prog: 621
squelettes/rubrique-3.html

SEEING China-China

"La quinzaine de films chinois que le Nova va projeter permettra de donner au public bruxellois une vision particulière de la Chine.
Particulière, parce que c"est un point de vue qui n"a peut être jamais été proposé avant, ne serait-ce que parce que c"est la première fois que ce genre de films seront projetés en Europe, depuis que dans les années 90 un certain cinéma indépendant chinois a entrepris d"exprimer des impressions et des éclaircissements sincères et directs sur la réalité d"un pays en chantier.
Ces jeunes cinéastes (la plupart nés à la fin des années 70) qui commencent à renouveler le cinéma chinois ont en commun le désir puissant de s"exprimer sur ces réalités, un désir communicatif issu d"un vécu fort, de rencontres peut-être dues au hasard mais qui dévoilent une réalité crue... Les spectateurs vont donc aller à la rencontre des personnages de ces films : vagabonds, prostituées, paysans, ouvriers, enfants handicapés, rockers ou jeunes en perdition, tous des gens anonymes et dépossédés de tout.
Les films projetés au Nova (longs et cours-métrages, fictions et documentaires dont certains aussi en provenance de Hong Kong) représentent un petit échantillon, mais ils sont un reflet assez complet du cinéma chinois indépendant de notre époque, d"une génération de jeunes cinéastes qui a la volonté de tout montrer sans rien cacher et de permettre un dialogue avec la société réelle et la vie actuelle.
Je remercie sincèrement les nombreuses personnes de bonne volonté qui ont oeuvré pour que ce festival ait lieu, ainsi que les réalisateurs des films qui, projetés à un public non-chinois permettrons je l"espère d"arriver au delà d"un rapport superficiel à un échange profond.

Zhang Ya Xuan



Compilation of shorts from China

+ The Missing House

Ying Liang, 2003, video, vo st cn & ang, 28'

Chen Jun, un délinquant juvénile en maison de redressement, obtient une permission d’une journée et décide d’aller voir l’appartement qu’a acheté son père avant sa mort, mais la ville a beaucoup changé. Inspiré de faits réels, ce court-métrage évoque crûment les bouleversements de la Chine actuelle.

+ Kou & Jordy

Eric Hui, video, vo st cn & ang, 16'

Filmé comme une fiction mais dont les acteurs jouent leur propres rôles et leurs propres vies, ce court-métrage retrace un épisode banal de la relation de Kou le boulanger et son amie Jordy, dans une Hong Kong bien moins glamour que celle des films à succès.

+ New Year

Han Jie, 2002, video, vo st cn & fr, 22'

Ce court-métrage retrace les mésaventures du jeune Xiao Bin le soir de nouvel an : ayant perdu au jeu tout son argent, il traîne dans une petite ville du Shanxi en fête avec un nouvel ami qui l’implique dans un vol, et se retrouve au poste de police menacé de 15 jours de prison.

+ The Circle’s Corner

Lam Kin Hung, 2001, vo st cn & ang,

The Circle’s Corner propose une surprenante et émouvante promenade dans une Hong Kong quotidienne, en quelques plans fixes commentés par trois personnes qui sont respectivement aveugle, muette et sourde, partageant leurs expériences particulières de la cité.

30.09 > 20:00


Zhu Wen, 2001, video, vo st st cn en, 83'

Que vient faire la belle pékinoise Xiao Mei dans la station balnéaire de Beidaihe hors saison, que cherche-t-elle sur les plages désertes, pourquoi donne-telle un nom différent à chaque hôtel qu’elle occupe ? Le policier Deng Jianguo aime l’ordre et les fruits de mer, et il est sûr de savoir ce qui motive Xiao Mei et comment la garder dans le droit chemin. Une relation ambiguë se crée peu à peu entre les deux personnages qui se révèlent des plus sombres et complexes. Si Zhu Wen était un signataire de Dogma 95, il en serait un des plus brillants représentants, mais Seafood est le premier film d’un jeune réalisateur originaire de Quanzhou venu au cinéma par la poésie, la littérature et le scénario, et qui veut montrer dans cette ¦uvre forte la réalité de la Chine contemporaine

