prog: 804
squelettes/rubrique-3.html

And More

Avis à tous les phraseurs, rappeurs a cappella, poètes urbains, tchatcheurs, amateurs de rimes, de rythmes, d’écritures douces ou féroces : la première session de "Slam nomade" aura lieu le jeudi 19 janvier au Nova. Pour les non-initiés, le slam est un mouvement social et culturel, centré autour du texte et de la parole, qui croise des personnes venues d’horizons tels que le hip-hop, l’écriture, la scène théâtrale ou autres, amateurs ou confirmés, pour des moments de "déclamation" publiques avec forte participation de la salle. Concrètement, les inscriptions pour l’open mike - limitées à une vingtaine de participants - ont lieu dès 19h30 et la session commence à 20h. Quatre artistes confirmés seront également présents, comme "guest", pour cette soirée. Et comme d’habitude, un vers dit, un verre offert. Entrée Libre. Hosted by Maky.

Le Slam Nomade est un concept de "slam sessions" régulières et itinérantes dans plusieurs lieux de Bruxelles, initié par Bulldozer prod, Lézarts-urbains/FJG, Souterrain production et Slamerlipopette.

Pour toutes infos sur les Slam Nomades, où si vous souhaitez être régulièrement informés des soirées contacter Rosa ou Stéphanie à l’asbl Lézarts-urbains (02 538 15 12) ou rosa@lézarts-urbains.be

19.01 > 19:00


Une pause dans la programmation hallucinogène qui permet d’ouvrir la porte sur une soirée TV Nova. Depuis années, le Nova tente de susciter des débats sur une autre manière de penser la télévision et de la faire, en invitant des créateurs qui tentent dedépasser les formules "mainstream" du long reportage, ou du simple JT. Leurs réalisations deviennent des essais sur la responsabilité personnelle et la défense du droit à l’information. Trois réalisateurs ont repris des images et paroles, des protestation qui ont surgi aux Etats-Unis et en Angleterre lors de la guerre en Irak. Réinventant leur propre "je" d’observateur, ils s’impliquent profondement dans le sort soit de leurs sujets, soit des images puissantes déjà connues du grand public scotché au petit écran. Ils ont tenté de nous faire regarder, et écouter autrement.

Le Nova reçoit, pour cette soirée, la documentariste anglaise indépendente, Julia Guest. Julia suit le sort de l’Irak de près. Ce soir, elle nous invite à suivre des journalistes irakiens indépendants (Baghdad Stories), des citoyens irakiens sourds (film en post production) ; et au coeur d’un film achévé en 2005 qui sera montré dans sa version télé de 52 minutes (Letter to the Prime Minister). Ce dernier suit sans fanfare une activiste anglaise partie pour témoigner contre la guerre à Falluja. Julia Guest entamera une discussion autour des extraits de ses films, achevés ou en montage, et les réalités de la production alternative destinée au grand public de la télévision.

En contrepoint, "To Those Born After", par le réalisateur américain Christopher Pavsek, un essai plein de rage et d’amour, sur la dégradation du discours politique américain, tant visuel que verbal. Un phénomène qui s’accélère depuis la destruction du World Trade Centre. Le film est renforcé par les images et les textes qui nous rappellent le contenu des JT et des directs télé. Pavsek nous entraîne tranquillement dans un film intense et dense composé d’éléments néanmoins bourrés d’aberrations.

Dans le foyer, un film en boucle, d’une contre-manifestation à Seattle menée par un seul homme en face d’une manif de zélateurs de la politique de Bush Jr. en Afghanistan, film qui en dit long sur les forces d’expression libre aux States. Karen Perry nous a envoyé ce film de reportage alternatif avec son commentaire écrit.

02.02 > 20:00


Difficile de cacher qu’on l’aime, au Nova, ce cher Jack Stevenson, citoyen américain d’AllerØd (Danemark), collectionneur, distributeur et homme de lettres. C’est tout un ensemble de la culture cinématographique qu’il conserve, étudie, défend et anime. Une séance toute particuliere où les films s’incarnent. Ce soir, il est avec nous pour un programme stupéfiant qui réunit tous les possibles, courts métrages, bandes-annonces, films pédagogiques issus directement des grandes administrations mondiales. Une traversée temporelle de préventions sur la drogue... Une projection animée, un show en somme avec un chamane du cinéma parallèle, voire interlope. A voir ou à revoir sans aucune modération, car personne ne sait si les films présentés seront encore visibles à l’avenir !

04.02 > 20:00


Irrégulièrement (c’est à dire souvent, mais à un rythme chaotique ), Ears Open propose des écoutes collectives dans le noir total ou la pénombre. Les matières entendues reposent sur le concept de création sonore. Sur cd/cdr/k7 ou MD, proposez vos oeuvres abouties ou toujours en chantier, mettant en avant un langage aussi neuf que possible. La durée ne pourra excéder les 10 minutes. Visitez le site www.silenceradio.org pour goûter des illustrations de ce qui est attendu. Dépôt ou envoi de vos travaux pour le 28 janvier au plus tard. Ne pas oublier de laisser vos coordonées (tél + courriel).

05.02 > 20:00


Musicien, compositeur, performer et artiste visuel, Charlemagne Palestine commence depuis peu de temps à être reconnu en tant que précurseur de la scène expérimentale. La quasi impossibilité de trouver des enregistrements de ses pièces durant de longues années et l’aspect intimiste, en comité restreint, de ses performances lui ont donné une image de conteur obscur. Après ses premiers travaux sur carillons avec drones électroniques, il passa dans les années septante à un recherche sur piano et termine certains concerts les doigts en sang. Après s’ensuivent plusieurs années de voyage et d’installations visuelles où sa magie investit les lieux qui lui sont donnés.

