prog: 951
squelettes/rubrique-3.html

Grindhouse Classics

"Grindhouse" est un terme qui désigne les cinémas américains qui montraient principalement des films d’exploitation, ne trouvant pas leur place dans les circuits de diffusion "normaux" (des films érotiques les plus cheap aux films violents les plus extrêmes, en passant par les bizarreries les plus... bizarres).
Les films y étaient souvent montrés en double-bill, voire triple-bill, les spéctateurs étaient ainsi sûrs de voir quelque chose qui leur plaisait dans le lot.
Suite à l’apparition de la vidéo, mais aussi à des politiques urbaines de "nettoyage des lieux malfamés", ces salles disparurent progressivement après leur apogée dans les années 1970. A l’occasion de la venue de William Lustig, réalisateur d’un des derniers triomphes des grindhouse theaters, "Maniac", nous organisons une double bill extrême pour faire revivre l’ambiance de ces lieux disparus. Et puis pour une fois qu’il y a un vendredi 13 pendant le festival...

Pour en savoir plus sur le phénomène Grindhouse, lire l’article de Jack Stevenson ci-dessous :



William Lustig, 1980, 35mm, vo st fr, 87'

Est-il encore besoin de présenter le chef d’oeuvre de William Lustig ? "Maniac" rassemble l’incroyable Joe Spinell, acteur intuitif génial et inquiétant, et Caroline Munroe, bimbo un peu oubliée des 70’s. Les deux acteurs s’étaient déjà rencontrés sur le tournage de "Star Crash : le choc des étoiles", hilarante réponse italienne à "Star Wars". Joe Spinell livre dans "Maniac" sa performance la plus mémorable, le transformant d’emblée en acteur culte. Ici, il est un homme au lourd passé entretenant de bien étranges rapports avec sa défunte mère (une prostituée qui le maltraitait). Il assassine des femmes de façons ultraviolentes et habite un antre malfaisant. Le film fait penser à une sorte de "Psycho" ou de "Peeping Tom", 20 ans plus tard, de par l’approche du scénario. Son ambiance nauséabonde est accentuée par la mise en scène viscérale de Lustig et les effets spéciaux impressionants de Tom Savini, figure majeure du slasher movie. Le parti pris intéressant de Lustig est de filmer son histoire partiellement avec un style documentaire, ce qui renforce la moiteur de l’ambiance et rend le personnage principal crédible. Une Double Bill méchante, méchante, méchante...
De plus, William Lustig sera présent en personne pour présenter son oeuvre macabre.

13.04 > 22:30


I Spit On Your Grave

aka Day of The Woman

Meir Zarchi, 1978, 35mn, vo , 100'

Deuxième partie de cette Double Bill, et on s’enfonce encore plus loin dans l’horreur. Ce film culte, unique essai du réalisateur, pousse très loin le film de vengeance. Une jeune romancière de la ville vient s’installer à la campagne pour y écrire son prochain livre. Elle tombe dans un village de rednecks indécrottables. L’un d’eux, l’idiot du village, travaille pour le drugstore local. Il rencontre la charmante jeune femme en venant lui livrer à manger à domicile. Ses compères, moins idiots mais plus mauvais lui rendent visite à leur tour. Commence alors l’une des scènes de viol les plus longues et dures du cinéma. La jeune femme, détruite, décide de se venger, et ça fait mal, très mal. Le moins qu’on puisse dire est que la vengeance de la jeune femme sera largement proportionnelle à l’outrage reçu. "I Spit On Your Grave" est un film d’une violence rare, très peu projeté au cinéma, qui ravira les amateurs d’expériences extrêmes et fera passer un bien mauvais quart d’heure aux âmes sensibles. On ne vous conseille pas de rentrer à pied chez vous, tout seul dans le noir...

13.04 > 24:30


squelettes/rubrique-3.html
lang: fr
id_rubrique: 956
prog: 951
pos: aval