prog: 455
squelettes/rubrique-3.html

Napoli Teatro

Mario Martone, 1998, 35mm, vo st ang, 108'

Depuis trois ans la guerre est en cours dans l’ex-Yougoslavie. Nous sommes en 1994, à Naples, où un jeune metteur-en-scène de théâtre, Leo, démarre les répétitions pour un spectacle qu’il voudrait pouvoir présenter à Sarajevo où, quelques années auparavant, il avait connu le directeur d’un théâtre, lui-même metteur-en-scène. Le spectacle en question est basé sur un texte d’Eschyle, "Les sept contre Thèbes", qui justement parle d’une ville assiégée et d’une guerre fratricide. Les répétitions se déroulent dans un théâtre situé dans "I quartieri Spagnoli", "les quartiers espagnoles", vestiges en quelque sorte de la période pendant laquelle Naples fut sous domination espagnole. La vie de la troupe s’y retrouve ’contaminée’ par celle du quartier, les anecdotes de l’une quelques fois se mélangent avec celle de l’autre. Le jour de l’avant-première arrive... Mais entre-temps un télégramme provenant de Sarajevo aura déjà marqué l’impossibilité d’y amener le spectacle...
Film de théâtre ? Film de ’cinéma’ ? "Teatro di guerra" est certainement des deux, accomplissement d’une démarche portée à l’extrême où cinéma et théâtre, justement, fusionnent. Film de ’réunion’ aussi, où une grande partie de la famille Teatri Uniti se retrouve... réunie !

28.09 > 22:00


Stefano Incerti, 1996, 35mm, vo st ang, 36'

D’après le roman de Bohumil Hrabal "Une trop bruyante solitude".
Dans un dépôt de recyclage de vieux papiers un homme, Hanta, personnage tragi-comique entre un Charlie Chaplin et un Buster Keaton, prépare des balles de papiers. Depuis des années des tonnes et des tonnes de papier lui passent entre les mains. Dans cette masse de papier se recèlent des oeuvres, des livres de valeur, qu’il met de côté et que symboliquement il place au milieu des paquets de papier destinés à être détruits. Un livre sur Kant, sur Erasme, sur Lao-Tze... Hanta bois, des chopes et des chopes de bière. Non pas pour oublier mais pour faciliter le flot de ses pensées. Car il est en même temps le témoin et le tendre bourreau de ce symbolique cycle de vie et de mort. Tourné dans un noir et blanc contrasté et granuleux, "L’uomo di carta"’ a été mis en scène et joué par un des grands acteurs de Teatri Uniti, Andrea Renzi.

+ L’Altro Sguardo

Rossella Ragazzi, 1996, 35mm, vo st ang, 31'

"L’altro sguardo" est un des films de la filmographie de Teatri Uniti que l’on ne peut pas ne pas programmer ! Réalisé autour d’une pièce de théâtre écrite et jouée par Antonio Neiwiller, il est une sorte de testament d’un des fondateurs et penseurs de Teatri Uniti, malheureusement aujourd’hui décédé. Loin de tout phénomène de mode, Antonio Neiwiller inscrivait sa recherche théâtrale dans une constante exploration du quotidien, avec presque toujours les même personnes et les mêmes objets. Car tout est question de regard, d’avoir un ’autre regard’.

28.09 > 15:45


squelettes/rubrique-3.html
lang: fr
id_rubrique: 460
prog: 455
pos: aval