Pour cette soirée, c’est un ou deux pianos, un harmonium, une bande-son qui envahiront la salle pour accompagner des films qu’il a lui-même composé. Davantage qu’un live sound track, où tout sera possible.

+ CHARLEMAGNE 2 : PILTZER

Pip Chodorov, 2002, 16mm, sans dial, , 22'

11.02 > 22:00


C’est à vous de déterminer si cet open screen sera hallucinant ou non. Une occasion de filmer vos cueillettes de champignons, de s’amuser avec les couleurs et les sons ...
Les délires peuvent être sur n’importe quel format, sauf en digi-béta, qui nous fait bad triper, et pas plus de 15 minutes afin d’éviter l’overdose. L’idéal est de déposer vos films une semaine avant l’évènement à l’adresse du dealer : 65, rue de l’Ecuyer, 1000 Bruxelles.

16.02 > 20:00


Ce programme propose un panorama de films expérimentaux contemporains s’intéressant à la fabuleuse diversité et à la fascinante beauté de l’univers végétal. L’incroyable richesse du règne végétal et de ses formes qui se déploient avec une infinie variété, demeure une source d’inspiration éternelle pour de nombreux artistes, des impressionnistes à l’art nouveau en passant par le land art. Fleurs, arbres, champs, mousse, lichens deviennent autant de motifs dont s’emparent chacun à leur manière et avec leur sensibilité propre les cinéastes afin de composer des palettes filmiques étonnantes débouchant sur de magnifiques tableaux animés.

Créée en 1982 par deux cinéastes, Yann Beauvais et Miles McKane, Light Cone est une association dont le but est la distribution, la promotion et la sauvegarde du cinéma expérimental en France et à l’étranger. Sa vocation première est d’offrir la possibilité de louer des films expérimentaux à différentes structures culturelles de diffusion telles qu’associations, cinémas, musées, universités, galeries et festivals. Afin d’assurer cette mission, Light Cone s’est constituée en coopérative de cinéastes garantissant aux auteurs la propriété des supports comme des droits des œuvres déposées en vue d’une distribution. A ce jour, Light Cone distribue plus de 2700 films (copies super-8, 35mm et surtout 16mm, ainsi que vidéos et de l’expanded cinema) réalisés de 1905 à nos jours par plus de 500 cinéastes. L’association prend également en charge la diffusion de ce cinéma par le biais de projections régulières à Paris, de publications et de coproductions de cycles. Elle dispose également d’un centre de documentation ouvert aux étudiants, chercheurs et programmateurs.

18.02 > 20:00


Les visions/visualisation, obscures et catastrophiques d’une chamane medium aveugle se projettent et se répandent sur les murs alentours, palpitent, grouillent comme des émanations psychiques qui tenteraient une survie indépendante, des feux follets qui ne veulent pas s’éteindre, des cellos qui ne veulent pas mourir dans la "trempette", comme une vie artificielle et spontanée. Myxomycètes computationalistes, taches murales, cyber-fantomes d’humidité, d’ombres et de photons que l’on maintiendra en vie, le temps d’une danse/projection.

18.02 > 22:00


L’axe de l’expo est l’émergence du végétal, de l’organique, dans une réalité structurée qui s’en trouve ainsi transformée. A moins que, vu à la loupe, ce ne soit cette structure qui, en se décomposant, donne naissance à une nouvelle organisation vivante ? Deux artistes vont occuper l’espace du Nova : Pascal Baes, par d’impressionantes images numériques par ordinateur : "Carpets et PapierPeints" , c’est une galerie de " freaks" mathématiques, des courbes continues et indérivables (Cristal de Koch, randonnée de Levi, courbe de Wiener, etc.) aux automates cellulaires et autres visualisations d’algorythmes élémentaires engendrants des formes complexes (fractales, ItératedFonctionSystem, NewKindOfScience). Tiziano Lavoratornovi, par une installation spatiale et sonore ainsi que des dessins aux lignes sensibles : « Mon travail peut se résumer en un déplacement et une redisposition de l’espace. Un mélange ou une refonte d’éléments qui prennent des éléments physiques de notre réalité, tel que asphalte, pavés ou plantes poussant dans nos espace urbains, afin de les respatialiser et en cela les définir d’un nouveau point de vue. »

20.01 > 18:00


Des soirées dediée à la rencontre, à la découverte, à l’expérience, des discussions et des silences, pour monter et descendre. Des tables d’hôtes le samedi ; une musique d’ambiance, vibrante, stridante, bancale, dansante, simplement comme une simple présence, et parfois absente, tous aux longs de la programmation avec Atka, Bruno Coeurvert, Christophe, Damieboy, Djhon, Peter, Yacine et puis d’autres. Saperlipopette ! Flash visuel, Xavier Querel, Licht-ton et autres actes pirates, un temps pour tout.



Vous aimeriez savoir combien de dindons rentrent dans le Bokaal ? Vous avez envie de vous cacher à l’intérieur pour pouvoir insulter tranquillement les gens qui passent ? Vous cherchez un local pour répéter votre numéro de domptage de tigres ? Vous aimeriez y faire un strip-tease un soir de pleine lune ? Vous envisagez de déclarer un nouvel Etat indépendant et cherchez un espace pour un début modeste ? Vous voulez vous débarasser de vos enfants pour les vacances ? On est ouvert à toutes les propositions.

Envoyez-nous vos idées à , ou au 65, rue de l’Ecuyer, 1000 Bruxelles.





squelettes/rubrique-3.html
lang: fr
id_rubrique: 811
prog: 804
pos: aval