24.09 > 20:00 + 26.09 > 22:00


Du Hai-bin, 2002, video, vo st st cn en, 98'

Attention, film exceptionnel ! Du Hai-Bin a réalisé avec ce documentaire une version spontanée des Bas-Fonds que peuvent lui envier Gorky et Kurosawa, une tragédie sans héros, profonde et émouvante dans la forme comme dans le fond. Dans l’ambiance semi-festive, semi-guerrière d’un nouvel an célébré par des salves de pétards, une communauté de vagabonds réunis le long d »une voie ferrée dans la province de Baoji témoigne d’une réalité essentielle de la Chine d’aujourd’hui : comme des millions de leurs contemporains, ils ont quitté leur famille et leur province pour participer à la nouvelle effervescence économique, et ils ne rentreront chez eux que dans l’honneur d’une réussite. Ceux qui vivent dans ce ravin ont échoué pour le moment, mais nous font part de leur histoire et de leurs espoirs.

24.09 > 22:00 + 02.10 > 20:00


+ There’s a Strong Wind in Beijing

Ju An-qi, 1999, 16mm, vo st cn & ang, 48'

« Pensez-vous que le vent souffle fort à Beijing ? » Avec cette question anodine répétée sans fin, Ju An-qi dresse par petites touches un portrait cocasse et ironique de Beijing au tournant du siècle ; les différentes façons de répondre de ses nombreux interlocuteurs révèlent les différentes facettes d’une ville où le vent du changement souffle effectivement fort. Beaucoup répondent juste oui ou non, mais certaines personnes ont plus envie ou besoin de parler que d’autres.

+ San Yuan Li

U-theque, 2003, video, , 40'

Z.O.U. (Zone of Urgency), 2003
Cette vidéo fait partie d’un projet artistique multimédia présenté par Ou Ning et Cao Fei à la dernière Biennale de Venise comme une étude urbanistique et artistique de San Yuan Li, un village au coeur de la ville de Guangzhou. Dans la tradition des premières expérimentations cinématographiques du 20ème siècle naissant, l’équipe de U-thèque a accumulé le matériel visuel d’un poème audiovisuel magnifiquement mis en son et en musique (électroniquement) par Li Chin Sung.

25.09 > 20:00


Lola & Zhang Yang, 2002, video, vo st st cn en, 90'

Lola et Zhang Yang, artistes, vidéastes et musiciens indépendants proposent avec « Post-revolutionnary Era » un documentaire filmé de l’intérieur du monde de l’underground rock et artistique chinois de ces dernières années. Ce qui n’est que de la pose pour les artistes et rockers occidentaux prend une toute autre dimension en Chine, la subversion et la transgression propres au genre n’y sont pas vaines et ceux qui y consacrent leur vie ont une conviction qui en remontrerait à beaucoup chez nous. Essentiellement heavy metal, glam rock ou garage punk ­ des styles résolument excessifs ­ la scène rock chinoise actuelle doit à la fois assimiler 50 années d’histoire du rock, exister en dehors de toute économie, alimenter une jeunesse en quête d’identité, se mélanger à la scène artistique des plasticiens et performers, tout cela pour s’inventer elle-même. A voir absolument pour tout amateur de rock et de culture pop.

25.09 > 22:00


Emily Tang, 2002, 35mm, vo st fr, 97'

En 1989, la République Populaire de Chine a semblé résister à l’effondrement du monde communiste, mais les événements de la place Tien’anmen ont annoncé la profonde mutation qui est en ¦uvre dans la Chine d’aujourd’hui. C’est en 1989 que se situe l’action de Conjugation, où l’on peut suivre la vie de Guo Song, un jeune diplômé de l’université qui se voit à contre c¦ur attribuer un poste dans une petite usine, son groupe d’amis bambocheurs et adeptes de la débrouille mais se réduisant petit à petit, sa relation amoureuse avec Xiao Qing comme rempart contre une réalité oppressante... Quelle place subsiste pour l’idéalisme dans cette vie-là ? ŒConjugation’ est le premier film d’Emily Tang et le seul de ce programme à être filmé et projeté en 35mm.

