prog: 898
squelettes/rubrique-3.html

Technocratie vs. Démocratie

Lors de ce premier dimanche de la programmation, nous parlerons de la démocratie moderne, démocratie technomarchande, plus au service des chiffres économiques que du peuple. Alors que l’opinion publique s’affirme de plus en plus opposée à certaines technologies à risque (OGM, nucléaire, ...), les autorités continuent d’être menées à la baguette par les lobbies économiques nous assurant que le peuple se trompe, qu’il ne sait pas ce qui est bon pour lui. En dehors de questions éthiques, il y a lieu de s’interroger sur le fonctionnement de nos dites démocraties face à ces questions et à ces orientations aux conséquences énormes. Quelles sont les décisions qui amènent la société à évoluer comme elle le fait ? Qui a le pouvoir de les prendre ? Les processus démocratiques sont-ils adaptés et aptes à trancher dans des matières telles que la gestion de nouvelles technologies et leurs applications massives à l’échelle de sociétés entières ? Le citoyen et ses représentants ont-ils un avis à donner face à la puissance des lobbies industriels, économiques et scientifiques ? L’indépendance des chercheurs peut-elle être réelle ? L’information peut-elle circuler en dehors de la propagande des lobbies technologiques, les risques et les alternatives se faire connaître ?
Nous aborderons ces questions en nous attardant sur les cas des OGM, du nucléaire civil et de l’orientation de la recherche en général.

Débat à 20h30 avec ea :
Catherine Bourgain (Fondation Sciences Citoyennes)
Michel Despratx (journaliste, réal.)
Wladimir Tchertkoff (journaliste, réal.)
Helen Holder (ex-CAGE, FOE)

26.11 > 18:00


Mais Im Bundeshuus

Le Génie helvétique

Jean-Stéphane Bron, 2003, 35mm, vo st fr, 90'

Un thriller parlementaire suisse autour d’une commission chargée d’élaborer une loi sur le génie génétique, ou la démocratie filmée dans les coulisses. Bien sûr, comme dans toute bonne démocratie, l’accès est interdit au public, mais rien n’interdit à une équipe de cinéma d’attendre devant la porte et de filmer les discussions durant les pauses, dans les couloirs. Petit à petit la confiance s’établit et les parlementaires viennent relâcher la pression devant la caméra, exprimant leurs points de vue, les avancées des discussions, positives ou négatives selon eux, les relations avec leurs collègues/rivaux, ... On se retrouve plongé dans le microcosme du pouvoir, au cœur des stratégies et des jeux d’influence, entre lobbies pro et contre OGM. Le décalage presque absurde entre les modes de prises de décisions et les conséquences potentielles des lois votées apparaît ici dans toute sa splendeur. La démocratie parlementaire est un grand jeu, et qu’on gagne ou qu’on perde, l’important est de participer.

26.11 > 18:05


Wladimir Tchertkoff, Romano Cavazzoni & Emanuela Andreoli, 2003, video, vo st fr, 50'

Ce film atteste qu’au cœur de la civilisation occidentale, riche et technologiquement avancée, un crime scientifique programmé se perpétue depuis vingt ans sous de hautes responsabilités, dans l’indifférence générale et la désinformation. Le lobby nucléaire et la médecine officielle condamnent sciemment des millions de cobayes humains à expérimenter dans leur corps des pathologies nouvelles dans le vaste laboratoire des territoires contaminés par Tchernobyl. Le film révèle l’existence de conflits d’intérêts entre deux agences de l’ONU, l’Organisation Mondiale de la Santé et l’Agence Internationale pour l’Énergie Atomique (dont l’objectif principal est la promotion des centrales nucléaires dans le monde). L’OMS a l’interdiction de conduire des recherches médicales indépendantes dans le domaine du nucléaire sans l’assentiment de l’AIEA, qui bloque l’information et interdit jusqu’aux publications des actes de congrès de l’OMS. Des voix s’élèvent au sein des commissions, mais cela ne suffit pas encore à faire trembler le lobby nucléaire. Les scientifiques qui osent, preuves à l’appui, se positionner contre les thèses officielles sont méprisés et décrédibilisés, ceux qui persistent voient leur carrière brisée, s’ils ne terminent pas en prison.

+ OGM : L’étude qui accuse

Michel Despratx, 2005, video, vo , 22'

Les experts l’affirment : manger des OGM est sans danger pour la santé. Et tous les ans de nouveaux OGM arrivent dans notre assiette. Pourtant, des études scientifiques révèlent un risque toxique : un maïs OGM a provoqué des lésions sur les organes des rats de laboratoire qui en ont mangé. Sous couvert du secret industriel, le ministère de l’Agriculture français n’a pas voulu rendre public ces résultats alors qu’ils sont inquiétants. Comment une agence gouvernementale chargée de veiller à la santé des citoyens, ainsi que les instances européennes, ont-elles pu donner leur feu vert à cet OGM en connaissant cette étude ?

suivi du débat avec ea :
Catherine Bourgain (Fondation Sciences Citoyennes)
Michel Despratx (journaliste, réal.)
Wladimir Tchertkoff (journaliste, réal.)
Helen Holder (ex-CAGE, FOE)

26.11 > 20:30


squelettes/rubrique-3.html
lang: fr
id_rubrique: 900
prog: 898
pos: aval