il bricole que pour l’aide qu’il apporte aux autres cinéastes - son nom apparaît dans les remerciements d’au moins 10 films présentés ce mois-ci ! Il habite dans un cinéma (ce qui en dit déjà long) : l’ATA à San Francisco, où il a créé les séances "Other Cinema" (voir p8-9). Savant fou du collage et du détournement d’images, il passe ses nuits dans sa cave-laboratoire à assembler les morceaux les plus improbables de milliers de films accumulés au fil des années pour en faire des montages épiques et monumentaux. Et ça, ce n’est que pour la forme, sur le fond c’est encore plus impressionnant ! Ses films sont des sortes de patadocumentaires, des fictions politiques grotesques poussant la réalité plus loin que ce qu’elle n’ose aller. Tout est vrai dans ses films, sauf les faits. Mais gare aux apparences ! Parfois les choses les plus invraisemblables sont plus réelles que vous ne le pensiez. Il cite d’ailleurs comme première source d’inspiration la CIA et ses coups fourrés. Son film "Tribulation 99" est un condensé biblique des conspirations extra-terrestres visant à contrôler l’Amérique centrale. La menace vient peut-être de la planète Quetzacoatl, mais elle collabore avec Kissinger et United Fruits, les Contras sont armés par la CIA, tout comme les vampires et robots qui se battent à leurs côtés. C’est sans doute plus réaliste que ce qu’on peut lire ou voir dans les médias traditionnels. Et certainement plus drôle !

+ ROCKETKITKONGOKIT

Craig Baldwin, 1986, 16mm, vo , 30'

"ROCKETKITKONGOKIT" est un essai plus ancien sur le Zaïre de Mobutu et la cession d’un dixième du territoire à l’agence spatiale et militaire allemande OTRAG, en échange du lancement d’un satellite. Mélangeant des images plus directement liées au sujet que dans "Tribulation 99", il arrive quand même à parler de missiles à travers des scènes de comédies musicales ou de films d’horreur mexicains et à recontextualiser Tarzan dans cette critique du néocolonialisme.

05.10 > 20:00 + 14.10 > 20:00


L’animation, ou plutôt les mille techniques possibles d’animation, permet de bricoler des mondes en tous genres avec peu de moyen. Les films présentés dans cette compilation offrent un panorama très varié d’utilisation de techniques d’animation dans tous les styles. Quelques clips, quelques histoires et quelques curiosités.

+ Wrong Time Capsule

Martha Colburn, 2006, video, sans dial, , 3'

Le groupe Deerhoof passé sous les ciseaux de Martha Colburn.

+ Bad Cartridge

Wyldfile (E-Rock & Paper Rad), music: Beck (Gameboy Remix), 2005, video, , 3'

Pour un remix de Beck en 8bits, une version animée suivant le Dogman-99, équivalent du Dogma-95 pour l’animation Flash : limitation aux couleurs RGB, pas de tablette graphique, etc.

+ Vile House (Lightning Bolt)

Harvey Benschoter, 2006, video, vo , 4'

Lightning Bolt en dessin animé, une reconstitution tout à fait réaliste des effets de leurs musique.

+ Color + Modulation #7

Rob Tyler (music: In Support of Living), 2005, video, sans dial, , 6'

Extrait d’une série de huit films peints à la main sur pellicule 16mm, ralentis ensuite par ordinateur et mis en musique. Près de sept années de travail, pour un résultat impressionnant.

+ Wolves & Wolverines

Zak Margolis, music: Old Time Relijun, 2006, video, sans dial, , 5'

Le blues volcanique d’Old Time Relijun dans une sombre histoire de rats de laboratoire.

+ How She Slept at Night

Lilli Carré, 2006, video, vo , 4'

Un homme se remémore sa rencontre avec sa femme. Les souvenirs sont un peu confus et décousus, seuls des détails restent.

+ Carlin

Brent Green, 2007, video, vo , 8'

D’abord tourné comme un clip pour le groupe Califone, Brent Green a ensuite réutilisé ses images de personnages en bois grandeur nature animés en stop-motion pour raconter l’histoire de sa tante Carlin, qui rejoint la maison familiale pour y mourir. Une histoire criée et pleurée en musique, un blues du fond du coeur.

+ The Bats

Jim Trainor, 1998, video, vo , 8'

Un documentaire animalier naïf, drôle et touchant sur la trépidente vie des chauve-souris au XIVe siècle, racontée par une chauve-souris.

+ The Adventures of Lady Long Arms in the Land of Love

Xander Marro, 200x, 16mm, sans dial, , 10'

Ceux qui ont vu les films de Xander le 2 juin dernier s’en rappellent encore. Cette fois-ci, Lady Long Arms rencontre de bien étranges créatures sur le chemin de l’Amour. Une aventure psychédélique faite de collages à plumes, d’animaux à carreaux et d’oiseaux en chaussures, qui accompagnent de leurs petits cris élégants les rêveries de la dame aux longs bras.

+ The Dreamless Sleep

Nancy Andrews, 2004, 16mm, vo , 30'

"The Dreamless Sleep" est basé sur une série d’interviews psychanalytiques avec Ima Plume, Public Illustrator, l’alter-ego de Nancy Andrews. Un mélange de dessins à la craie, de scènes animées et filmées, de marionnettes et de found-footage pour illustrer le monde étrange d’Ima, qui nous explique qu’elle a toujours eu beaucoup de respect pour l’U.S. Mail et qu’elle est plutôt populaire auprès des poissons. Son intérêt pour les créatures sous-marines nous entraînera bizarrement vers une fable médiévale servant d’interlude musical, avant de reprendre le récit lors d’une session de natation.

07.10 > 20:00 + 12.10 > 22:00


squelettes/rubrique-3.html
lang: fr
id_rubrique: 998
prog: 995
pos: aval