26.09 > 22:00


+ Neon Goddess

Yu Li-kwai, 1996, 16mm, vo st cn & ang, 46'

Beijing comme les autres grandes métropoles chinoises attire de toute la Chine une pléthore d’aspirants à la vie que fait miroiter le nouveau modèle économique, avec comme seule valeur et seul mot d’ordre : gagner de l’argent. Yu Quin, Hu Jin et Zun Ji ne sont arrivées pleines de grands espoirs de leurs provinces que pour se perdre dans la marginalité et les nuits de la capitale chinoise. Yu Li-kwai ­ connu comme chef opérateur ­ présente dans Neon Goddess les portraits de ces trois femmes éclairées par les lumières criardes des néons des night-clubs pékinois. Un film d’une grande beauté plastique pour une réalité peu reluisante.

+ Wellspring

Sha Qing, 2002, video, vo st cn & ang, 49'

Dans ce documentaire remarquable, une situation des plus tragiques devient une magnifique leçon de vie : dans un village rural, une famille est confrontée à la paralysie évolutive du fils : le père lui consacre tout son temps, la mère travaille dans un hôpital en ville pour assurer la subsistance de la famille, ils savent qu’ils n’auront jamais les moyens de guérir leur enfantŠ ŒJ’espère avoir saisi la force, la persévérance, la fierté et surtout la beauté avec lesquelles ils dirigent leurs vies. C’est comme si la source de leurs c¦urs ne tarissait jamais, comme si ni la pauvreté, ni la maladie, ni la mort ne pouvaient jamais mettre fin à une joie de vivre absolue’ Sha Qing.

30.09 > 22:00


Ning Hao, 2003, video, vo st st cn en, 98'

Dans une petite ville du Shanxi, le temple bouddhiste est bien vétuste et un seul moine tente de le préserver de la ruine, alors que tout le monde lui conseille de trouver una autre métier. Quelques jours avant le nouvel an, la statue de Bouddha se brise et le moine doit trouver l’argent nécessaire pour la réparer sous peine de devoir annuler les cérémonies lui assurant des offrandes pour l’année. Chevauchant une bicyclette empruntée, ce Candide d’un conte bouddhiste ultramoderne se retrouve confronté à l’administration, la police, la hiérarchie ecclésiastique, la loi du commerce et celle de la rue et doit affronter les passions humaines qui lui sont normalement étrangères.

01.10 > 20:00


Zhou Hao & Ji Jiang-hong, 2001, video, vo st st cn en, 90'

Suite aux attentats du 11 septembre 2001, une crise boursière et industrielle frappe le monde : les répercussions en sont immédiates dans la ville de Hou jie où les usines ferment faute de commandes et d’approvisionnement, et où des ouvriers venus de la Chine entière se retrouvent dans des conditions précaires. Dans ce documentaire riche et saisissant, Zhou Hao et Ji Jiang-hong nous plongent dans l’univers de survie des ouvriers de la nouvelle Chine, et il n’est pas inutile de pouvoir contempler sur quoi se base la prospérité de l’Occident à l’heure de la globalisation.

01.10 > 22:00


Hu Shu, 2001, video, vo st cn & ang, 70'

Pour réaliser ce documentaire, Hu Shu s’est plongé trois mois durant dans l’univers de trois jeunes working girls (prostituées, masseuses, escorts ) qui partagent leur appartement avec un ami drogué. Cette immersion a permis au réalisateur de pénétrer l’intimité de ces marginaux du nouveau rêve chinois, qui n’ont pas plus de statut que de simples marchandises sexuelles. Les inévitables querelles, trahisons, drogues, arrestations n’empêchent pas les protagonistes de vivre devant la caméra de Hu Shu quelques beaux moments de complicité et d’insouciance, et de pouvoir représenter une certaine jeunesse du début du XXIème siècle.

02.10 > 22:00


24.09 > 24:00 + 01.10 > 24:00


squelettes/rubrique-3.html
lang: fr
id_rubrique: 624
prog: 621
pos: aval