prog: 713
squelettes/rubrique-3.html

And more

Guitariste et banjoïste de génie, agitateur aux Etas-unis depuis les 70’s, ce musicien enchaîne des diques plus fous et iconoclastes les uns que les autres. Des Sun City Girls aux Violent Femmes, de Zu à John Zorn, de Derek Bailey à sa propre fille (sic), l’homme multiplie les collaborations étonnantes. Auteur et compositeur, il est d’abord un interprète plus qu’original, tant de ses oeuvres que de celles des autres. Il reprend les standards, les Beatles, les traditionnels, Syd Barret, Duke Ellignton, Nick Drake, pour les mettre en valeur et les détourner (on se souvient de "The Girl from Al-Quaïda" !!). "Dr Chad" est un habitué des concerts bruxellois mémorables (Magasin 4, Nova...). Il vient ce vendredi 3 juin avec deux compères de taille : Pat Thomas, pianiste anglais au CV lui aussi bien chargé de collaborations prestigieuses (Phil Minton, Derek Bailey, Toni Oxley...), et le légendaire Jimmy Carl Black ("the indian of the group"), membre fondateur des Mothers of Invention et qui continue à jouer live la musique de Zappa avec les Grandmothers et les Muffin Men. Black et Chabourne ont déjà tourné ensemble en Europe sous le nom de The Jack and Jim show, reprenant les morceaux du maestrissime Captain Beefheart.

Et revoici Eugene Chadbourne au Nova !

03.06 > 22:00


Le Nova accueille Mihai Iordache, musicien-phare de la scène jazz et rock de Bucarest (où il accompagne Ada Milea, Harry Tavitian, Tom Smith, KummŠ et dirige son propre groupe), ainsi que Vlaicu Golcea, vieux compagnon de route de Mihai et contrebassiste incontournable en Roumanie. Cette deuxième soirée concert est la continuité d’une bien belle rencontre. Invité en Roumanie peu après la révolution, Eugene prend le train Vienne-Bucarest et se retrouve à la gare du Nord... Premier choc. La personne censée venir le chercher n’est pas là, incrédule quant à la venue du musicien. L’étonnement passé, tout rentre dans l’ordre, et la découverte de la Roumanie commence... Après un concert épique, Chadbourne rencontre Mihai Iordache, saxophoniste local chez qui il ira jouer. La rencontre entre les deux musiciens jouant des morceaux de Monk et de Sun Ra marquera leurs esprits. Dans le cadre de cette programmation autour de la Roumanie, il semblait donc idéal d’organiser un second concert, plus de dix ans plus tard. Un concert unique donc, qui revisitera une fois de plus Monk et Sun Ra, et à n’en pas douter de passionants moments de musique improvisée.

04.06 > 21:30


Le collectif AMSLAMGRAM et le Nova vous prêtent un micro et un petit podium pour vos slams et vos rimes de béton à postillonner devant un public cap-ti-véééééé.

Inscription libre des amateurs au début de la soirée.

Un Slam = un verre.

GRATIS !

23.06 > 22:00


L’open screen de juin sera celui des vrais cinéastes et des vrais cinéphiles : ceux qui préfèrent les salles obscures à la plage ! Haut niveau attendu donc. Si relever le défi ne vous fait pas peur, voici le choix des armes : tous formats, sauf le digibeta qui donne des coups de soleil, et pas plus de quinze minutes (temps recommandé pour une première exposition aux UV).
Les films doivent être déposés aux plus tard une semaine avant au bureau du Nova, 65 rue de l’Ecuyer. On vous attend sur nos transats...

23.06 > 20:30


Ears Open troisième événement du genre et deuxième sous cette appellation.Vous êtes invité(e)(s) à soumettre dans le cadre d’une audition publique vos oeuvres et créations sonores.L’événement se tiendra dès 20h30 sur le balcon du Nova.

Veuillez déposer ou faire parvenir (pour le 18 juin au plus tard) sur cd/cdr/k7 ou mini-disk votre contribution qui ne devra pas excéder les dix minutes.

26.06 > 20:30


*1# EXPO D’UN SOIR

"Habeas corpus"*

Ce label de bandes dessinées à auto-gérance instable s’afficheras dans le couloir d’entrée (bd, photo, magic screen...)

*2# LE CONCERT

"Eat me Drink me"*

Ce sextet de jazz improvisé viendra déchiré vos oreilles.

3# LE COMBAT

Des feuilles, des stylos, des dessinateurs et un public pour les acclamer. Vous leurs proposerais des thémes, à eux d’y répondre en

duo durant la soirée.

24.06 > 20:30




No Quarto da Vanda

Dans la Chambre de Vanda

Pedro Costa, 2000, 35mn, vo st fr, 170'

Fontainhas, une enclave capverdienne dans la périphérie de Lisbonne. Un quartier où sévit une pauvreté qu’on voudrait croire ne puisse plus exister en ce début de troisième millénaire ; une réalité qui fait tache et que les pelleteuses s’empressent de faire disparaître. Pendant presque deux ans Pedro Costa s’y rend tous les jours pour filmer Vanda - qui était une de ses actrices dans son précédent film "Ossos" - mais aussi sa sœur Zita qui, pour échapper à la misère qui les entoure, s’enfuient dans un paradis fait de ’dope’. Seul avec sa caméra digitale, Costa filme Vanda dans un corps à corps d’une rare honnêteté et intensité. Tourné en longs plans fixes où le temps est en suspens, avec des clairs-obscurs qui pourraient être ceux d’une toile aux teintes ciselées, "No quarto da Vanda" est de ces films qui défient toute règle qui se voudrait établie dans le cinéma documentaire.

03.06 > 19:00 + 16.06 > 20:00 + 25.06 > 20:00


Chez soi : espaces, visages, objets Expo photo

Cette expo a été inspirée par quelques réactions d’amis devant les images de films presentés dans la programmation sur la Roumanie... Des salons qui ressemblent à des maisons de poupées en dentelle, des taudis démembrés, des interieurs pop-techno..., tout donne l’impression d’un décor fantastique. Et pourtant, la plupart de films, même les fictions, sont très réalistes. Rien de fantastique donc, mais persone n’ y croit. L’idée est d’exposer d’un côté les photos réalisées par Maria Grecu et Ioana Tudora dans le cadre d’une recherche anthropologique sur l’habitation en Roumanie, des photos qui tentent de disséquer le "chez soi" et ses territoires..., et de l’autre côté des photos sensibles prises au cours de leur voyage par Christiane Schmidt et Didier Guillain. Ces photos évoquent des gens et leurs espaces, les modalités par lesquelles l’habitation s’installe dans des "boîtes à sardines" uniformes et grises, imposées par un projet absurde, ou se refugie dans des debris bricolés, ou occupe même de vraies maisons. Des photos sur les modes de vie d’un quotidien censé sauver la vie dans un monde insensé.

02.06 > 19:00


squelettes/rubrique-3.html
lang: fr
id_rubrique: 718
prog: 713
pos: aval