prog: 621
squelettes/rubrique-3.html

BRITISH !AndrewKötting

Il y a tout juste un an le Nova prenait en distribution « Gallivant », le premier long-métrage d"Andrew Kötting. Mais c"est depuis bien plus longtemps que nous sommes fascinés par le bonhomme ! Il est certainement un des cinéastes les plus énigmatiques de la scène cinématographique britannique. Celle atypique, frondeuse, qui est l"héritière de cette période des années Œ80 où le cinéma anglais absorbait les autres pratiques artistiques. Car Andrew Kötting est non seulement cinéaste mais également artiste, bien qu"il refuse toute forme d"étiquettes. Son humour noir, son côté surréaliste, son esprit syncrétique, sa verve innée et son humanisme un brin décalé, sont au fondement même de son cinéma. Il est aussi un de ceux qui se nourrit du folklore et des traditions locales, dans une quête perpétuelle du « britishness ». Entre une résidence en Chine et un voyage en Amérique-Latine, on a réussi à l"attraper pour un rendez-vous au Nova.



This Filthy Earth

cette sale terre

Andrew Kötting, 2001, 35mm, vo st fr, 106'

(+rencontre)
« Sale Terre ! Sale terre ! » c’est le cri de rage poussé par une petite paysanne au début du film. Deux soeurs se partagent la ferme familiale qui tombe en décrépitude. Leurs journées s’écoulent dans une athmosphère joyeuse jusqu’au jour où Kath, qui n’espérait plus, est demandée en mariage par un paysan rusé. Francine se sent trahie et spoliée par sa soeur. Mais voilà que Francine a le malheur de montrer un peu trop de sympathie pour un travailleur agricole étranger. Le jovial Lek cristallise sur lui toutes les tensions de la communauté et est désigné comme victime expiatoire.
A côté d’une description naturaliste inspirée du roman de Zola, le film glisse de plus en plus vers le fantastique jusqu’à la scène de sabbat final qu’on dirait sortie d’un tableau de Jerôme Bosh. Car la Nature, pour généreuse qu’elle soit, sait aussi se montrer impitoyable et il importe de conjurer les esprits malins. Jouant habilement avec les différents formats et les effets numériques, Andrew Kötting parvient à traduire l’omniprésence du surnaturel, toujours prêt à revenir au galop. Dans le monde paysan, l’homme est tellement enraciné à la terre qu’il est lui-même fait de boue et de glaise. Ainsi, Francine ne quittera pas sa maudite ferme pour tout l’amour de Lek. La saleté dénoncée dans le titre est tellement nimbée d’innocence qu’elle n’est même pas repréhensible.

08.10 > 22:00 + 17.10 > 20:00


Gallivant

Vagabondages

Andrew Kötting, 1996, 35mm, vo st fr, 100'

Dans une séquence d"introduction burlesque, un présentateur nous rappelle que la Grande-Bretagne c"est 9.000 km de côtes. C"est à la découverte des régions qui longent la côte, des habitants qui y habitent, et des traditions qui s"y sont installées que s"embarquent le réalisateur, son épatante arrière-grand-mère et son attendrissante gamine. C"est aussi pour tous les trois le temps de se rapprocher, de partager des moments intenses « avant que leurs routes ne se séparent ».
Au gré des rencontres, Andrew se révèle un extraordinaire improvisateur qui manie la provocation et l"humour pour révèler la poésie de la vie. Le film ne se contente pas d"être un journal de voyage passionnant, un road-movie décalé. C"est aussi un film-collage qui se nourrit d"images aux formats divers, 16mm, Super-8, video ou photographies, en fonction de leur expressivité propre. Le film brasse tous les genres, de l"authentique western aux fausses actualités cinématographiques. Sous ces allures de travelogue, « Gallivant » réinvente le cinéma documentaire.
Pour qui ne l"aurait pas vu lors de sa sortie au Nova il y a un peu plus d"un an c"est l"occasion de se rattraper !

07.10 > 22:00


Avant de se lancer dans la réalisation de son premier long-métrage Andrew Kötting a joyeusement gambadé pendant une quinzaine d’années dans les eaux du cinéma expérimental. Sa filmographie compte ainsi une flopée de courts et moyens métrages où déjà se remarquent les signes distinctifs de son cinéma hors-norme. Cette compilation ne vous en proposera que quelques-uns, mais choisis parmis les plus significatifs dans le parcours de ce cinéaste.

+ Klipperty Klopp

Andrew Kötting, 1984, 16mm > video, vo , 12'

Une petite oeuvre post-punk où se déroulent des rituels mystérieux et un voyage bizarre sur le dos d’un cheval.

+ Acumen

Andrew Kötting, 1990, 16mm, vo , 20'

Des gens allongés sur une plage et ensevelis sous un tas d’objets-souvenirs. Non loin de là une vielle femme vagabonde avec son landau et ses affaires, et passe devant un couple qui essaye de regarder la télé tout en jouant au mini-golf...

+ Hoi Polloi

Andrew Kötting, 1990, super8 > video, vo , 10'

Un film dadaiste et absurde, en clin d’oeil au film « Entr’acte » de René Clair et Francis Picabia. Il y est question de thèmes qui touchent à la vie, mais en même temps inutile d’y rechercher un fil logique. Une voix d’ailleurs dit : « What’s it all about... I don’t know »
(Commissionné par le Arts Council et BBC2)

+ Smart Alek

Andrew Kötting, 1993, super8 > 16mm, vo , 20'

Une famille se prépare à partir en vacances. Un accident survient qui tout à coup plonge tout le monde dans une atmosphère bien différente de celle de départ. Le petit univers familial lentement se désagrège.

+ Jaunt

Andrew Kötting, 1995, 16mm > video, vo , 6'

Un voyage sur la Tamise, de Southend-on-sea jusqu’au Parlement, à Londres. L’occasion pour Kotting de se laisser aller à des jeux de mots bariolés, qui pour lui sont presque innés. Une sorte de trailer pour son film « Gallivant ».

+ Là-Bas

Andrew Kötting, 1995, video, vo , 20'

Un couple de français, bloqué en Angleterre suite à la fermeture imprévue du tunnel sous la Manche, se retrouve à devoir loger dans un bed-and-breakfast à Bexhill-on-Sea. Elle, Angéline, qui se croit dans une pub pour parfums, pense que les anglais détestent les enfants, le sexe et la nourriture, et veut rentrer en France ; lui, Jean-Luc, exténué par les demandes sexuelles de sa partenaire, semble s’amuser et ne veut plus partir...

17.10 > 18:00


squelettes/rubrique-3.html
lang: fr
id_rubrique: 628
prog: 621
pos: aval