prog: 823
squelettes/rubrique-3.html

Nunsploitation

Les nonnes fascinent depuis longtemps les artistes occidentaux, on a par exemple pu le voir chez des auteurs comme Rousseau et Chaucer, ou plus tard Bernanos. Le cinéma s’y est également intéressé depuis toujours, mais les années septante voient carrément naître un nouveau genre de série Z : la Nunsploitation. Il s’agit en quelque sorte de la petite soeur du genre "Women in Prison", dans lequel certains codes se sont déjà imposés : jeunes femmes enfermées ensemble, supérieure ou matonne sadique, relations de pouvoir et de jalousie, délires saphiques, absence d’homme, ou presque... La dimension religieuse et son lot d’interdits à braver, de serments à briser, ne se fait pas attendre longtemps.

Ken Russell sort en 1971 son fameux "The Devils", que nous présentons ici en version ’director’s cut’. Ce film a marqué tout de suite d’autres réalisateurs, surtout européens, qui ont tourné de nombreux films, créant ce qui allait devenir un genre à part entière, la ’Nunsploitation’. De ce courant, nous présentons en exemple italien "Sinful Nuns of St-Valentine", très peu montré en salle, et "Sex demons" de Jess Franco, très rare lui aussi.

Même si on y reconnaît toujours certains codes (l’introduction d’un homme dans le couvent pour affoler ces demoiselles, est souvent blessé à l’épaule gauche, receuilli, caché, choyé...), ce genre recèle tout de même une relative diversité. Pour illustrer celle-ci, nous proposons une ’double bill’ de films nunsploitation japonais, composée de l’excellent "Couvent de la bête sacrée" et de "Wet Rope Confession", une rareté immanquable. Il y aura du boogie woogie avant la prière du soir !

Pour parfaire votre connaissance du genre :

un site très complet sur le sujet : http://www.nunsploitation.net



Ken Russell, 1971, video, vo , 111'

La projection de la version ’director’s cut’ de "The Devils" constitue un réel événement. Il s’agit de la première présentation de cette version en dehors du Royaume-Uni. Le film est réalisé d’après "Les Diables de Loudun" de Aldous Huxley. Les scènes d’orgie où l’on découvre les nonnes possédées et prétendument envoûtées par le Père Urbain Grandier (Reed) sont en effet à la base du genre ’Nunsploitation’, dont on vous parle largement dans ce programme. Les décors de Derek Jarman, l’interprétation d’Oliver Reed et Vanessa Redgrave ainsi que la réalisation exceptionnelle du génial Ken Russell ("Tommy", "Women in Love", "Altered States", ...) font de ce film à l’esprit et à l’aspect baroque un véritable chef d’oeuvre. Cerise sur le gâteau, cette version contient bien entendu la fameuse scène connue sous le nom du ’rape of Christ’ qui n’avait pas passé la censure à l’époque !

Contrairement à ce qui est annoncé, Ken Russell ne viendra pas à Bruxelles et ne sera donc pas présent lors de la projection du 11 mars.

Le film sera présenté par Mike Bradsell (monteur original de "The Devils") et Paul Joyce (réalisateur du documentaire sur la réstauration du film, présenté le dimanche 12 mars au Musée du cinéma).

11.03 > 22:30 + 25.03 > 22:30


The Sex Demons

Die Nonnen von Clichy

Jess Franco, 1972, 35mm, vt ang , 3'

Passe-t-on ce film de Jess Franco parce que c’est un immanquable du genre Nunsploitation ou fait-on cette rétrospective pour pouvoir passer un Franco une fois de plus ? Que chacun juge cette affaire selon sa propre mauvaise foi. Déjà spécialiste du sous-genre "Women In Prison", notre vieil ami ne pouvait pas rater le train Nunsploitation. Son fameux "Love Letters of a Portuguese Nun" est un classique de vidéothèque, mais ce soir nous présentons une autre de ses oeuvres au titre évocateur : "The Sex Demons". Succédané de "The Devils", Franco joue à fond la carte du sexe pour appâter le chaland. Là-encore, attendez-vous à une séance croustillante par l’un des maîtres du genre, qui prétend même être l’ancêtre des réalisateurs Dogma. On vous laisse une nouvelle fois juge...

11.03 > 24:30


Le Scomunicate di San Valentino

Sinful Nuns of St-Valentine

Sergio Grieco, 1974, video, vo st ang, 93'

Le film de Nunsploitation par excellence. "Sinful Nuns..." comporte en effet ce qui caractérise le genre, sans aucune concession au bon goût. On y trouve une scène d’anthologie où les nonnes, emmurées vivantes dans le couvent, se livrent à des actes que la morale réprouve. Esteban, archétype du beau mâle blessé à l’épaule gauche, est caché dans le couvent par un serviteur dévoué. Il y est rejoint par sa belle, qui a tendance à oublier ses voeux. La diabolique mère supérieure va intervenir très vite en commettant des meurtres qui amèneront l’émoi dans le couvent, et tentera ensuite de séduire le bellâtre pour un soir. Le film est italien mais se passe en Espagne, l’histoire se déroule au Moyen-Âge mais ça ressemble aux années 70... Le tout bien sûr agrémenté d’une critique de l’inquisition trés poussée et d’une pertinence à tout épreuve pour faire de ce film un moment kitsch impénétrable...

+

La Parole de Vie

Pierre La Police, Fr, 2003, VO fr, 2x3’

Les 2 premiers sermons de Pierre La Police : "Impureté des contacts physiques" et "Les 3 grandes bêtes". De quoi se préparer moralement au film qui suit...

16.03 > 22:30


School of the Holy Beast

Seijû Gakuen

Norifumi Suziki, 1974, 35mn, vo st ang, 91'

Les Japonais, maîtres du Pink Cinéma, ne pouvaient évidemment pas être en reste dans la Nunsploitation. Voici donc ce qui est considéré comme le chef d’oeuvre du genre, présenté ici pour la première fois en Europe, en 35mm et en copie restaurée. Une charmante demoiselle s’offre une dernière petite soirée, et un dernier amant, avant d’entrer au couvent. Ce film très spécial propose un scénario improbable mélangeant une douteuse intrigue policière, de savoureuses scènes érotiques dans lesquelles évolue un prêtre raspoutinien à l’activité frénétique..., le tout agrémenté de délires visuels inoubliables. Le couvent sert de prétexte à une ambiance collégiale forcée, amenant des séries de coups de fouet et de crêpages de chignons mémorables. L’aspect blasphématoire tombe bien sûr à plat dans un pays où le catholicisme est exotique, le réalisateur étant même obligé d’expliquer par des inserts ce qu’est un couvent. Très décalé, "Le Couvent de la bête sacrée" est un film bien foutu et devenu culte à juste titre. Le Nova vous propose l’occasion parfaite de le découvrir sur grand écran.

Les films de Nunsploitation japonaise sont présentés ensemble, dans une ’double bill’. Les séances sont accessibles indépendamment, mais un ticket combiné, plus avantageux, est disponible pour l’ensemble.

24.03 > 22:30


Wet Rope Confession

Nure nawa zange

Koyu Ohara, 1979, Video, vo st ang, 74'

Deuxième opus de la ’double bill’ Nunsploitation japonaise, "Wet rope confession" est un événement ! Il se pourrait même qu’il n’ait jamais été projeté au cinéma en Europe avant ce soir, autant dire que le producteur japonais était bien surpris qu’on lui demande les droits de projection. Nous sommes d’ailleurs bien impatient de voir vos têtes en fin de séance ! Ce petit bijou reprend plusieurs codes du genre : l’entrée au couvent d’une femme après un viol et le rejet par son mari ainsi que des sévices sexuels agrémentés de bondage, Japon oblige ! Inutile de raconter l’histoire, mais la fin très kitsche et bucolique vaut son pesant de pets de nonnes. Tourné pour la firme concurrente de celle qui proposait "Le Couvent de la bête sacrée", ce film est une vraie curiosité qui va plus loin dans la violence et le sexe. De quoi finir en beauté ce cycle Nunsploitation.

Les films de Nunsploitation japonaise sont présentés ensemble, dans une ’double bill’. Les séances sont accessibles indépendamment, mais un ticket combiné, plus avantageux, est disponible pour l’ensemble.

24.03 > 24:30


squelettes/rubrique-3.html
lang: fr
id_rubrique: 827
prog: 823
pos: aval